AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 De l'amour au désespoir... [Jayden]

Aller en bas 
AuteurMessage
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 31
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: De l'amour au désespoir... [Jayden]   Dim 29 Mar - 20:23





    Le froid commençait à prendre possession de Forks, la neige recouvrant la forêt environnante. Cette neige aussi froide et blanche que ma peau… Accroupis, guettant le moindre mouvement, je me tenais la, sur un rocher, mes yeux scrutant l'étendue blanchatre naissante, mes pensées s'évadant vers un ailleurs. Tout se mélangeait dans ma tète, tant d'événements étranges se déroulaient a Forks. Enfin, quand je dis étranges, j'éxagère. Pour un vampire, ce genre d'évenement devrait plus tenir du banal que de l'étrange...

    Pour les autorités de la ville, c'était un véritable branle bas de combat. Les cadavres se multipliaient. A croire que tous les vampires les plus sanguinaires s'étaient donnés rendez vous a Forks. Tel un piège qui se refermait autour de nous, les Bratford. Nous étions une famille en marge des habitants de la ville, mystérieux, atirant la curiosité et la peur de chacun. Sans raison ou, de la seule raison de l'instinct de survie, indépendant de la logique mème.

    Depuis que ces corps vidés de leur sang et mutilés se multipliaient, les habitants de Forks se méfiaient d'avantage de nous. Je le savais mieux que quiconque, je l'entendais, dans leurs esprits, la peur et la méfiance augmentant, le doute naissant... Ils ne savent pas pourquoi ils ont tant peur de nous mais, ils pensent que nous ne sommes pas étrangers a ces meurtres. Ils ne savent pas pourquoi, ils pensent juste que nous sommes différents, bizarres. En mème temps, ils n'ont pas tort quand on y pense. Ils ont mème extrémement raison. Enfin, pas totalement... Beaucoup de vampires sont la par notre faute. Par ma faute. La rumeur d'un vampire amoureux d'une humaine avait circulé si rapidement, amenant des curieux en ville. Amenant le danger en ville.

    Me redressant, je glissais mes mains dans mes poches avant de pousser un profond soupir. Je n'avais pas besoin de respirer, pourtant en cet instant, je respirais a plein poumons, aspirant tout l'oxygène que je voulais. Cela m'était inutile. En général, nous ne faisions semblant de respirer qu'en présence des humains et pourtant... Je ressentais le besoin de respirer l'odeur de la forèt, l'odeur de la montagne, l'odeur de cette ville que j'aimais tant...

    Alayna m'en voulait d'ètre tombé amoureux d'une humaine, de l'avoir laissée connaitre notre secret. Elle m'avait fait bon nombre de crises de nerfs, bon nombre de reproches. A présent, je comprenais. Tant de vapires arrivés en ville par curiosité ou, par défi. L'attention des habitants de tournaient vers nous et, cela ne ferait qu'empirer. Si je n'étais pas tombé amoureux d'elle, d'Enea, rien de tout cela ne se serait produit. Je ne regrettais pas les sentiments que j'avais pour elle mais, je ne pouvais que constater les dégats que cela causaient sur nos vies... Elle me rendait heureux, elle me donnait la sensation d'ètre de nouveau en vie, elle était capable de me faire sourire comme personne... Pour la première fois de ma vie, pour la première fois depuis 135 ans, je me sentais vivant, je me sentais complet.

    Et, je devrais peut ètre abandonner tout cela. Partir avec ma famille pour que les choses ici se calme, le temps que le temps passe, le temps que l'on nous oublie, le temps de recommencer ailleurs afin de protéger la population et de préserver ma famille et la vie de celle que j'aimais.

    Un flocon de neige tombe sur mon visage mais, je ne le sens mème pas. Il est presque chaud au contact de ma peau. De toute facon, j'étais bien trop absorbé par mes pensées pour faire attention a un peu de pluie gelée. J'étais un prédateur, j'étais concentré sur les odeurs qui volaient autour de moi... Celle de la neige elle mème, celle de l'eau qui commencaient a geler, celle des dernières feuilles qui craquelaient sur les branches des hauts arbres, celle des aiguilles de pin, celle d'un lapin qui devait passer non loin... Mais aucune trace d'un plus gros gibier. Pourtant, la faim me bruler la gorge et, la colère brulait mon esprit. J'avais besoin de me nourrir, besoin de chasser, besoin de passer ma colère... Mais, les animaux s'étaient terrés dans leurs abris afin d'éviter la tempète de neige qui ne devrait plus tarder. Cela aussi je pouvais le sentir. La tempéture qui chutait de plus en plus, le vent qui devenait de plus en plus fort, la pression atmosphèrique qui évoluait... Mais, je ne partirais pas d'ici, je ne partirais pas sans avoir chassé...

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jayden Bratford
Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 389
Age : 30
Votre pseudo : Kanala/Krystel
Mood : Loving
Philosophy : My family above all...
Your Greatest Fear : Lose one of my children or Alister
My darling Sin : Hind
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 25/01/2009

Through your eyes
How old are you?: 180 years
Power: Aucun
Relationship:
MessageSujet: Re: De l'amour au désespoir... [Jayden]   Mer 1 Avr - 20:20

    Cela faisait longtemps que nous n’avions pas eu telle journée à Forsk. La nature s’était faite tardée à nous livrer ses premiers flocons de neige. Ces derniers annonçaient l’arrivée des fêtes de fin d’année. Bizarrement, les habitants de la bourgade, d’ailleurs, même tous les habitants de notre pays étaient en effervescente. Les festivités à venir avait le don de les rendre de bonne humeur, et heureux. C’était fou de constater que quelque soit l’époques nous vivons, quelque soit le lieu de résidence, tous les êtres humains voyaient d’un très bon œil - croyants ou non - la célébration de la naissance du Christ, et le jour de l’an. Etonnement également, une fois cela passé, tel un soufflé de l’on sort du four, leur joie retombait, faisant de nouveau place à la morosité dû au mauvais temps. Cela était moins flagrant dans cette petite ville, vu qu’elle était habituée à ne pas avoir beaucoup de beau jour, ni de température très élevée.

    Les habitants de Forsk avaient paré leur bourgade de décoration en tout genre, de sapin décoré avec milles et une couleur, et de père noël sur leur maison. Je n’avais jamais compris un tel engouement, je devais bien l’avouer. Pour moi, chaque jour passait avec les membres de ma famille était exceptionnel, et je n’avais pas besoin d’attendre Noel pour les gâter et leur faire des cadeaux. Cela ne rimait pas à grand-chose. Pourquoi attendre un seul jour pour prouver l’amour que l’on avait pour nos proches ? C’était comme la st Valentin. A quoi bon attendre le 14 février pour offrir des fleurs à la personne qui faisait battre notre cœur ? Il est vrai qu’il fut un temps, j’avais pratiqué ses coutumes, pour bien vite les abandonner. Etant vampire, je ne comptais plus le nombre de jours comme ces derniers que j’ai vécu nous allons dire. J’avais appris me donner sans limite à mes enfants et mon mari et cela sans attendre une date bien précise, bien au contraire. Dans ma vision des choses, il fallait montrer au quotidien l’importance que chacun à pour nous…

    Par delà les vitres de la bibliothèque du lycée où je travaillais, je pouvais voir la satisfaction des quelques étudiants présents sur le parking, quand un flocon de neige vint leur chatouiller froidement la joue. Une sonnerie quelques minutes plus tard, et se fut tous les autres qui virent rejoindre les premier, bavardant joyeusement, et imaginant déjà des partie de boule de neige, où ils finiraient tous mouillés, et mort de froid, avec une bonne grippe. Ma journée ayant fini quand la sonnerie s’était faite entendre, je ramassais mes affaires, et parti de l’établissement. Je refusais poliment, comme tous les jours, la proposition d’un des enseignants à me ramener chez moi, protestant, comme tous les jours, que je préférais marcher. Il en fut plus insistant aujourd’hui, me faisant remarquer qu’une tempête était prévue que je risquais d’être malade. S’il savait… Le coton de mère nature qui tombait du ciel était loin d’être froid pour les gens comme moi. Il était tiède tout simplement, tellement notre peau était elle, glaciale comparé à celle des humains.

    Un sourire pour lui faire comprendre que ma réponse n’avait pas changé, et je repris la direction de ma demeure. J’avais hâte de retrouver mes enfants et mon mari. Je me demandais déjà si Vesper aurait pensé à mettre la décoration de noël, comme chaque année. Ces derniers temps n’étaient pas du tout faciles pour nous, pour ne pas dire un peu catastrophique. C’était comme si tous les malheurs que nous pouvions connaitre nous tomber dessus. Il y avait tout d’abord la nouvelle relation entre Enea, une simple humaine, et mon fils ainé. Ensuite, il y avait la trahison de mon « dernier » envers son âme sœur. Ajoutez à cela une Alayna encore plus nostalgique que d’habitude et très en colère et jalouse, qui ne se rends pas compte de la tristesse qu’elle faisait à Dustin. Finissez le tout par remarquer l’amas de vampire sanguinaire qui affluaient de plus en plus vers la bourgade, mettant en danger tous ses habitants, juste pour voir le phénomène vampire-humaine. Je n’aurais jamais cru qu’autant de choses puissent nous tomber dessus, en même temps. J’avais toujours crû ma famille à l’abris dans le cocon que nous avions tissé pour eux avec Alister, mais je m’étais trompée. J’étais désemparée par tout ce qui arrivait, tant j’étais impuissante.

    Tandis que je longeais la bordure de la forêt, je sentis une odeur encore fraiche que je connaissais fort bien. Il ne me fallut que quelques secondes pour me décider à la suivre et remonter la piste que cette dernière avait laissé. En temps normal, j’aurais passé mon chemin et serait rentrée comme prévu à la maison. Pourtant, quelque chose, ou pour être plus précise, une intuition maternelle poussait mes pas à suivre le chemin qui était tracé très clairement devant moi. Plus je m’éloignais de Forsk, et plus la neige se fit rare, n’ayant pas encore eu le temps d’atteindre cette partie de la région. Il me fallut d’ailleurs, pas mal de temps pour le retrouver enfin, tant il s’était enfoncé dans la dense végétation. J’avais une impression de déjà vu, dans le sens où ici, les flocons commençaient à peine de tomber. Plusieurs odeurs se mêlèrent à la première et vinrent se faire sentir à mon odorat développé, des odeurs très alléchantes. Elles appartenaient bien entendu à différents animaux, qui me mirent en appétit. Ma chasse n’était prévue que pour le lendemain, il me fallait encore patienter, et calmer mes instincts, le temps que je le sois avec lui en tout cas. Il me fallut encore dix minutes pour enfin l’apercevoir. Pour ne pas l’effrayer, enfin surtout pour qu’il ne me prenne pas pour une ennemie, j’avançais doucement jusqu’à lui.



    -Mon chéri ? Tu devrais rentrer à la maison, la tempête va bientôt arriver et tu vas t’y retrouver coincé. Mais ça tu le sais… Tout va bien ?


    Il ne me fallut que quelques secondes pour arriver à sa hauteur et poser délicatement ma main sur son épaule. Il n’était pas dans son assiette, j’en étais certaine, d’où ma question. Après tout, il avait dû sentir autant que moi les changements opérés par le temps, et savait ce qu’il signifiait. Cela voulait donc dire, pour moi en tout cas, que quelque chose le tracassait. Raa, si seulement j’étais capable d’alléger sa peine. Je donnerais tout ce que je possédais pour qu’il ne soit plus autant tourmenter. Mais je n’en étais pas capable, je n’en avais pas les moyens. J’avais vraiment l’impression de ne pas être à la hauteur pour mes fils ses derniers temps. Je n’avais pas été assez présente pour Dustin, qui avait pu, sans aucun mal, me cachait combien il était triste. Je n’avais pas été assez attentive à Nathanaël, et pouvoir empêcher son erreur. Et je n’étais même pas capable d’apaiser les peur de Declan, ne pouvant apaiser les miennes d’ailleurs concernant sa relation avec Enea. Cela faisait bien longtemps qu’il n’était pas venu se confier à moi comme il pouvait le faire avant. J’avais surement dû faire quelque chose de mal pour qu’il change sur ce point mais quoi ? Je n’en savais encore rien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://time-of-maraudeurs.forumsactifs.com/forum
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 31
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: De l'amour au désespoir... [Jayden]   Jeu 2 Avr - 19:25

    J'avais passées tant d'années seul. De si longues années. J'avais traversées les époques sans n'avoir aucun but, en me contentant de contempler l'amour que mes proches se portaient. L'amour passionnel unissant Dustin à Alayna, l'amour tendre qui unissait Nathanal a Vesper et l'amour complice que partageait Alister avec Jayden. Il m'avais semblé que jamais je ne trouverais celle qui me donnerait envie de vivre l'éternité a ses cotés. Je ne jalousiais pas mes proches, je me contentais de vivre avec ma solitude tandis qu'eux vivaient avec leurs moitiés. Je m'étais résolu a l'idée que jamais je ne trouverais la mienne. J'avais appris a vivre seul. Cela m'avait conduit a connaitre plus de chose qu'eux, a maitriser plus de langue, a maitriser la musique...

    Et finalement, je l'avais trouvée. Celle qui m'attendait, celle qui avait été faie pour moi. Tout chez elle éveillait le moindre de mes sens. Jusqu'a son odeur, une odeur si ennivrante, de celle qu'un vampire ne rencontre qu'une seule fois dans son existence, voire jamais. Son sang appelait l'ètre que j'étais, le monstre qui dormait en moi, a se réveillait. Tandis que son doux sourire et ses airs timides et mystérieux éveillaient ma curiosité. De part son odeur, Enea éveillait les pires instincts primaires qui dormaient en moi, tandis que de part le mystère qui l'entourait, elle me permettait de me souvenir ce que cela faisait que de sentir humain. Devoir poser des questions pour avoir des réponses, ne pas avoir a espionner son esprit... Elle me rendait heureux, elle me faisait me sentir bien... Et pourtant, ètre avec elle était une erreur. Une erreur qui allait probablement couter plus cher que je ne l'aurais soupconner. Ma famille risquer son anonymat, Enea risquait sa vie et moi, je risquais de tout perdre...

    Je poussais un nouveau soupir alors qu'un léger nid de neige commencait a se former sur mes cheveux. Depuis ma mort, je n'avais plus jamais été un adepte des fètes catholiques. J'avais tant cru a ce Dieu qui devait veiller sur nous et finalement, j'étais devenu un monstre. Comment y croire encore? Comment croire en la bonté d'un ètre supérieur? Oh si, j'y croyais toujours. Surement plus encore que de mon vivant. Mais pourquoi célébrer ces fètes en son honneur puisque quoi qu'il arrive j'étais voué aux enfers. Mon ame était damné, j'étais condamné. Mes poings se serrèrent alors que, de nouveau mes pensées revennaient vers Enea. Je ne voulais pas rentrer. Vesper aurait surement sorties les décorations de Noèl et entièrement refait la décoration de notre demeurt. Or, je n'avais nullement la tète a l'amusement. Elle non plus de ce que je savais. Seulement, cela l'occuperait. Décorer, préparer des fètes était l'une des seules choses capables de lui rendre le sourire alors, pour sur, je ne l'en blamerais pas.

    Mais, quoi qu'il en soit, j'étais mieux ici, a affronter une tempète que chez moi ou l'ambiance était pire que la pire des tempètes de neige. Enfin, en apparence, tout allait pour le mieux. Vesper et Nathanael s'évitaient silencieusement et docilement. Alayna boudait dans son coin. Dustin restait pensif. Jayden faisait semblant d'ètre joyeuse alors qu'elle culpabilisait. Car oui, tout en évitant Nate, Vesper ne pouvait s'empécher de souffrir et de douter a l'intérieur. Quant a lui, la culpabilité l'assaillait et le brulait. Sous ses airs de boudeuse, Alayna dirigeait toute sa colère contre moi, m'accusant d'ètre responsable de tous les malheurs qu'il arrivait a la famille et a la ville. Tandis que Dustin ne semblait guère plus heureux que nous.

    Je ne pouvais pas non plus me rendre chez Enea, elle ne m'avait toujours pas officiellement présenté a son frère comme étant son petit ami et lui, il me dtestait depuis le jour ou les Quileutes avait portés plainte contre moi pour avoir soi disant enlevés la jeune lycéenne. Maudits cabots!

    Les pensées de Jayden se mélèrent bientot aux miennes et, je dus revenir a la réalité. Ma mère s'inquiétait pour moi, comme elle l'avait toujours fait poiur chacun d'entre nous. Elle culpabilisait également, se demandant se qui se passait dans ma petite tète, s'en voulant de ne pas savoi quoi faire pour m'aider. Le son de sa voix se fit entendre peu de temps après ses pensées et juste avant que sa main ne se pose sur mon épaule, légère alors que les nuages grossissaient de plus en plus dans un ciel grisatre.

      - " Je ne suis pas sur d'avoir très envie de rentrer! "


    Me contentais je de répondre d'un ton calme, sans prendre la peine de me retourner vers elle. Mon regard suivi un flocon tombant sur une aiguille de pin et, d'une voix toujours aussi détaché, je demandais.

      - " Tout ca, c'est de ma faute. Enea est la plus belle chose qui me soit arrivée mais, si j'avais su résister, si j'avais été capable d'ètre plus fort, ces vampires ne seraient pas la, en ville, rodant et tuant. Nate n'aurait pas fait de ronde ce soir la et n'aurait pas croisée cette vampire. Alayna serait d'avantage enjouée et moins en colère... "


    Le son de ma voix mourut dans un tourbillon de vent alors que je demeurais toujours aussi songeur, comme si je m'étais contenté d'exprimer mes pensées a voix haute, comme si j'étais seul...

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'amour au désespoir... [Jayden]   

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'amour au désespoir... [Jayden]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (Jayden) Au 21ème siècle, l'amour est un sms sans réponse
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prelude To Damnation :: Les Alentours :: Olympic Mountains :: { Olympics National Park }-
Sauter vers: