AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Groupe 1] Par un soir d'orage

Aller en bas 
AuteurMessage
Enea Warrens
Admin _ Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1940
Age : 33
Votre pseudo : Lily
Mood : Confused
Philosophy : No matter what
Your Greatest Fear : I'm only afraid of loosing you...
My darling Sin : Cappuccino time!
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 18/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 18 ans
Power: None
Relationship:
MessageSujet: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Mer 11 Mar - 4:14

    Fonctionnement : rien de bien compliqué, il est seulement demandé de respecter l’ordre de passage, et de ne pas faire attendre trop longtemps votre réponse, par respect aux autres joueurs.

    Synopsis: la nuit est tombée depuis bien longtemps, et au loin, l’orage gronde, annonçant son arrivée proche. Mais cela n’a rien de surprenant, dans cette région où le soleil est rare, si bien que les habitants se sont déjà enfermés chez eux, prévoyant de n’en ressortir que le lendemain. Les rues désertes prennent des allures de ville fantôme, et c’est sur cette réflexion qu’Angelina descend de sa voiture, alors que celle-ci tombe en panne au milieu de nul part. Coup du destin, ou simplement manque de chance, sa route croisera celle de Jubilee F. Drayton, vampire instable.

    Ordre de passage: Angelina Mintz / Jubilee F. Drayton

    A savoir: Bon jeu!

_________________
    In this whole damn world
    Tell you to hold off, You choose to hold on
    It's the one thing that I've known
    I'm coming out in this all wrong
    She's standing outside holding me
    Saying oh please, I'm in love

    (c)Lily (me)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelina Mintz

avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Age : 33
Votre pseudo : blindangel
Your Greatest Fear : être repoussée
My darling Sin : les fringues, les hommes
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Mer 11 Mar - 12:49

« Papa, maman, je vais voir Papy et Mamy demain. »
« Tu es certaine Angelina ? Ca fait une trotte quand même depuis Seattle… »
« Oui, oui, ne vous inquiétez pas. Ca va aller. »

C’était ce que je leur avais seriné toute la journée et la soirée d’hier. Et, ce matin, je n’étais plus très sûre de mon choix. Il ne faisait pas beau. En même temps, comme s’il allait faire beau ici ? Seattle était, certes, un peu mieux protégée que la péninsule d’Olympic, mais j’avais l’habitude de la pluie, en même temps. Ce n’était pas comme si je venais d’une contrée ensoleillée… Non, réellement, ce n’était pas ce qui allait m’arrêter. Je passais la matinée et la moitié de l’après-midi à me préparer et à bosser mes cours. Je ne me rendis compte que trop tard de l’heure qu’il était.

« Et merde… Ils vont s’inquiéter ! »

Je sautai sur mes pieds et enfilai ma doudoune avant d’attraper mon sac et de me précipiter dehors pour rejoindre ma petite Mini. Bleue nuit avec une bande blanche, elle était magnifique. Je l’adorais. Elle datait de l’année dernière et elle n’était jamais tombée en panne. Rapidement, je m’installai au volant avant de me mettre en route. La route, je la connaissais par cœur. Cela ne me poserait pas trop de soucis de m’y retrouver, même de nuit, même sous une pluie battante. Et j’y serai dans environ… 4 heures. Tout irait bien. Du moins, c’était ce que je pensais… Je réglais la radio sur ma station préférée et me mis à chanter par-dessus. Je n’avais pas à proprement parlé une voix de casserole, mais je n’avais pas non plus une grande voix. Disons qu’il valait mieux pour moi ne pas chanter en public. Mais seule, je m’en donnais à cœur joie. Sans doute est-ce pour ça que je ne vis pas le temps passer jusqu’à arriver à Port Angeles. Je commençais à fatiguer, je l’avoue. Mais je n’allais pas non plus m’arrêter si près du but. La prudence aurait voulu que je passe la nuit dans l’un des petits hôtels de la ville. Mais si Port Angeles était une bourgade touristique, je n’avais jamais aimé m’y attarder la nuit, surtout seule. Je verrouillai mes portières et décidai de continuer mon chemin. C’était mieux comme ça. Dans une heure je serais arrivée.

Du moins, c’était ce que je croyais. Je me pensais en sécurité dans ma Mini presque neuve qui n’était jamais tombée en panne. Jusque là. Mais il fallait croire que rien n’était normal. L’orage venait de redoubler d’intensité, allant jusqu’à donner des bourrasques de neige. Je frissonnai et montai un peu plus le chauffage. Je remontais Division Street lorsque mon moteur commença à avoir des ratées et fronçai les sourcils. Que se passait-il ? Je continuai d’avancer, bien décidée à ne pas me laisser démonter par si peu lorsque la voiture cala complètement. Je ne pus, à aucun moment, redémarrer.


« Et merde… C’est bien ma veine… » marmonnai-je, l'inquiétude ayant tendance à me rendre vulgaire.

Finalement, je décidai de descendre de mon véhicule en tremblant. Il était tard, l’orage donnait. Il n’y avait personne dans les rues. Le plus exact aurait été de dire qu’il y avait encore moins de monde que d’habitude dans Forks. J’avais l’impression de me trouver dans une ville fantôme. Je frémis encore un peu plus. Je devais absolument trouver quelqu’un. J’attrapai mon téléphone mobile pour appeler une ambulance. Mais il fallait croire que ce n’était, réellement, pas mon jour. A peine avais-je commencé à faire le numéro que mon téléphone se coupait. Panne de batterie.


« Eho ! Il y a quelqu’un ? » appelai-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilee F. Drayton
Violence && Vengeance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 355
Age : 27
Votre pseudo : Mary
Mood : Unstable
Philosophy : « I'm a killer, it can't be otherwise. »
Your Greatest Fear : Eternal loneliness
My darling Sin : Teen Blood
What are you? : Vampire nomade
Date d'inscription : 02/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 116 years old
Power: None
Relationship:
MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Mer 11 Mar - 14:31

    Jubilee était affamée. Ses yeux aussi noirs que la nuit scrutaient l’obscurité et malgré sa nouvelle robe de cocktail –couleur prune, toute de satin, révélant un morceau de ses cuisses- elle n’était plus la jolie poupée élégante qu’elle avait l’habitude d’être. Ses pieds nus foulaient l’asphalte des rues désertes de Forks et son nez la guidait : elle cherchait une victime. L’orage avait fait fuir même les plus courageux et ç’aurait été trop risqué d’attaquer les gens chez eux. Ce soir, c’était le grand soir. Après toutes ces semaines dans la forêt, se nourrissant d’animaux et retournant à Port Angeles dès qu’elle n’en pouvait plus, la jeune vampire avait décidé de sortir de sa cachette et de se montrer. Si cela pouvait lui permettre d’attirer l’attention des Bratford, ce serait parfait. Alors que la piste qu’elle suivait s’arrêtait brusquement, effacée par le mauvais temps, Jubilee s’arrêta. Debout au milieu du chemin, trempée de la tête aux pieds, les cheveux en bataille et le regard hagard, elle poussa un cri strident qui se termina en grognement, exprimant ainsi toute sa fureur. La faim lui semblait insoutenable, brûlant sa gorge et chacun de ses muscles. Elle s’accroupit un instant, touchant le sol à la recherche d’un signe quelconque.

    Elle se redressa brusquement au son lointain d’une voiture et d’un pas, se tapit dans l’ombre de la rue. Le moteur de ce véhicule, quel qu’il soit, avait de sérieux problèmes. Elle l’entendait –cette voiture n’irait pas bien loin. Un sourire carnassier se dessina autour sur le visage de la belle, qui retrouva toute sa grâce lorsqu’elle s’étira de tout son long et secoua sa crinière mouillée. Ses yeux s’illuminèrent lorsque l’automobile en difficulté arriva dans son champ de vision et elle fut ravie de voir que la jeune femme à l’intérieur était seule. Seule et inquiète. La vampire attendait patiemment, jusqu’à ce que le moment fatidique arrive. La voiture s’arrêta enfin et après un moment, l’occupante en descendit prudemment, s’emparant de son téléphone portable pour appeler à l’aide. Même si elle réussissait, Jubilee ne s’inquiétait pas : elle aurait tout le temps nécessaire de vider cette pauvre humaine avant que qui que ce soit n’est le temps d’arriver. Le téléphone n’avait plus de batterie. Le sourire de la belle s’étira d’avantage : ah la technologie, toujours inefficace dans les pires moments.

    ANGELINA - « Eho ! Il y a quelqu’un ? »


    Fae retint un rire alors qu’elle quittait silencieusement sa cachette et troquait son sourire contre l’air le plus paniqué jamais vu. Dans son état, malgré sa beauté foudroyante, elle passait facilement pour une victime quelconque. Ses cheveux, sa robe trempée, ses pieds nus couverts de boue; elle n’avait maintenant qu’à exercer ses talents d’actrice. Mesurant bien la vitesse de ses pas pour qu’il soit assez humains, elle se précipita sur la route, vers sa future victime.

    JUBILEE - « Dieu merci ! Je croyais ne jamais atteindre les rues de Forks vivante…Vite, mademoiselle, il y a quelque chose ici, quelque chose de dangereux, quelque chose que je ne voudrais pas recroiser ! Avez-vous un téléphone ? Il nous faut de l’aide, les autorités…Oh pitié faites que nous survivions à cette terrible nuit ! »


    Mélodramatique, elle se força à sangloter, espérant que la pénombre cacherait ses larmes inexistantes. Sa voix était toujours aussi mélodieuse, légère, mais elle avait réussi à y glisser une pointe de panique à effrayer n’importe qui. Ce qu’ignorait sa petite humaine, c’est que ce danger qui rôdait, cette chose qui n’avait rien d’humain et pouvait attaquer à tout moment, la sinistre menace qui hantait cette nuit couverte, c’était Jubilee. Elle était affamée, la brûlure était déchirante, mais le petit jeu qu’elle venait d’entamer aurait tôt fait de la remettre sur pieds.


[Musique d'inspiration pour la folie de ma beauté : Lestat's Tarantella, tirée de la bande sonore d'Interview with a vampire]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelina Mintz

avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Age : 33
Votre pseudo : blindangel
Your Greatest Fear : être repoussée
My darling Sin : les fringues, les hommes
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Mer 11 Mar - 17:49

Je poussai un cri en entendant soudain une voix paniquée à côté de moi. Du moins que j’interprétai comme paniquée. Je me retournai vivement pour faire face à une jeune femme à moitié débraillée et pieds nus. Je grimaçai légèrement avant d’enlever mon manteau. Elle en avait plus besoin que moi, la malheureuse. Je suis plutôt du genre naïve. C’est vrai. Je gobe le moindre mensonge. Ma crédulité m’a souvent joué des tours par le passé, et on me l’a souvent reprochée. Et pourtant. Cela n’a rien changé à ma façon d’agir. J’avançai vers la malheureuse pour lui passer le manteau sur les épaules.

« Peur de ne pas arriver jusque là ? Comment ça ? Vous avez été agressée ? » demandai-je, l’inquiétude perçant dans ma voix.

J’avais beau être superficielle, prêter beaucoup d’importance à l’apparence, j’étais toujours émue lorsque je voyais une jeune femme paniquée. Et celle qui me faisait face, avec ses sanglots dans la voix et sa panique me donnait envie de la protéger. Je l’invitais à s’asseoir au chaud dans ma voiture, inconsciente du danger qui me guettait en agissant ainsi.


« Mon portable est en panne. Comme ma voiture. Mais nous y serons au moins au chaud et en sécurité en attendant que cet orage ne cesse… » expliquai-je avec un petit sourire d’excuse.

Mais la panique de cette pauvre fille était contagieuse. Enfin… Disons plutôt que je n’ai jamais été très courageuse. Et le froid n’aidant pas, je me mis à trembler de la tête aux pieds en repensant à ce qu’elle venait de dire. Est-ce qu’elle était sûre qu’elles couraient un danger à rester là ? Après m’être réinstallée dans ma voiture, je me tournai vers la malheureuse.


« Que… Que vous est-il arrivé ? » fis-je d’une voix tremblante.

Je me sentais mal à l’aise. Je mettais ça sur le fait que ma compagne d’infortune venait de me dire qu’elle s’était fait agresser. Du moins, c’était ce que je supposais vus les vêtements qu’elle portait. J’avais presque plus envie de descendre de voiture que de rester là, bien que ce soit, sans nul doute, l’endroit le plus sécurisé, à moins d’aller frapper à la porte d’une maison, ce que je me refusais à faire. Non. J’étais mieux là. Du moins, c’était ce que je tentais de me répéter, tel un leit-motiv.


*Tout ira bien, Angie. Tout ira bien…* me répétai-je mentalement.

Finalement, je détournai la tête, ne réussissant pas à la regarder en face. Elle m’intimidait. Mon regard se porta sur le pare-brise et le rideau de pluie et neige mêlées qui s’abattaient dessus. J’avais, presque, la sensation de me trouver dans un film d’horreur. A cette pensée, je frissonnai à nouveau. Moi qui préférais les comédies légères, je me trouvais dans le pire décor qui soit. Il ne manquait plus qu’une incarnation de ces films d’horreur, et tout serait parfait. Enfin…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilee F. Drayton
Violence && Vengeance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 355
Age : 27
Votre pseudo : Mary
Mood : Unstable
Philosophy : « I'm a killer, it can't be otherwise. »
Your Greatest Fear : Eternal loneliness
My darling Sin : Teen Blood
What are you? : Vampire nomade
Date d'inscription : 02/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 116 years old
Power: None
Relationship:
MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Mer 11 Mar - 23:54

    La petite humaine était tombée dans le piège. Non, elle avait sauté dedans à pieds joints et elle s’y enfonçait de plus en plus. Elle avait retiré son manteau pour le donner à son interlocutrice, bien que la vampire n’en avait nullement besoin. Sa peau de marbre ne ressentait pas le froid, elle était totalement immunisée face à la tempête. La brunette était maintenant inquiète et demandait ce qui était arrivée à la fausse victime d’une agression. Alors qu’elles se dirigeaient vers la voiture, l’humaine lui avoua que son véhicule, tout comme son portable, était en panne, mais qu’elles seraient tout de même en sécurité à l’intérieur de l’automobile jusqu’à ce que l’orage se termine. Jubilee s’installa confortablement sur le siège passager, emmitouflée dans le manteau de l’humaine; l’odeur de sa victime était envahissante. Il s’agissait d’une odeur légèrement sucrée, appétissante…La brûlure se fit plus présente. L’exquise brune se tourna alors face à Jubilee.

    ANGELINA - « Que… Que vous est-il arrivé ? »


    Elle ne tarda pas à se détourner, mal à l’aise. La jolie vampire dut faire un effort pour garder son expression paniquée et ravala son sourire alors qu’elle se recroquevillait sur son siège. L’orage couvrirait les cris de sa victime lorsqu’elle attaquerait. Personne ne viendrait à son secours. Et même si qui que ce soit se pointait pour sauver l’humaine, il serait trop tard. Dans le meilleur des cas, l’importun serait au menu lui aussi. Mmm…Deux humains sans faire le moindre effort, il s’agissait d’une possibilité alléchante. Quoiqu’une seule était aussi attirant.

    JUBILEE - « Je…J’étais en ballade, avec mon petit ami, dans la forêt tout près…L-Le temps était couvert alors nous…nous avons décidé de rebrousser chemin mais…mais la tempête nous a surpris… »


    Serrant fermement le manteau sur sa peau froide, elle stoppa un moment son récit pour sangloter, feignant la tristesse en repensant à l’évènement fictif.

    JUBILEE - « Nous voulions trouver un abri mais nous nous sommes perdus…Le vent était violent, la pluie glaciale…Nous n’avions pas vu le fossé et mon pauvre Stephen…Il…il est tombé et s’est blessé…J’ai commencé à descendre, mais elle est arrivée… »


    Elle, la vampire, la belle. La britannique qui avait tué toute sa famille. L’ex-épouse parfaite, l’ancienne mère aimante, la nouvelle prédatrice de Forks. Dans sa belle robe pourpre, elle avait quitté le couvert des arbres pour planter ses dents acérées dans la gorge de la victime factice. Elle avait plongé tel un faucon sur un rongeur, ses belles dents blanches étincelant dans l’obscurité de la nuit.

    JUBILEE - « J’ignore comment elle a fait, cette femme…cette chose…Elle s’est jetée sur Stephen et la seconde suivante il…il était…mort…J’ai couru aussi vite que j’ai pu mais…je crois qu’elle a dû me suivre… »


    Fae se laissa aller à une nouvelle crise de fausses larmes, détournant la tête pour regarder à l’extérieur, gémissant tout bas le nom de Stephen, son copain inexistant. Elle passa une main tremblante dans ses longs cheveux imbibés de pluie, évitant de trop les secouer pour empêcher l’eau de s’étendre. Elle était décidément dans un sale état, elle ferait sûrement une autre séance shopping dans peu de temps, pour refaire sa garde-robe. Après tout, si elle avait l’intention de rester dans cette petite ville, il lui faudrait des vêtements. La vampire ne supporterait pas de porter indéfiniment la même robe. Quoique la prochaine fois, elle achèterait peut-être un joli pantalon. Elle fit mine d’essuyer ses joues et renifla faiblement, alors que le reflet de la fenêtre lui renvoyait son vrai visage : une vampirette sanguinaire au sourire carnassier et aux yeux plus noirs que les abysses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelina Mintz

avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Age : 33
Votre pseudo : blindangel
Your Greatest Fear : être repoussée
My darling Sin : les fringues, les hommes
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Jeu 12 Mar - 1:40

La jeune femme commença à me raconter son histoire assez rapidement. Sans doute avait-elle besoin de se confier ? Quoiqu’il en soit, je blêmissais au fur et à mesure. Son histoire était horrible. Elle avait assisté au meurtre de son petit ami. Je ne voulais même pas savoir comment la femme s’y était prise. Du coin de l’œil, j’observais ma voisine. Elle me faisait de la peine. C’était indéniable. J’éprouvais une étrange sensation, en sa présence. De la compassion, pour son histoire et qui me donnait envie de la prendre dans mes bras pour la réconforter, mais aussi, et surtout, de la peur. Une peur irréfléchie et irrationnelle, qui tenait son origine dans les tréfonds de mon corps et qui me murmurait de me sauver. Comme si elle était dangereuse. Mais je chassai rapidement cette pensée de mon esprit. Elle n’était pas dangereuse en elle-même. Ce qui la rendait dangereuse, c’était ce à quoi elle avait assisté.

Finalement, j’écoutai la partie de mon esprit qui voulait la rassurer, la consoler et je l’attirai à moi pour la prendre dans mes bras et la réconforter comme je l’aurais fait avec un enfant. Sa peau était glacée. Là encore, je mis cela sur son état de stress évident et le fait qu’elle ait été totalement trempée lorsqu’elle était tombée sur moi. Rien d’alarmant, en somme. J’enviais sa peau douce que j’effleurai du bout des doigts pour calmer ses sanglots.


« Ca va aller… » murmurai-je en essayant de mettre de la conviction dans ma voix.

Machinalement, comme pour lui assurer que nous étions en sécurité dans ma voiture, je verrouillai les portières.


« Personne n’entrera dans cette voiture. Je te le promets. Et je… Je suis désolée, pour Stephen. »

J’avais l’impression d’être gourde à dire ça comme ça. Mais c’était le cas. J’étais désolée. Mais j’étais gourde aussi. C’était indéniable. Et je ne m’en étais pas encore rendue compte. Pour moi, j’avais fait monter dans ma voiture une jeune femme en perdition dont j’ignorais jusqu’au nom. Ma sottise me frappa au visage. L’écartant doucement pour regarder son visage je repris la parole :

« Je m’appelle Angelina. Et toi ? »

Après tout, nous risquions d’en avoir pour un moment, coincées dans cette voiture. Alors autant faire connaissance… De toute façon, tout ce qui pourrait lui changer les idées était bon à prendre, à mon avis. C’est pour cela que je continuai de parler. Pour ça, et, aussi, pour me soustraire de la boule qui, petit à petit m’obstruait la gorge et me donnait la nausée. L’inquiétude, sans doute, la peur de voir surgir cette meurtrière. Un violent coup de tonnerre me fit sursauter et éclater d’un rire nerveux. J’avais hâte que la pluie cesse. J’avais hâte de pouvoir aller chercher un dépanneur. J’avais hâte que nous allions voir la police pour que ma compagne d’infortune puisse faire rechercher cette meurtrière. J’avais hâte d’en finir avec tout ça… Alors, en attendant, je lui racontai d'où je venais. Pourquoi j'étais à Forks ce soir, les études que je poursuivais... Des choses sans importance, mais qui, pourtant, m'apaisaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilee F. Drayton
Violence && Vengeance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 355
Age : 27
Votre pseudo : Mary
Mood : Unstable
Philosophy : « I'm a killer, it can't be otherwise. »
Your Greatest Fear : Eternal loneliness
My darling Sin : Teen Blood
What are you? : Vampire nomade
Date d'inscription : 02/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 116 years old
Power: None
Relationship:
MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Jeu 12 Mar - 6:21

    Oh Stephen, ce pauvre Stephen, ce pauvre humain tout droit sorti de l’esprit de Jubilee était mort pour la bonne cause. L’histoire avait été assez convaincante pour attirer la sympathie de l’humaine. La vampire fit disparaître son sourire lorsqu’elle retourna la tête vers sa compagne et dut se mordre la lèvre inférieure lorsque la brunette l’attira dans ses bras. Elle inspira longuement tout en continuant de simuler la peine et la panique. Son nez était envahi par la délicieuse odeur de l’humaine; ses mains se crispèrent légèrement sur le haut de la jeune femme. Elle ouvrit inconsciemment la bouche mais se retint, même si tout près de son visage battait une veine affriolante. Elle imaginait déjà sa mâchoire se refermer sur ce trésor qui se viderait alors du nectar des dieux. Un frisson la parcourut violemment et elle ferma les yeux, alors que sa victime verrouillait les portières de la voiture, par soucis de sécurité. Décidément, elle lui facilitait la tâche.

    Son regard noir rencontra les yeux noisette de la belle humaine, qui se présenta sous le prénom d’Angelina et lui demanda le sien. Jubilee hésita un moment; elle ne savait pas trop si elle devait dire son véritable nom ou pas. Au fond, qu’est-ce que ça changeait, puisque cette fille ne survivrait pas ? Elle déglutit, ses mains blanches toujours accrochées au t-shirt de son humaine. Le tonnerre résonna et elle ricana nerveusement, un faible sourire se dessina sur mes lèvres.


    JUBILEE - « Enchantée, Angelina…Je…Je suis Jubilee. »


    Elle se tut, cherchant quoi rajouter, mais Angelina n’avait pas besoin d’elle pour faire la conversation. Elle étalait toute sa vie dans l’ombre de la nuit, sans savoir que celle qui se trouvait à ses côtés pouvait la tuer en moins d’une fraction de seconde. Mais l’humaine avait fait le bon choix, sans le savoir, pour gagner du temps. Jubilee adorait les histoires; elle aimait connaître la vie de ceux qu’elle vidait de leur sang. Parce qu’alors qu’elle aspirait la vie hors de leurs corps, elle s’imaginait dans leur peau, vivant ce qu’ils lui avaient raconté auparavant. Elle aimait se cramponner à leur corps froid et visualiser de quoi elle aurait l’air à leur place. Pendant un moment, elle n’était plus une vampire, elle était humaine et travaillait, avait une famille, des amis, un copain, un mari, des enfants, des parents…La belle, appuyée contre le dossier du siège, écoutait attentivement sa compagne. Une pointe de jalousie la piqua alors qu’elle prenait conscience de la vie de cette fille. Elle avait une voiture, des parents, faisait des études. Fae n’avait jamais conduit de sa vie, avait été renié par ses parents et ses quelques études étaient bien loin aujourd’hui.

    Ses fins sourcils se rejoignirent en un froncement furieux et son petit nez se retroussa légèrement. Ses lèvres couleur framboise mimèrent une moue pensive et ses grands yeux noirs scrutèrent le visage d’Angie dans la nuit. Pourquoi est-ce que les humains étaient si étranges et à la fois si parfaits ? Ils étaient les victimes de la maladie et de la mort, les esclaves de l’argent, ils étaient effrayés par les catastrophes naturelles et les accidents…Ils étaient fragiles et pourtant leur vie était bien remplie.


    JUBILEE - « C’est fascinant… »


    Le murmure avait échappé à la jeune vampire et une étincelle brillait dans ses yeux. Elle se recroquevilla d’avantage et un sourire étrange étira ses lèvres. Malgré les cernes sous ses yeux, elle n’avait plus l’air aussi triste, ni paniquée d’ailleurs. Elle était calme, paisible, affichant un sourire bien singulier qui était tout à fait incohérent avec l’état dans lequel elle devait se trouver à l’instant. Après tout, n’avait-elle pas assisté à la mort de son ami ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelina Mintz

avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Age : 33
Votre pseudo : blindangel
Your Greatest Fear : être repoussée
My darling Sin : les fringues, les hommes
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Jeu 12 Mar - 20:12

Jubilee. C’était un joli prénom. J’aimais la façon dont elle le prononça. Ce n’était pas un prénom courant. A dire vrai, je ne l’avais, même, jamais entendu. Et j’aimais, aussi, le son de la voix de cette jeune femme. Pourtant, c’était moi qui parlais. Moi qui faisais la conversation. Alors que j’aurais aimé en apprendre plus sur elle. Maintenant qu’elle semblait calmée, je me sentais mieux également. Comme apaisée, même si la gêne ne passait pas totalement. Mais je faisais avec.

« J’aime beaucoup ton prénom, Jubilee » répondis-je.

Je me le répétai à plusieurs reprises. Ce n’était pas un prénom que j’aurais pu porter. Mais je ne doutais pas que ma voisine, si elle n’avait eu à fuir, et si elle n’avait été trempée le portait à merveille. On m’avait souvent dit que je portais bien mon prénom, Angelina. Parce que j’avais l’air d’un ange. Mais moi, je ne l’aimais pas. Je préférais qu’on m’appelle Angie, ou Lina. Mais on ne choisit pas son prénom. On naît avec. Et il conditionne toute notre vie. J’aimais la symbolique des prénoms. Même si je ne trouvais pas que le mien me ressemblait. J’essayais, tout en parlant, d’imaginer un peu le caractère de Jubilee par rapport à son prénom. J’imaginais quelqu’un de timide, renfermé, qui se confiait peu et qui, pourtant, devait être une personnalité exaltée. Je l’imaginais s’éveiller, vivre à fond ses passions. En tout cas, c’était l’idée que je me faisais d’elle. Pourtant, je ne m’épanchai pas sur ce que j’imaginais à son sujet. Lorsqu’enfin je me tut, après un bon quart d’heure à raconter ma petite vie ennuyeuse pour meubler le silence, Jubilee se déclara fascinée par ma vie. Interloquée, je tournai la tête vers elle.


« Je ne vois pas ce que ça a de fascinant… C’est juste une routine. Mais parle moi de toi… »
demandai-je alors.

Pour rétablir l’équilibre ? Peut-être un peu. Mais aussi, et surtout, pour chasser cette sensation qui commençait à monter. Le regard était trop profond. Trop pénétrant... Et ce sourire aussi, il commençait à me déranger. A nouveau, je tournai la tête pour échapper au regard de Jubilee. Je commençai à regretter de lui avoir proposé de s’abriter dans ma voiture. D’autant que l’orage ne passait pas. Je ne pensai pas qu’il durerai aussi longtemps. Au bout d’un moment, je repris la parole.


« Je crois que ça ne va pas passer… On devrait peut-être aller chercher les secours ? A deux, on ne risquera rien… Surtout en ville, qu’en penses-tu ? »

J’ignorais encore à quel point j’étais loin de la vérité. J’ignorais que le danger était là, juste à côté de moi et qu’il n’attendait qu’un signal pour se dévoiler. En attendant sa réponse, je me tournai pour déverrouiller les portières. Je n’attendais plus que l’accord de Jubilee pour descendre de la voiture et me mettre en quête du commissariat pour faire remorquer ma voiture et signaler le meurtre du petit ami de Jubilee et son agression. Mes grands parents devaient sans doute commencer à être inquiets, en plus de ne pas me voir arriver.

*Pourquoi ne me suis-je pas arrêtée dans un petit hôtel…* soupirai-je.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilee F. Drayton
Violence && Vengeance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 355
Age : 27
Votre pseudo : Mary
Mood : Unstable
Philosophy : « I'm a killer, it can't be otherwise. »
Your Greatest Fear : Eternal loneliness
My darling Sin : Teen Blood
What are you? : Vampire nomade
Date d'inscription : 02/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 116 years old
Power: None
Relationship:
MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Ven 13 Mar - 14:46

    Elle était mignonne, elle aimait son prénom. Elle avait une vie de jeune humaine tout à fait banale parmi les autres humains, mais pour la vampire, c’était merveilleux. Et dire qu’elle laisserait bientôt tout ça derrière elle et embrasserait la mort dans un dernier souffle. Elle ne finirait pas ses études, ne reverraient pas ses grands-parents, abandonnerait sa petite voiture en panne sur le bord de cette route et disparaitrait. Sa famille passerait des annonces pour la retrouver, les autorités chercheraient, mais il n’y aurait aucun corps pour la déclarer décédée, pas même un soupçon sur un possible meurtrier. Elle ne trouvait pas sa vie fascinante, elle voulait entendre parler de sa compagne. Mais Jubilee garda le silence et attendit; elle n’avait rien de sa vie qu’elle pouvait dire à cette fille. Ce serait trop long. Elle en aurait pour des heures, de raconter la naissance de sa fille, ses parents qui l’avaient repoussé, la mort de son époux, sa transformation, le meurtre de sa famille, les dures années qui avaient suivi, sa rencontre avec celui qu’elle considérait son meilleur ami, ses folles escapades tout autour du globe, sa décision de venir en Amérique suite à la mort de l’un de ses amis…Et son régime immonde ces dernières semaines. Mais l’humaine ne regardait plus Fae.

    ANGELINA - « Je crois que ça ne va pas passer… On devrait peut-être aller chercher les secours ? A deux, on ne risquera rien… Surtout en ville, qu’en penses-tu ? »


    Elle déverrouillait déjà les portières et Jubilee l’imaginait fuir sous la pluie, portée par le vent qui ne la pousserait jamais assez vite pour échapper à la prédatrice. La belle n’avait pas envie de retourner se mouiller à l’extérieur par contre, c’est pourquoi elle poussa soudainement un gémissement apeuré et se remit à sangloter.

    JUBILEE - « J-Je ne veux pas…Imagine qu’elle nous ait repéré, qu’elle soit à couvert et n’attende qu’un seul mouvement de notre part pour attaquer…Oh mon Dieu, Angelina, j-je ne veux p-pas assister une nouvelle fois à la mort de quelqu’un…Cette femme…Cette femme est dangereuse…! »


    La vampire se détourna alors de l’humaine et ramena contre elle ses jambes blanches, se cramponnant au siège passager comme s’il s’agissait de sa seule chance de survie. La situation était tellement divertissante que la belle avait envie de rire et de courir sous la pluie battante, mais elle se força à continuer de pleurer, roulée en boule sur le siège. Elle répétait tout bas qu’elle ne voulait pas mourir, que cette femme –elle-même en l’occurrence – était particulièrement meurtrière, que sa technique était incroyable et qu’aucun humain ne pouvait faire quelque chose d’aussi horrible de sang froid. Avec l’orage, personne n’entendrait quoi que ce soit si elles étaient attaquées, tout comme personne n’entendrait lorsque Jubilee se nourrirait enfin. Cette tempête était réellement un don, peu importe qui contrôlait la température. La vampire dans son rôle de jeune fille effrayée observa une bourrasque de vent secouer un arbre près de la route, arrachant quelques feuilles qui furent emportées. La violence des éléments naturels était particulièrement impressionnante. La belle vivait si souvent dans la nature que tout lui paraissait maintenant banal; mais maintenant qu’elle avait le temps d’observer toute la beauté de la nature hors du contexte, c’était fantastique.

    JUBILEE - « Écoute ce bruit, Angelina…Le vent, la pluie, les grondements du tonnerre…Si cette femme attaquait, même en criant très fort, je ne crois pas que qui que ce soit nous entende. Entends-tu un autre bruit que ceux de la nature ? Je pourrais sortir et crier à l’aide durant des heures sans que personne ne se rende compte que nous sommes en danger… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelina Mintz

avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Age : 33
Votre pseudo : blindangel
Your Greatest Fear : être repoussée
My darling Sin : les fringues, les hommes
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Ven 13 Mar - 17:22

Jubilee ne répondit pas à ma question sur son histoire à elle. Je décidai de ne pas insister. Je ne voulais pas la blesser. C’était peut-être douloureux après ce qu’elle avait vécu ce soir. Je hochai la tête. Par contre, je n’étais pas d’accord avec elle. Je ne voulais pas rester ici à attendre de voir la suite des événements. A nouveau, je tournai la tête vers elle.

« Non, Jubilee. Je comprends que tu ne veuilles pas sortir. Tu n’as qu’à rester dans la voiture en m’attendant et t’enfermer. Mais on ne peut pas rester là à attendre. On ne sait pas combien de temps ça va durer, cette histoire. Et l’attente me tue… » déclarai-je avec une emphase qui ne me ressemblait pas.

Je ne voulais pas. Je ne pouvais plus rester là. Ce n’était pas possible. Je ne le supporterais pas longtemps. La nervosité commençait à me gagner et elle ne me réussissait pas. J’avais tendance à devenir hystérique lorsque j’étais nerveuse. Je préférais autant que possible l’éviter. J’ouvris la portière pour sortir de la voiture, mais la réaction de Jubilee me retint et je refermai la portière avant de prendre la jeune femme dans mes bras.

« D’accord. Je reste avec toi. Mais si dans vingt minutes ça ne s’est pas calmé, j’irai quand même. On ne peut pas rester là. Il nous faut de l’aide… »

C’était dit. Je me mis à caresser les cheveux de ma compagne pour la calmer et la rassurer. Un brusque coup de vent me fit sursauter à nouveau. Je craignais presque que la Mini s’envole. Mais non. Je ne devais pas penser ça. Elle resterait stable. Pourtant, je n’en menais pas large. J’avais été bête de ne pas recharger mon portable avant de partir. Si j’avais eu de la batterie, nous ne serions pas dans cette situation là. Nous serions déjà à l’abri au commissariat ou chez mes grands parents. Car il aurait été exclu que je la laisse toute seule. Je l’aurais invitée chez mes grands parents. En tout cas, je devais bien avouer que Jubilee avait raison. Si cette femme attaquait, personne ne nous entendrait hurler. C’était pour ça qu’il ne fallait pas rester là.

« Vu le temps, elle aura sûrement du mal à nous retrouver… Je t’assure. Il vaudrait mieux mettre ce répit à profit. Le temps nous est plus favorable qu’à elle. D’accord, nous devrons lutter contre le vent. D’accord, la pluie va nous tomber dessus. Mais à elle aussi. Et je connais Forks. J’y viens tous les ans. Fais-moi confiance, Jubilee. Tu n’as pas plus envie de mourir que moi. N’attendons pas que la mort vienne nous cueillir. Et si ça se trouve, elle ne va pas nous poursuivre… »

Bel optimisme… mais j'étais déterminée à ne pas lâcher prise. Je ne voulais pas rester là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilee F. Drayton
Violence && Vengeance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 355
Age : 27
Votre pseudo : Mary
Mood : Unstable
Philosophy : « I'm a killer, it can't be otherwise. »
Your Greatest Fear : Eternal loneliness
My darling Sin : Teen Blood
What are you? : Vampire nomade
Date d'inscription : 02/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 116 years old
Power: None
Relationship:
MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Ven 13 Mar - 19:06

    La vampire s’était mis en tête de retenir son humaine bien à l’abri dans la voiture. La brunette semblait avoir compris la peur factice de sa compagne. Elle la traitait comme une pauvre victime et semblait vouloir la rassurer à tout prix, au plus grand plaisir de Jubilee. Angelina ouvrit la portière, laissant s’engouffrer à l’intérieur le vent et la pluie, mais les protestations de la belle lui firent rebrousser chemin. Aussitôt, Fae se retrouva à nouveau dans les bras de sa victime, son visage enfoui dans son cou. Cette gorge aux effluves délicieux, dans laquelle se cachaient les veines palpitantes remplies de sang. La main de la jeune femme caressait ses cheveux alors que la vampire résistait difficilement à l’envie de croquer à pleines dents dans la chair fraîche. « Pas tout de suite », se répétait-elle mentalement, persuadée que le moment serait encore meilleur si elle se forçait à attendre encore un peu. Angie disait vingt minutes. D’accord, dans vingt minutes, le jeu se terminerait sur une note sanglante. Jubilee dissimula un rire dans une fausse quinte de toux, tout en se blottissant d’avantage contre son futur repas.

    ANGELINA - « Vu le temps, elle aura sûrement du mal à nous retrouver… Je t’assure. Il vaudrait mieux mettre ce répit à profit. Le temps nous est plus favorable qu’à elle. D’accord, nous devrons lutter contre le vent. D’accord, la pluie va nous tomber dessus. Mais à elle aussi. Et je connais Forks. J’y viens tous les ans. Fais-moi confiance, Jubilee. Tu n’as pas plus envie de mourir que moi. N’attendons pas que la mort vienne nous cueillir. Et si ça se trouve, elle ne va pas nous poursuivre… »


    Hm. Le jeu ne pouvait pas s’arrêter maintenant. Mais il devait prendre une tournure plus amusante. Amusante pour elle, terrifiante pour Angie. Pire que d’être prisonnière d’une voiture dans l’orage en compagnie d’une victime d’agression ? Être prisonnière d’une voiture dans l’orage en compagnie d’une fausse victime complètement cinglée. La folie faisait peur aux gens, les gens fuyaient la folie. Même si la belle était en piteux état, l’humaine ne voudrait sûrement pas rester coincée ici et préférerait nettement courir sous la pluie à la recherche des secours.

    JUBILEE - « Angelina… »


    La jeune vampire dégagea son visage du cou de son interlocutrice et planta ses yeux noirs dans le regard de l’humaine.

    JUBILEE - « La mort m’a déjà cueilli, Angelina. Elle m’a tendu les mains et m’a tendrement embrassé jusqu’à ce que j’adopte sa philosophie. Je vis la vie après la mort. Cette femme, elle m’a suivi. Elle est là. Tout près. Elle attend, un sourire aux lèvres, que tu perdes le contrôle pour que le jeu se termine comme elle le veut. Au moindre mouvement, elle te tordra le cou et remplira des coupes avec le nectar qui coule dans tes veines pour éviter la mort. Angelina…La mort se fiche du mauvais temps. »


    Elle se força à cligner des yeux deux fois, le regard fixe, vide, comme si tout au long de sa tirade elle avait communiqué avec un autre monde. Elle avait l’eau à la bouche, tous ses sens étaient en alerte et elle ne voyait plus d’Angelina qu’un flot de sang qui circulait à une allure folle, poussé par les battements réguliers d’un cœur inquiet. Au lieu de s’éloigner d’elle comme elle aurait dû le faire pour éviter la catastrophe, Jubilee retourna se blottir dans les bras de l’humaine, reniflant le parfum de ses cheveux en s’agrippant à son t-shirt. Les humains sentaient si bons. C’était envoûtant, presque violent chaque fois que l’odeur atteignait le nez de la vampire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelina Mintz

avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Age : 33
Votre pseudo : blindangel
Your Greatest Fear : être repoussée
My darling Sin : les fringues, les hommes
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Sam 14 Mar - 2:40

Jubilee devenait-elle folle ? Ce fut, du moins, l’impression que j’eus lorsque la jeune femme reprit la parole. Je fronçai les sourcils. Je ne comprenais plus rien à ce qu’elle me racontait. Il fallait croire que cette rencontre avec une meurtrière l’avait touchée plus qu’il n’en paraissait. A nouveau, je m’écartai de Jubilee.

« Arrête de raconter des conneries. Tu veux ? Tu es bel et bien vivante et à côté de moi. Je crois que tu as vraiment besoin de te reposer. Tu as besoin de parler à quelqu’un de ce que tu viens de vivre. Quelqu’un qui pourra t’aider mieux que moi. Alors reste-là. Moi, je vais y aller. »

Je n’attendis pas sa réponse. Je me dégageai brutalement de l’étreinte de Jubilee et rouvris la portière pour descendre de voiture. Cette fois, c’en était trop. Cette fois, je ne changerais pas d’avis. Il fallait vraiment que je fasse quelque chose. La pluie ne se calmerait sans doute pas, le vent non plus. Qu’à cela ne tienne. J’arriverai trempée au commissariat, mais au moins, ça serait une bonne chose de faite. Finalement, je ne proposerai sans doute pas à Jubilee de dormir chez mes grands parents. J’avais trop peur de ce qu’elle pourrait leur dire. En tout cas, en cet instant, je n’aspirais plus qu’à une chose. Sentir la pluie dégouliner sur mon visage pour me ramener au présent. Je n’avais pas à avoir peur à Forks. Et l’angoisse sourdait dans cette voiture. Je ne me sentais, réellement, pas à l’aise avec Jubilee. J’avais mis, au départ, cette gêne sur ce qu’elle venait de vivre. Sur le choc. Mais force m’était d’avouer, à présent, que ça venait d’elle. C’était elle qui était à l’origine de mon trouble. Elle pouvait venir, si elle voulait. Ca ne me dérangeait pas. Je descendis de la voiture et lui laissai les clés de celle-ci sur le siège conducteur.

« Bon. Moi, j’y vais. Tu peux venir si tu veux, mais je n’attendrai pas une minute de plus. »

Je ne resterai pas une minute de plus avec une névrosée, aurais-je dû dire. Mais je ne pouvais m’y résoudre. C’était sans doute normal, qu’elle dise n’importe quoi. Quoiqu’il en fût, moi, je ne pouvais en supporter plus sous peine de devenir complètement folle. La pluie battante me refroidit immédiatement. Tout bien réfléchi, je serais volontiers remontée dans ma voiture s’il n’y avait eu Jubilee à l’intérieur. Non, vraiment, mieux valait me mettre en route. Sans plus réfléchir, car cela ne servait à rien, je me mis à avancer en direction du commissariat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilee F. Drayton
Violence && Vengeance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 355
Age : 27
Votre pseudo : Mary
Mood : Unstable
Philosophy : « I'm a killer, it can't be otherwise. »
Your Greatest Fear : Eternal loneliness
My darling Sin : Teen Blood
What are you? : Vampire nomade
Date d'inscription : 02/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 116 years old
Power: None
Relationship:
MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Sam 14 Mar - 3:25

    La jeune humaine était effrayée, tout se déroulait parfaitement. Elle préférait marcher sous la pluie plutôt que de rester au chaud dans la voiture; son malaise devait être insupportable. Alors qu’on lui intimait d’arrêter ses bêtises, Jubilee garda son expression égarée, même si un sourire tentait de forcer le passage sur ses lèvres tremblantes. Angelina se dégagea brusquement et se dépêcha de sortir en annonçant que si sa compagne voulait venir, parfait, mais elle n’attendrait plus. Dès qu’elle tourna les talons pour partir, la vampire passa à la prochaine étape. À la vitesse que seule une créature surnaturelle pouvait atteindre, elle sortit par la portière du côté passager, la fit violemment claquer et se retrouva une fraction de seconde plus tard devant Angie. Elle mima un instant son expression horrifiée, puis tourna sur elle-même en retirant le manteau de l’humaine. Elle éclata d’un rire cristallin et sautilla dans une flaque d’eau, ses pieds nus lavés de la boue qui les couvrait.

    JUBILEE - « Angie, ma belle Angie, tu ne vas pas abandonner une pauvre fille dans la tempête, toute seule ? »


    En un bond, elle fut derrière sa victime.

    JUBILEE - « Imagine qu’elle revienne, que le monstre revienne pour faire une nouvelle victime ? Mon Stephen, mon pauvre Stephen ! »


    Un nouveau bond, et elle fut de retour devant l’humaine.

    JUBILEE - « Sa chair déchirée par les crocs de cette magnifique créature, son sang délicieux qui coulait en fontaine vers les lèvres affamées de la belle… »


    Elle se blottit brusquement contre la jeune femme, cachant son visage dans les cheveux d’Angie. Elle prit une grande inspiration et poussa un grognement presque félin alors qu’elle reniflait de nouveau l’odeur envoûtant de son sang. Le parfum d’une humaine, après tout ce temps, la rendait complètement folle. Elle avait envie de faire un massacre, quitte à devoir effacer les preuves ensuite. Elle avait envie de se gorger de ce sang chaud qui lui faisait tant envie; elle voulait s’y noyer. Ses longs doigts se refermèrent comme des serres sur la taille de l’humaine, dans une étreinte presqu’amoureuse.

    JUBILEE - « Ma belle humaine à la saveur sucrée…Ne t’inquiètes pas, mon Stephen n’a pas souffert. Il n’existe même pas…Mais les humains sont si naïfs que j’étais persuadée qu’avec mon numéro de victime, tu me prendrais en pitié. »


    La vampire s’éloigna légèrement et ricana de nouveau en levant les bras au ciel. Quel temps merveilleux ! Elle avait tant attendu pour une telle occasion; elle avait bien fait d’acheter une nouvelle robe, la couleur prune était bien plus appropriée pour un repas que la couleur bleu ciel de sa robe d’été. Ses grands yeux noirs scintillaient dans la nuit, sa peau blanche et parfaite lui donnait l’air de la plus belle des poupées de porcelaine et sa voix, une mélodie inquiétante résonnant dans la nuit, la transformait en prédatrice malgré son allure générale.

    JUBILEE - « Ma petite humaine effrayée…Je veux que tu fuis, comme la biche devant le chasseur, puisse la chasse commencer…Tu vas courir, je te poursuivrai, et quand le jeu sera terminé, je te promets que ce ne sera pas trop douloureux… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelina Mintz

avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Age : 33
Votre pseudo : blindangel
Your Greatest Fear : être repoussée
My darling Sin : les fringues, les hommes
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Dim 15 Mar - 1:30

Si jusque là je ne m’étais pas réellement sentie en danger, cette fois, ce n’était plus le cas. Lorsque Jubilee me rattrapa, le soulagement de voir qu’elle était capable de sortir de la voiture fut rapidement remplacé par une pure frayeur. Elle bougeait trop vite. Sa voix, son regard n’étaient plus ceux d’une jeune femme un peu paumée. Tout cela n’avait-il été qu’une farce ? Un avertissement de mes parents me revint en mémoire : ne parle jamais aux inconnus. C’était ce que j’avais fait. Et à cet instant, je m’en mordais les doigts. J’étais naïve, mais pas stupide. Pourtant, j’essayais d’abord de jouer l’imbécillité.

« Ecoute Jubilee. Tu me pompes l’air là. Il FAUT aller voir les flics. On ne PEUT PAS rester là. Alors t’as qu’à retourner à la voiture, moi, j’y vais. »

Je voulus me dégager à nouveau lorsque Jubilee se serra à nouveau contre moi. Cette fois, ça avait assez duré. Pourtant, je me figeai net lorsqu’elle reprit la parole. J’avais peur. ELLE me faisait peur. Devais-je m’enfuir ? Le pouvais-je seulement ? Rien n’était moins sûr. Vue la vitesse à laquelle elle m’avait rejointe, la vitesse à laquelle elle tournait autour de moi, comme si elle était plus rapide que mes yeux ne pouvaient le voir, j’essayais de me convaincre que j’avais cette impression à cause de la pluie, mais l’immense sentiment de danger qui m’envahissait de plus en plus me prouvait le contraire. Une partie de mon instinct me poussait à prendre mes jambes à mon coup. Une autre me poussait à ne pas bouger, comme si mon immobilité aurait le même effet sur cette folle qu’elle était censée en avoir sur les animaux sauvages.

Je tremblais comme une feuille. Le vent manqua à plusieurs reprises de me renverser au sol. Mais je tenais bon, comme fichée dans le bitume. J’étais bien incapable de mettre un pied devant l’autre. Quant à me mettre à fuir devant elle comme elle me le demandait, plutôt mourir. En même temps… Si je restais là, j’allais mourir. Que si je me sauvais, j’avais peut-être une chance de m’en sortir vivante, même si elle était bien maigre.

Je ne la regardais pas. Je ne la regardais plus. Cette figure de mort. Celle que j’avais voulu aider et protéger et qui m’avait trahie en étant ce qu’elle m’avait dit fuir. Elle allait me tuer. Elle l’avait dit. Elle allait me pourchasser. Elle voulait me chasser. Et ce que je voulais moi, est-ce que cela comptait ? Des larmes perlèrent aux coins de mes yeux, rapidement noyées par la pluie qui dégoulinait sur moi. Je ne reverrai sans doute jamais ma famille si je ne parvenais pas à trouver un moyen de m’en sortir.

Cette idée suffit à m’insuffler le peu d’énergie dont j’avais besoin pour me mettre à courir. Je n’avais jamais été excessivement sportive, mais la peur donnait des ailes. J’avais l’impression de voler, poussée en avant par le vent. Je ne contrôlais pas mes mouvements, ma direction. Je ne savais pas où j’allais, mais j’y allais. Aussi vite que je le pouvais, sans rien voir de ce qui se trouvait devant moi. Je n’osais pas me retourner, de peur de la voir à mes trousses. D’un seul coup, je tournais à gauche, puis encore à gauche, pour essayer de retourner à ma voiture. Là, je m’enfermerai. C’était sans doute le mieux que je pouvais faire. M’enfermer dans ma voiture et attendre que le jour se lève. J’y verrai alors plus clair. Si je survivais à la nuit, je pourrai m’en sortir. Il me fallait, juste, gagner du temps…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilee F. Drayton
Violence && Vengeance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 355
Age : 27
Votre pseudo : Mary
Mood : Unstable
Philosophy : « I'm a killer, it can't be otherwise. »
Your Greatest Fear : Eternal loneliness
My darling Sin : Teen Blood
What are you? : Vampire nomade
Date d'inscription : 02/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 116 years old
Power: None
Relationship:
MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Dim 15 Mar - 6:54

    Angelina était tout d’abord immobile, figée comme une statue de pierre. Son regard effrayé se fixait ailleurs que sur la vampire et Jubilee s’en sentait vexée. Extrêmement vexée. Les gens devaient l’aimer, la désirer, l’envier, l’admirer. C’était impossible qu’on ne veuille pas l’observer sous toutes ses coutures du soir au matin. Tout le monde devait la trouver parfaite, c’était simplement logique qu’on l’adore. Du moins pour elle. Accompagnée d’hommes qui ne cessaient de lui répéter à quel point elle était belle, suivies par des femmes qui voulaient un teint comme le sien, des lèvres comme les siennes…La vampire avait vécu ces dernières décennies avec des gens qui la considéraient comme une femme sublime. Et maintenant, une humaine, une simple humaine, refusait de la regarder, refusait de voir à quel point elle était belle. Elle refusait aussi d’obéir et restait plantée là. Était-elle devenue sourde ? Jubilee retourna jouer dans les flaques d’eau, sautillant autour de sa victime alors qu’elle fredonnait les paroles de « Naughty but Nice », une chanson d’une comédie musicale des années ’50. Elle dansait sous la pluie comme elle avait voulu le faire depuis le début de cette rencontre, attendant qu’Angie se décide à courir. Si elle ne fuyait pas, tant pis. Elle serait dévorée sur place.

    Soudainement, l’humaine se mit à courir et Jubilee attendit un moment avant de se mettre à gambader à ses trousses. Elle ne courait pas réellement, ç’aurait été injuste pour la petite brune. Elles tournaient premièrement à gauche puis encore à gauche, et lorsque la vampire réalisa le plan de sa victime elle s’arrêta brusquement et s’esclaffa. En un bond, elle apparut près de la voiture, où elle continua de rire de façon hystérique.

    JUBILEE - « Angie ! Je ne te croyais pas aussi bête, ma jolie ! Tu crois que t’enfermer dans ta voiture te sauvera ?! »


    Sur ses mots, sa main blanche se referma sur la poignée de la portière côté passager et elle tira, arrachant presque la porte sous le coup. Pendant sur ses gonds, la pauvre portière grinça; Jubilee s’installa alors confortablement sur le siège et referma la porte si fort que le battant s’enfonça, retenu alors par le métal plié et incrusté dans le reste de la voiture.

    JUBILEE - « J’aime bien ta voiture, Angie, elle est confortable. Et puis, elle est jolie aussi. Tu sais, je n’ai jamais eu de voiture moi. Quand je suis née, les voitures étaient sur le marché depuis déjà une vingtaine d’années, mais nous n’en possédions pas. C’est seulement plus tard, quand je me suis mariée, que j’ai voyagé pour la première fois dans une voiture. J’étais bouleversée quand mon époux est mort, parce que j’ai dû vendre la voiture. Mais j’avais ma fille au moins. Elle était toute petite et mignonne. Et mon frère m’a accueilli, avec ma cousine, ils étaient gentils. »


    La vampire soupira, comme attristée, mais retrouva aussitôt son sourire. Tout ça était si loin derrière elle qu’elle n’en gardait que de vagues souvenirs. Elle ne savait même pas si elle avait été triste quand son mari était mort; elle supposait que oui, parce que les femmes étaient tristes lorsque leur mari mourrait.

    JUBILEE - « Alors ma belle, tu veux que je te reconduise chez tes grands-parents ? Et si tu veux demain on retournera chez ta famille à Seattle, ma chérie, comme ça tu pourras les revoir. »


    Fae adressa un sourire radieux à sa victime et replaça une mèche de ses cheveux. Si cette fille était naïve pour ne pas saisir le double-sens de cette proposition, elle était définitivement bien idiote. Mais ce serait tout de même drôle, de la ramener à ses grands-parents, de les tuer, puis de l’obliger à la conduire chez elle à Seattle pour tuer ses parents avant de se nourrir de son sang. Ce serait un carnage exquis qui ne se représenterait pas de sitôt. La vampire tendit le main vers le pare-brise et posa ses doigts contre la vitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelina Mintz

avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Age : 33
Votre pseudo : blindangel
Your Greatest Fear : être repoussée
My darling Sin : les fringues, les hommes
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Mar 17 Mar - 13:13

Je poussai un hurlement noyé par la pluie lorsque je vis Jubilee devant ma voiture. Celui-ci redoubla lorsqu’elle en arracha littéralement la portière avant de se glisser à l’intérieur. Ma pauvre voiture. Au moins, vu son état, on se mettrait à me chercher. Même si cela s’avérait trop tard, ils retrouveraient Jubilee et ma mort serait vengée. Je reculai en tremblant, sans regarder où j’allais et je trébuchai, m’étalant de tout mon long. Ma dernière heure était-elle déjà arrivée ? Machinalement, je portai mes mains à mon visage pour me protéger. Protection dérisoire, je le savais déjà. Mais rien ne vient. Rien d’autre que la voix de celle qui me chassait depuis ma voiture. J’avais encore un peu de répit. Son histoire, je n’en avais plus rien à faire. Je ne l’écoutais même plus, d’ailleurs.

Je me relevai précipitamment et recommençai à reculer, en faisant plus attention cette fois à ce qu’il y avait derrière moi. Je ne reportai mon attention sur Jubilee que lorsqu’elle proposa de me ramener chez mes grands-parents puis chez mes parents. Devant cette proposition, mes yeux faillirent sortir de mes orbites.


« Non ! Plutôt mourir que de t’emmener là bas ! » m’écriai-je avec rage.

Je la haïssais. Je la détestais. Mais je n’avais jamais été aussi près de la vérité. J’allais mourir. Elle ne me laisserait pas vivre. Je le savais, j’en avais conscience. L’exactitude de mes paroles me frappa et déclencha en moi un rire nerveux. J’allais mourir. A quoi servait de courir ? J’allais me fatiguer pour rien. Je ne voulais pas lui faire se plaisir. Je secouai la tête. Je ne voulais pas mourir. Qu’avais-je fait pour mériter ça ? J’avais toute la vie devant moi, encore… Je ne méritais pas de mourir. Pas comme ça… Je m’étais toujours vue mourir vieille, en compagnie de mes enfants, de mes petits enfants et même de mes arrières petits enfants… Je relevai la tête vers ma voiture.


« Pourquoi moi ? Qu’ai-je fait pour mériter ça ? Pourquoi ne me laisserais-tu pas partir ? Je te promets de ne piper mot de tout ceci. Je te promets de garder le silence. Mais laisse-moi partir. Laisse-moi vivre… Je… Je donnerai ton nom à mon enfant, s’il n’y a que ça. Je t’en prie.. Tu as eu un enfant toi. Moi je n’en ai pas encore eu ! »

Les larmes coulaient librement sur mes joues. Les sanglots secouaient ma voix. Je devais faire pitié. Sans nul doute, je me serais croisée dans la rue, je me serais fait pitié. J’aurais lancé une pièce à cette pauvre chose qui, d’une certaine façon, ne m’aurait procuré que du dégoût. Mais je ne voulais pas mourir. Je voulais vivre. Je voulais me marier, avoir des enfants. Je voulais… Mais cela importait-il réellement ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilee F. Drayton
Violence && Vengeance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 355
Age : 27
Votre pseudo : Mary
Mood : Unstable
Philosophy : « I'm a killer, it can't be otherwise. »
Your Greatest Fear : Eternal loneliness
My darling Sin : Teen Blood
What are you? : Vampire nomade
Date d'inscription : 02/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 116 years old
Power: None
Relationship:
MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Mer 18 Mar - 10:58

    Elle hurlait, elle fuyait. Jubilee la suivait calmement, sur le bout des pieds. Elle avait parlé de sa vie, son ancienne existence, avec détachement, et plus le temps passait plus la faim était insoutenable. La rage et la peur d’Angelina mettaient tous ses sens en alerte, elle avait envie de tuer. Mais elle voulait tout d’abord que l’humaine se calme, qu’elle comprenne que c’était nécessaire, qu’elle accepte son sort en silence. Il ne fallait plus qu’elle panique, elle devait se laisser aller dans les bras de la mort. Lorsque la vampire proposa de la ramener chez elle, l’humaine cracha sa haine violemment, hurlant qu’elle préférait mourir que d’y aller. Jubilee s’arrêta un moment de marcher pour profiter de la pluie qui l’inondait. Même si la nuit était parfaite, la belle aurait voulu qu’il fasse jour pour scintiller dans les rayons du soleil comme un diamant parfaitement taillé. Angelina s’esclaffa nerveusement.

    ANGELINA - « Pourquoi moi ? Qu’ai-je fait pour mériter ça ? Pourquoi ne me laisserais-tu pas partir ? Je te promets de ne piper mot de tout ceci. Je te promets de garder le silence. Mais laisse-moi partir. Laisse-moi vivre… Je… Je donnerai ton nom à mon enfant, s’il n’y a que ça. Je t’en prie… Tu as eu un enfant toi. Moi je n’en ai pas encore eu ! »


    La vampire posa ses grands yeux noirs sur la pauvre humaine, secouée de sanglots. Elle était là, trempée de la tête aux pieds, à pleurer en plaidant sa cause. Pendant un moment, Jubilee avoua qu’elle avait raison. Pourquoi faisait-elle une chose pareille ? Cette fille avait toute la vie devant elle, un avenir qui lui promettait de belles choses. Fae n’avait plus ce plaisir. Elle n’avait plus que la mort dans laquelle se complaire. Elle n’aurait plus jamais d’enfant comme sa petite Marina, mais Angelina aurait cette chance. La petite proposa de donner le nom de Jubilee à son enfant, si cela pouvait calmer la situation. Elle avait juré de ne jamais parler de tout ça à qui que ce soit. La vampire fut aussitôt sortie de sa torpeur et en un pas trop rapide pour les yeux d’Angelina, elle fut dans les bras de cette dernière. D’un revers de main, elle essuya les larmes de l’humaine et passa une main dans ses cheveux.

    JUBILEE - « Angelina, tu sais, quand on a fait de moi ce que je suis aujourd’hui, en 1911, je n’ai pas eu le choix. J’ai tué mon frère, ma fille et ma chère cousine. Je les aimais énormément mais ça ne m’a pas empêché de boire leur sang comme s’il s’agissait de mon seul espoir de vivre. Tu es une fille bien, Angelina, tu aurais eu un époux merveilleux et des enfants formidables. Tu aurais eu une belle vie et tu aurais eu du succès. Mais tu dois comprendre que je ne peux pas te laisser la vie sauve; la mienne serait en danger. Je dois me nourrir sous peine de tuer le moindre être vivant dans cette petite ville. Tu ne voudrais pas que je tue tous ceux qui s’y trouvent n’est-ce-pas ? Puisqu’ensuite, je devrai me rabattre sur Port Angeles, et même sur Seattle. Dis-toi que tu as déjà vécu quelques années, tu as eu des amis, une famille…Il y a de très jeunes enfants qui n’auront pas cette chance si je les dévore… »


    Elle appuya sa tête sur l’épaule d’Angie, tout près de son cou à nouveau, et soupira. Elle aimait parler à ses victimes, elle se sentait alors mieux, moins coupable. Comme si toutes ses paroles lui servaient de prétexte. Lentement, elle releva la tête pour regarder l’humaine.

    JUBILEE - « Le jeu a assez duré, Angelina…Il est temps pour toi de dire adieu à la vie. Je te promets que ce sera sans douleur. »


    Jubilee repoussa les cheveux trempés de sa victime, une main posée sur sa taille et l’autre sur son épaule, puis elle se pencha sur la gorge, ses dents acérées se plantant dans la chair comme un couteau dans du beurre. Aussitôt, elle sentit la chaleur du sang l’envahir et elle ferma les yeux, se serrant d’avantage contre Angelina. Ses mains se crispèrent sur le haut de l’humaine, ses ongles trouant le vêtement dans un craquement sinistre. La vampire se sentait plus forte que jamais : Jubilee revivait enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelina Mintz

avatar

Féminin
Nombre de messages : 14
Age : 33
Votre pseudo : blindangel
Your Greatest Fear : être repoussée
My darling Sin : les fringues, les hommes
Date d'inscription : 09/03/2009

MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Mar 31 Mar - 11:33

"Je ne veux pas mourir... Je... Je veux vivre..." sanglotai-je faiblement alors que Jubilee me pressait contre elle.

Je voulais partir. Je voulais vivre. Etait-ce trop demander à la vie? J'avais pourtant l'impression que ce n'était pas grand chose... Juste un voeux, un simple désir? Je voulais vivre, mais l'abattement s'emparait de moi. J'étais condamnée. Elle ne me laisserait pas partir, comme en témoignait son histoire qu'elle me racontait maintenant, preuve supplémentaire s'il en était que ma mort était proche. Je me remis à sangloter, essayant de me débattre et de me libérer de cet étau de fer glacial. Mais elle avait une force que j'étais loin de posséder et tout ce que je risquais, c'était de me faire du mal. Mais quelle importance, après tout? Alors qu'elle se penchait sur mon cou pour souffler légèrement dessus avant de se redresser pour m'avertir que c'était la fin, je me figeai un instant avant de recommencer à me débattre, plus vivement que jamais.


"Non! Non! Je refuse! Je refuse de mourir! Je refuse!"


Mais qui étais-je pour pouvoir me sauver? L'étau mortel se refermait autour de moi. Une main sur ma taille, l'autre sur mon épaule, Jubilee m'approcha d'elle avant de planter ses dents dans la peau fine de mon cou. Je poussai un hurlement de douleur alors qu'elle commençait à aspirer mon sang. Je ne voulais pas mourir. Je le refusais. Je continuais de me débattre, sentant progressivement mes forces s'amenuiser.

"Non... Je..."

Mais je ne parvenais plus à parler. Plus un seul son ne sortait de mes lèvres. J'étais entrain de m'affaiblir. Mon coeur rata un battement et se fit plus faible dans ma poitrine.

"Pitié..." murmurai-je sans espoir alors que mes yeux commençaient à se fermer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jubilee F. Drayton
Violence && Vengeance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 355
Age : 27
Votre pseudo : Mary
Mood : Unstable
Philosophy : « I'm a killer, it can't be otherwise. »
Your Greatest Fear : Eternal loneliness
My darling Sin : Teen Blood
What are you? : Vampire nomade
Date d'inscription : 02/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 116 years old
Power: None
Relationship:
MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   Jeu 2 Avr - 20:04

    L’humaine se débattait pour échapper à la mort, Jubilee représentait cette fin imminente et la petite pouvait crier aussi fort qu’elle le voulait, elle n’y échapperait pas. Si elle avait pris la route plus tôt, si sa voiture n’était pas tombée en panne, rien de tout cela ne serait arrivé. La vampire aurait abandonné Forks durant quelques heures et aurait couru se nourrir dans les ruelles brumeuses de Port Angeles. Mais les si ne menaient à rien et le passé ne pouvait être changé : les dents de Fae s’étaient plantées trop profondément dans la chair de l’humaine pour arriver à s’arrêter. La belle n’avait absolument pas l’intention d’abandonner sa victime alors que son sang était si goûteux. Alors qu’elle avalait goulûment ce nectar de vie, une goutte échappa à ses lèvres et coula jusqu’à la pointe de son menton. Un filet déborda le long de la gorge de l’humaine et Jubilee s’empressa de le rattraper avant de gaspiller tout ce sang.

    ANGELINA - « Pitié… »


    La vampire ouvrit brusquement les yeux et resserra inconsciemment sa prise, se servant de ses ongles comme un rapace se servirait de ses serres. Elle sentait entre ses mains froides le corps d’Angie s’affaiblir, son sang affluait plus lentement, les battements de son cœur se faisaient plus rares. Si son propre cœur avait eu la capacité de battre, il aurait tambouriné violemment comme pour s’échapper de l’armure de chair pâle. Jubilee tentait de capturer la chaleur vacillante de l’humaine, pour retrouver pendant une fraction de seconde sa température originale, celle qui la caractérisait lorsqu’elle était humaine. On racontait qu’un vampire qui venait de se gaver et qui se blessait pouvait saigner un instant. Bee n’avait jamais vu de telle chose mais sur le coup, elle avait presque envie de faire exprès de se blesser, juste pour voir du sang s’écouler de sa blessure comme s’il s’agissait du sien. Pendant qu’elle réfléchissait, elle sentit glisser dans sa gorge les dernières gouttes de sang. Elle les savoura longuement, serrant toujours contre elle Angelina, ou plutôt son corps sans vie. La belle tenta vainement de retrouver la bonne odeur du sang frais, mais sa victime n’avait plus rien à offrir. Sur le coup, elle eut envie de se mettre à sangloter, parce qu’elle venait de terminer un repas qui ne se représenterait pas avant un moment. Elle serra plus fort contre elle le cadavre, laissant un peu de sang tacher ses lèvres et ses joues. Un grognement lui échappa alors qu’elle glissait ses dents le long du cou de sa proie. Mais il n’y avait plus rien à boire, elle était vide de sang, vide de vie, vide de sens.

    La vampire resta un moment ainsi, sous la pluie, le visage enfouit dans la chevelure d’Angelina, reniflant un parfum de vie qui s’estompait trop rapidement. Elle soupira longuement puis se résigna et amena son humaine dans la forêt où elle dissimula son corps sous un monceau de terre pour que personne ne puisse venir souiller son trésor. Elle retourna ensuite vers la voiture et tenta vainement de voir comment elle pouvait réparer la porte. Avec deux, trois coups, elle réussit à faire comme si la voiture avait eu un simple accident. Lorsqu’elle eut terminée sa mise en scène, Jubilee regarda une dernière fois autour d’elle et disparut entre les arbres à une vitesse fulgurante. Elle courut jusqu’à la rivière Calawah, où elle fit un arrêt pour nettoyer le sang sur ses mains et son visage. La vampire replaça sa robe, joua un moment dans ses cheveux trempés par la pluie et elle s’enfuit ensuite vers les montagnes, en fredonnant tout bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Groupe 1] Par un soir d'orage   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Groupe 1] Par un soir d'orage
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Un soir de pleine lune
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prelude To Damnation :: Forks :: Division Street :: { Marietta Park }-
Sauter vers: