AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vesper Bratford
Modo _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1094
Age : 23
Votre pseudo : &.| Little-Surfeuz
Mood : &.| M'a-t-on déjà vue sincèrement en colère?
Philosophy : &.| Si quelqu'un vous dit « Je me tue à vous le répéter » laissez-le mourir.
Your Greatest Fear : &.| Without him, i'm nothing.. So lose him.
My darling Sin : &.| Him. My love. My angel. My prince.. (L)
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/12/2008

Through your eyes
How old are you?: 154 (mais 25 en apparence)
Power: I see in the future..
Relationship:
MessageSujet: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   Ven 6 Mar - 4:08

    Un léger bruit la fit sursauter. Le manoir des Bratford était on ne peut plus calme. Chacun vaquait à ses occupations nocturnes, veillant à ne pas déranger les autres. En légère camisole et en short, Vesper se reposait, la tête contre le torse dénudé de Nathanael. Inspirant et expirant avec douceur, elle écoutait la lente inspiration et expiration du beau brun, qui tentait de l’apaiser. Car oui, en revenant du travail, elle tremblait, pour une raison encore inconnue de tous les Bratford. Elle s’était même efforcée de ne pas y penser, excluant Declan de ses confidences. On avait mit son compagnon sur la mission de l’apaiser, et il n’avait pas faillit à sa tâche. Elle se sentait plutôt calme en ce moment. Pourtant, les évènements de la journée lui revenaient sans cesse à la tête, mais dès qu’elle recommençait à avoir peur, une vague de calme et de torpeur l’envahissait, avec la certitude qu’elle était en sécurité. Personne ne pourrait lui faire du mal, parce que Nate la serrait contre lui. Pas même celui qu’elle avait vu dans sa vision. Non, même pas lui. Celui qu’elle aimait était là, proche d’elle, et il veillait sur sa petite personne. Entièrement en confiance, elle se releva légèrement sur le coude et embrassa avec une douceur et une tendresse incomparable ses lèvres. Il ouvrit légèrement les yeux, sourit et lui rendit son baiser. Caressant ses cheveux, une main contre son torse, elle plongea son regard dans le sien. Vacillant légèrement par la profondeur de celui de Nathanael, elle sourit légèrement. Son souffle heurtait le sien avec douceur alors qu’elle se reposait près de lui. Vesper taquina son cou de ses lèvres, s’amusant de ses frissons. Cédant soudain à une impulsion, elle posa ses lèvres contre son oreille.

    « Je vais faire un tour, mon ange.. Je ne te manquerais pas trop? » murmura-t-elle avec un sourire amusé.

    « Tu me manques toujours lorsque tu n’es pas proche de moi, mon amour.. Mais va, je t’attendrai. »

    Il laissa un doux baiser sur sont front et enleva ses bras de son corps. Elle se changea pour une tenue plus descente. Elle allait dehors, et même si le froid ne la dérangeait guère, mieux ne valait pas attirer l’attention des humains. Des hommes, en particulier. Qui ne serait pas tenté par une magnifique jeune femme en légère tenue de nuit et se promenant seule dans les rues? Elle serait parfaitement capable de se défendre, mais s’il advenait que ce soit un autre vampire, elle avait moins de chances, malgré qu’elle ait des capacités au combat qu’on ne pouvait pas imaginer en regardant sa frêle taille. Elle s’habilla donc d’un jeans skinny foncé, avec des bottes noires montant plus bas que le genou. Vesper laissa ses cheveux détachés et mit une camisole blanche avec un t-shirt mauve bonbon par-dessus. Pour finir, elle mit une veste blanche rembourrée. Fan de shopping et de mode, rien ne lui échappait. Toujours très bien habillée, avec son look à elle se résumant parfois simplement à une cagoule ou une veste. Nate sourit, amusé par le look qu’elle se donnait pour une simple promenade. Elle lui tira la langue en riant et lui envoya un bisou de la main. La jeune femme sortit de la chambre en refermant la porte derrière elle, sûrement aussi inconsciente qu’Alayna d’être un canon.

    Dès qu’elle fut en ville, une vague d’anxiété la parcourue. Nate n’étant plus là pour la calmer, elle se sentait démunie face au danger qu’elle allait affronter. Calant son dos contre un mur, elle ferma les yeux et se concentra. Laissant la torpeur l’envahir, elle tenta de découvrit le lieu où il était. Port Angeles! Ou.. Enfin, ça y ressemblait drôlement. N’était-ce pas la ruelle où Declan avait sauvé Enea? Peut-être pas, finalement. Frissonnant derechef, elle était en train de se demander si les vampires étaient vraiment à l’épreuve du froid. Car cette nuit-là, il semblait pénétrant. Tout ce qu’elle voulait, c’était de retourner se réchauffer dans les bras de son bien-aimé. Finalement, sa rencontre avec le nouveau vampire était-elle si pressante que ça? Se rattrapant, elle ouvrit vivement – beaucoup trop vivement – les yeux et se sentit étourdie. S’accrochant au mur, elle attendit que la vision disparaisse et elle recommença à marcher. Elle avait un but, et elle ne renoncerait pas jusqu’à l’avoir atteint. Rendue dans la forêt, dissimulée aux regards, elle se mit à courir. Ses yeux étaient clairs, dorés. Elle avait mangé hier. Vesper ne regardait même plus où elle allait. La forêt lui était tellement familière, de un, et de deux, ses instincts se chargeaient du reste. Elle devait commencer à réfléchir à ce qu’elle ferait rendue là-bas. Y serait-il? Que dirait-il? Elle tenterait d’éviter la bagarre, mais elle le ferait si elle y était franchement obligée. Si il était un danger pour sa famille.. Bref, beaucoup plus vite qu’elle ne l’aurait cru, la voilà à Port Angeles. La ville était bien tranquille, ce soir-là. Les lumières illuminaient la ville, les jeunes hommes la dévisageaient avec envie lorsqu’elle passait auprès d’eux. Elle avait une démarche si souple, si gracieuse, si féline! Un léger roulement des hanches démontrait à merveille sa fine et désirable silhouette.

    Elle posa un pied dans la ruelle de sa vision. Le lampadaire grésilla et s’éteignit. Ça n’augurait rien de bon. Plus trop sûre d’elle, elle s’engagea dans la ruelle en observant les alentours. Qu’est-ce qu’elle devait avoir l’air louche! Une aussi belle femme qui s’engage, seule, dans une ruelle mal – voir pas du tout – éclairée. Elle souhaitait simplement être tranquille, pour ne mener aucun innocent à la mort si une bataille devait avoir lieu. Ses pas étant plus lents, elle observait autour d’elle en étant attentive au moindre bruit. Ça ne lui inspirait pas, mais alors vraiment pas confiance, mais tant qu’à être rendue, pourquoi s’arrêter aussi proche du but? Soudain, Vesper se figea. Elle avait cru voir une ombre et un léger, mais minuscule bruit de pas lui parvint quelqu’un approchait, et ce quelqu’un n’avait rien d’humain. C’était un vampire.. Le vampire qu’elle cherchait. S’avançant dans le milieu de la ruelle, elle jeta un coup d’œil aux alentours et elle se retourna vivement en sentant une main sur son épaule. Nez à nez avec le vampire qui avait hanté sa journée, elle le regarda droit dans les yeux et recula d’un pas.

    « Qui êtes-vous? »

    ( HJ : J’espère que ça te plais <3 )

_________________
« Je n'ai jamais
accordé d'importance à
la manière dont j'allais mourir,
mais mourir à la place
de quelqu'un que j'aime me semble
être une bonne façon de partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander W. Jonhson
Violence && Vengeance

avatar

Masculin
Nombre de messages : 318
Age : 27
Votre pseudo : Alex
Your Greatest Fear : Peur, mort...
My darling Sin : La nourriture et les bons petits plats....
What are you? : Traqueur
Date d'inscription : 27/02/2009

Through your eyes
How old are you?:
Power:
Relationship:
MessageSujet: Re: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   Sam 7 Mar - 3:28

Voilà le début de mon aventure, aventure que je ne savais pas comment ça allait se terminer, mais que le début se traçait devant moi. Situation papable dans un moment qui me semblait familière, je suivais mon intuition pour protéger mon enfant. Je m’étais arrangé pour être envoyé vers Forks ; il y avait beaucoup de disparition non expliquer, une mission qui entrait dans mes cordes. Ainsi j’étais venu dans ses lieux pour des raisons officiels et officieux. Mais avant que je commence véritablement mon travail, il fallait que je me nourrisse, car je n’étais pas beau à voir. Certes j’étais capable de me contrôler, mais j’avais une tête de souffrant, et certaines personnes pourraient se demander si je n’avais pas le cancer ou une autre cochonnerie. Pour ma part, une rumeur sur une de ses maladies m’arrangerait fortement, comme cela je n’aurais pas besoin de trouver une explication bancale pour avoir pris la tangente [=fuir à l’Anglaise ].

Ainsi je devais me nourrir, mais on était en plein jour. Donc je ne pouvais sortir comme je le souhaitais, je ne le pouvais véritablement vu que cela signifierait de briller comme un sapin Noël. Je devais rester discret, une de nos fichues lois que je respectais que très rarement. Mais de nos jours, le moindre écart signifierait une apparition dans les journaux, voir dans une chaîne de télévision. C’était le meilleur moyen de se faire tuer par les autres vampires, le meilleur moyen de se faire réduire à silence. Et ma vie, je la tenais comme la prunelle de mes yeux. On avait qu’une vie et sur cela, je devais bien me résoudre, je ne voulais pas la perdre de manière inutile, même de manière utile me ferait mal au cœur. Et donc l’attente devait se faire. Ainsi dans ma voiture teintée de noir, je ne pouvais faire qu’un repérage. Je voyais quelques personnes qui semblaient appétissante, d’autres que je voulais faire connaissance, mais aucun ne déclencha mon coup de cœur. Je n’avais vu aucune personne qui pourrait me servir véritablement de petit déjeuner. Je devais attendre, comme à l’habitude et prendre ce que le ciel me donnera. Certes ce n’était guère jouissif, mais au moins cela n’allait pas me mettre dans une situation très embarrassante et je ne le désirais pas encore. Mon objectif numéro était de rester en ville pour surveiller mon enfant et tant qu’il habitera dans le secteur avec autant de disparition, je devais être là pour avoir un œil sur lui et ainsi être capable d’aller à sa rescousse.

La nuit tomba…
Port Angeles, mon nouveau terrain de chasse.

Le début de la chasse pouvait commencer. Enfin un digne repas je pourrais savourer. Certes je devais le mériter, mais quand je pourrais me repaître des entrailles de ma victime, la douce sensation de faim s’éclipsera et je serais aux anges. Plus de notion de faim pendant un moment me fera du bien et me permettra de reprendre une apparence un plus humain. Enfin cela sera plus une sécurité si un satané lambda se blessait, car si je n’étais pas nourri, mon visage s’imprégnera d’une douleur tel d’une crise cardiaque et là, je ferais vraiment peur.

La nuit fut froid et me mordit mes joues glacées dues à mon statut. Dans ma longue cape noire, je marchais dans la ville. Ville calme à première vue, je ne savais pas où chercher, je ne connaissais pas les lieux, j’étais perdu dans ce brouillard. Cela n’allait pas durer. Me faufilant comme m’accordait mon espèce, j’arrivais sur les toits et je cherchais d’un coin du regard les personnes qui pouvaient me nourrir. D’un coup, j’entendis un groupe de lambdas, des jeunes jouvenceaux qui me donnaient envi de les goûter. Quand par la suite, je sentis une autre odeur, cette odeur signifiait un de mes proies favorites : un vampire. Sautant du toit avec une grâce imparable, je commençais à m’enfoncer dans la ruelle. Ce vampire semblait être rapide, je ne savais pas trop où il se dirigeait, mais j’allais le prendre. Bref ça allait être un parcours de santé quand je sentis la présence d’un autre de mes congénères. C’était ma veine, je ne pensais pas qu’il y avait autant de vampire. Néanmoins je quittai les sentiers battus et laissai la troisième avancé. Elle semblait avoir vu quelque chose, je commençai à m’approcher d’un pas assuré, voulant savoir pourquoi une autre de mes congénères me suivait et ne craignant pas d’être mangé. Mettant ma main sur son épaule, elle se retourna brusquement et nez à nez nous étions. Puis elle recula et son regard disait suffisamment long pour que je perçoive un savoir qui me dépassait : Elle me connaissait.

« Qui êtes-vous? »

Enfin il avait une certaine limite sur son savoir…

« Celui que vous étiez entrain de chercher, je présume. »


Mon regard était éloigné et mon odorat chercha la proie, je sentis qu’il n’était plus. Je sentis que je devrais sûrement me rabattre sur autre chose, comme une demoiselle qui semblerait ne pas avoir froid aux yeux. Néanmoins, elle avait éveillé ma curiosité d’être venu à moi et d’oser me demander qui j’étais. Je décidais donc qu’elle n’était sûrement pas une nourriture si intéressant enfin de compte, en outre son odeur m’était pas inconnu.


« L’ombre que vous avez vu, c’était mon petit-déjeuner. Et il a filé. »

Ma voix avait été ironique, autoritaire et peu rassurante, surtout que mes yeux étaient d’un noir signifiant, que je ne m’étais pas alimenté depuis un certain temps et que je risquais de sauter sur n’importe qui pour assouvir ce besoin naturel. Bref, on pouvait dire que j’étais un animal affamé et qui venait voir son repas échapper à cause d’une autre personne. Ne voulant pas faire causette toute suite et sachant qu’elle allait sûrement venir me taquiner d’après une intuition masculine, je commençais à reprendre le chemin en l’ignorant quand tout à coup, je vis un détail.

« Tes yeux ! »

Me retournant doucement, je me remémorais ses yeux clairs et dorés.

« Ceux d’un végétarien. Comment est-ce possible ? »

La question était idiote, mais seul mon ancien ami avait réussi à suivre ce régime. Je ne voyais donc pas comment une si fragile demoiselle pouvait avoir réussir à se nourrir de cette manière et pour quelle raison. Peut-être connaissait-elle d’autres vampires dans ce régime. Peut-être était une fille d’un clan qui m’avait alors, était inconnu. Cela m’intriguait d’une telle manière que j’allais oublier ma chasse.

[J'espère aussi que ça va te plaire xD]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesper Bratford
Modo _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1094
Age : 23
Votre pseudo : &.| Little-Surfeuz
Mood : &.| M'a-t-on déjà vue sincèrement en colère?
Philosophy : &.| Si quelqu'un vous dit « Je me tue à vous le répéter » laissez-le mourir.
Your Greatest Fear : &.| Without him, i'm nothing.. So lose him.
My darling Sin : &.| Him. My love. My angel. My prince.. (L)
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/12/2008

Through your eyes
How old are you?: 154 (mais 25 en apparence)
Power: I see in the future..
Relationship:
MessageSujet: Re: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   Sam 7 Mar - 20:09

    Étrangement, se promener seule ne lui faisait pas peur. Pas le moins du monde. Elle craignait pour sa famille. Ils devaient être épargnés, coûte que coûte. Contre sa propre vie, si c’était ce que le vampire demandait. Elle tremblait, non pas de froid, non pas parce que la ruelle lui fichait la trouille, mais parce qu’elle se demandait ce qui attendait les siens. Pas juste les Bratford, les Callahan aussi. Ils étaient sa famille, ses amis. Ils ne devaient pas souffrir pour rien, souffrir si elle faisait une connerie qui les mettrait tous en danger. Ils ne le méritaient pas. Peut-être aurait-elle dû emmener Nathanael avec elle? Sans lui, elle se sentait tellement mal, tellement démunie. Il était son ange gardien, celui qui veillait sur elle et qui savait la protéger. D’accord, mais s’il se faisait blesser? Elle ne se le pardonnerait pas. C’est donc dans cette optique qu’elle avait décidé d’y aller seule, dans l’espoir que le nombre de victimes serait minime. Elle aurait dû se douter que quelque chose arriverait un jour où l’autre. Elle n’était peut-être pas complètement sûre que tout irait bien, mais quand même. Elle était prudente et méfiante envers l’inconnu. Cet inconnu, en tout cas. À mesure qu’elle avançait dans l’ombre, sa méfiance grandissait. Nate lui avait dit qu’il l’attendrait. Et si elle ne revenait pas? Comment réagirait-il? Il se torturerait, il se culpabiliserait alors que c’était simplement le dénouement de cette aventure. Si Vesper avait pensé un peu plus à elle, elle aurait emmené son bien-aimé. Ensemble, rien n’était à leur épreuve. Ils étaient un tout. Rien ne pourrait les séparer, quoiqu’il arrive ce soir-là. Elle ne pensait pas si bien dire..

    Un pas, puis un autre. Le silence le plus total enveloppait la ruelle où elle était entrée. Loin des ondes rassurantes de Nathanael, elle avait peur. Si son cœur pouvait encore battre, il battrait la chamade en cognant dans sa poitrine. Ce qui l’attendait à l’autre bout de ce corridor sombre relevait de l’inconnu. Oui, elle savait qu’il était là. Elle savait qui il était, ou approximativement. C’était un vampire, un carnivore. Un de ceux qui prennent tous les humains (et tous les vampires, tant qu’à y être) pour des casse-croûtes. Elle, pour qui la dernière chose qui puisse ressembler de près ou de loin à un casse-croûte était bien ses congénères, trouvait ce régime totalement dégoûtant. Jalen lui avait bien dit qu’il n’était pas carnivore ou quoique ce soit : il mangeait comme un vampire normalement conçu devrait se nourrir. Ça l’avait exaspérée, comme ça l’exaspérait qu’elle puisse se nourrir simplement d’animaux. Même Nathanael s’était plié à ce régime, lui qui avant se nourrissait également de sang humain. Vesper était consciente qu’il le faisait pour elle, mais il l’avait quand même fait, comme quoi ce n’était pas impossible. Son opinion des ‘carnivores’ ou des ‘non-végétariens’ était la même que celle de ces vampires-là face à eux. La jeune femme ne comprenait pas que quelqu’un, même vampire, consente et veuille être un monstre. Comme eux qui pensaient que refuser sa véritable nature était débile.

    S’arrêtant brusquement au beau milieu de la ruelle, elle ferma les yeux et leva légèrement la tête, offrant à son odorat toutes les odeurs, bonnes ou mauvaises, de cet endroit. Une – deux, plutôt – accrochèrent son attention. Ils étaient des siens, à la seule – mais immense – différence, ils n’avaient ni l’un ni l’autre le même régime qu’elle. La tension était palpable, et elle comprit rapidement que l’un allait servir de bouffe à l’autre. Une vision la submergea, et elle vit l’un des vampires s’arrêter nettement. Il changeait de trajectoire et, avant qu’elle puisse savoir où il se dirigeait, la vision disparut, laissant place à un mur. Un cul-de-sac, en plus. Une main se posa sur sa frêle épaule et, prise par surprise, elle se retourna vivement, son visage à quelques centimètres de l’autre. Retenant son souffle, elle recula d’un pas en observant le nouveau venu. Ses yeux d’un noir d’encre démontraient parfaitement bien qu’il était affamé. La faim le tenaillait, et si elle était inintéressante à ses yeux, c’est sûrement elle qui finirait par lui servir de souper. Vesper détourna les yeux un instant, replaçant une mèche de cheveux blonds derrière son oreille. La belle blonde osa lui demander qui il était, et la réponse ne la satisfit pas. Bien sûr que c’était lui, qui voulais-tu que ça soit d’autre?

    « Et.. Plus précisément? »

    Croisant les bras contre sa poitrine, elle était l’image même de la détermination. Ce qui, faut bien l’avouer, n’avait aucun sens. Une si frêle vampire n’avait aucune chance contre un mâle, me direz-vous. Détrompez-vous! Vesper ayant la capacité de voir dans le futur – c’était limité et tout pouvait changer lorsque la personne en question changeait d’idée – elle était ainsi capable de déterminer quel serait la prochaine action. Même lors d’une feinte. Agile et vive, elle saurait se débrouiller. L’inconnu lui dit que l’ombre qu’elle avait aperçu, c’était son petit déjeuner. Et qu’il avait filé. Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres désirables.

    « Oh, quel dommage. Sincèrement désolée d’avoir perturbé votre chasse. Espérons au moins que je vaux le détour.. »

    Même si sa voix avait claquée, sèche, dans l’air, Vesper n’avait pas pu s’empêcher de faire son innocente. Et puis, contrairement à tout être ayant un léger instinct de survie, elle n’avait nullement l’impression d’être la proie. Son interlocuteur était certainement le prédateur, mais il n’avait pas encore décidé de ce qu’il ferait avec elle. Quoique non, maintenant elle voyait qu’il avait décidé qu’elle ne lui servirait pas de repas. Au fond d’elle-même, elle fut soulagée. Il se retourna pour s’en aller et elle ouvrit la bouche pour l’avertir qu’il était mieux de ne pas faire de meurtres dans la région, et de ne pas toucher à sa famille – Enea y comprit, bien sûr. Pourtant, il se retourna vers elle et Vesper referma la bouche. Elle aurait d’autres occasions de le mettre en garde. La seule exclamation du vampire déclencha son rire cristallin.

    « Ils sont beaux, hein? »

    Décidément, elle se payait sa tête. Le pire, c’était qu’il ne semblait pas réellement se rendre compte qu’elle s’amusait comme une petite folle et il continua de s’enfoncer dans ce terrain de conversation où elle pourrait très certainement le faire prendre pour un fou. Mais bon, il n’était pas de la place, il était normal qu’il ne connaisse pas les clans de la région. Elle décida de rester vaste sur le sujet, ne sachant pas encore réellement à quoi s’attendre avec lui. Était-il la relève de Ryan ou un autre type totalement différent?

    « Nous ne sommes pas rares, dans le coin.. Je ne suis pas seule dans mon cas, » expliqua-t-elle doucement, avec un petit sourire.

_________________
« Je n'ai jamais
accordé d'importance à
la manière dont j'allais mourir,
mais mourir à la place
de quelqu'un que j'aime me semble
être une bonne façon de partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander W. Jonhson
Violence && Vengeance

avatar

Masculin
Nombre de messages : 318
Age : 27
Votre pseudo : Alex
Your Greatest Fear : Peur, mort...
My darling Sin : La nourriture et les bons petits plats....
What are you? : Traqueur
Date d'inscription : 27/02/2009

Through your eyes
How old are you?:
Power:
Relationship:
MessageSujet: Re: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   Sam 7 Mar - 22:25

Une vie ne valait qu’une vie, telle était ma philosophie. Seul le symbole qu’on donnait sur une personne, changeait la vision de ma philosophie. Mon ancienne espèce m’avait dégoûté et je ne voulais plus être associé à eux depuis fort longtemps. Certes je prenais des vies, mais mon ancienne espèce prenait une race. Je ne savais pas comment réagir de cette vermine agissant comme un virus, mais je les laissais faire et j’avais accepté mon statut de chasseur sans pour autant massacrer ceux que j’aimais. Mes sentiments obscurcissaient mon jugement, mais le bien qui se retournait en valait le coup.

Mais revenons à l’instant présent. La demoiselle n’était pas une personne calme et étant saine d’esprit. Celle-ci ne semblait pas prendre en mesure ma force ou du moins, semblait bien feindre de ce que je pouvais faire. Je n’étais pas malaise, mais troublé devant une telle détermination et de manque d’instinct de survie comme si la raison et la logique n’était pas véritablement une chose innée chez elle. Bref la situation me disait que cette jeune femme voulait croiser une mort brève et rapide, mais si je me trompais, si je me fourvoyais devant des préjugés. Et si c’était elle qui semblait cacher une force. Cela pourrait expliquer son sang-froid, son culot voir son envi d’en découdre contre moi. Ainsi je ne devais pas provoquer la situation, mais attendre de voir ce qu’elle était capable de faire. Je ne voulais et devais pas sous-estimer mon adversaire si intéressant que je ne risquerais pas de la manger.


« Et.. Plus précisément? »

Ma réponse ne lui suffisait pas. Devais-je donner mon nom devant cette si fragile jeune dame ou devais-je me taire ? Là, c’était un long moment de réflexion pour un vampire, trois secondes. J’avouais bien que je ne veuille pas précipiter ma réponse, par crainte de quelque chose qui devait bien me dépasser. Devant une folle pareille, je devais prendre quelques précautions superflues pour connaître son jeu. Ainsi je détâchai légèrement ma voix pour énoncer dans un souffle que seul mon espèce pouvait entendre.


« Mon nom ne te sera pas utile.. Mais disons que je m’appelle Alex et vous ? »

Simple mais là encore, je vis qu’elle croisa ses bras. Ainsi elle semblait depuis le début se rhabiller sans aucune gêne ou peur. Cela m’étonnait à plus au point. Pour ma part, je remettais ma cravate tout en en la déshabillant de bas en haut. Je voulais savoir comment une poupée barbie ne craignait pas la mort. Je me demandais même si cette barbie n’avait pas son propre Kent (xD). Dans tous les cas, elle était audacieuse, avait du culot et ne le cachait pas. Je ne savais pas trop quoi dire face une telle situation qui aurait du me dépasser.


« Oh, quel dommage. Sincèrement désolée d’avoir perturbé votre chasse. Espérons au moins que je vaux le détour.. »

Oh ! J’hésitais entre plusieurs choses réponses, car cela pouvait laisser entendre tant de choses. La première qui me venait à l’esprit, était une invitation à que je l’attaque. Certes je n’étais pas contre une idée si jouissif, mais ma curiosité primait sur mon instinct de chasseur et je ne voulais pas être un inculte dans ce moment de folie. La seconde chose était une invitation qu’elle pouvait avoir une influence physique. La déshabillant du regard sans gène et sans accorder son attention de moment d’impolitesse, je jugeais qu’elle n’avait pas tort, mais que ce n’était pas ma priorité. La troisième chose serait que je ne savais rien du tout et que la réponse se trouvait en elle. Quelle belle perspective je vous dis.


« Vous valez bien le détour ! »

Bon je n’étais pas précis, mais en même temps, je ne savais guère sur quels pas je devais danser. Cela devenait un plus compliqué que je le pensais et je n’étais plus le maître de la situation à mes yeux. Et pourtant, je gardais mon assurance, amusé de cette impuissance de non-connaissance qui aurait du faire peur à plus d’un. Hors je n’étais pas ce « un », mais quelqu’un qui allait risquer quelque chose sans pour autant savoir ce qu’il allait gagner ou perdre.

Puis celle-ci semble s’amuser sur plusieurs choses : Tout d’abord ses yeux, elle semblait entrain de se moquer de moi puis elle donnait des informations sur d’autres vampires sur son coin avec un petit sourire. Je ne savais pas trop comment je pouvais réagir à cela, car elle essayait sûrement de me provoquer, de m’agacer, que je pète un capable. Bref c’était une entiquineuse doublé d’une folle qui allait être dans mes pattes. Mais pourquoi ? Sur le coup je ne compris pas tellement devant ce choix, je ne la connaissais pas et elle semblait vouloir me pourrir la vie pendant ma chasse. Hors si elle est végétarienne, cela voulait dire qu’elle voulait défendre les humains, mais comme je chassais un vampire… Cela me dépassait, c’était comme si elle voyait mes envies, projets, j’étais un livre ouvert. Cela m’agaçait à plus haut point ne sachant que faire devant cette petite blonde croquante.
Peut-être son pouvoir était d’embêter tout le monde jusqu’à que la personne devienne folle, à moins que ce soit autre chose. La regardant, je fis un pas doux et lent comme si je voulais la tester. Dans ma tête, il y avait plusieurs plans, le premier était que j’allais l’attaquer puis de la tuer de manière lente puis animale. Mais arrêtant ses pulsions meurtrières, je me rabattais sur d’autre penser comme celle de la famille Warrens qui semblait être appétissant ou du jeune brun que j’avais côtoyé, un certains Nathe d’après ce que j’ai entendu. Je connaissais juste l’adresse des Warrens, ça allait être eux mon repas d’aujourd’hui et j’allais me diriger, malgré que j’aie une attirance physique pour une personne. Peut-être que la jeune demoiselle sentirait cette envi si bestial de se repaître sa faim et son plaisir.

J’espérerais surtout qu’elle me laisse occuper à mes occupations et ainsi dans une voix peu rassurante, je dis.


« Les anciens ont laissé cette reproduction de ce monde de vie ? Cela m’étonne de leur part. Je ne pense pas que cela va durer vu les circonstances de tant de monde de notre espèce dans ce secteur. »

Je me tu puis je commençais à reculer.


« Vas-tu m’empêcher de me repaître ou me laisseras-tu ? »

Le visage de la famille Warrens était dans ma tête et c’était eux que je voulais. Je mettais bien cette image dans ma tête, car mon intuition me disait qu’elle pouvait voir cela. Je pencherais pour une télépathie ou une empathie de longue porter. Je ne voyais pas autre chose, si autre il y avait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesper Bratford
Modo _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1094
Age : 23
Votre pseudo : &.| Little-Surfeuz
Mood : &.| M'a-t-on déjà vue sincèrement en colère?
Philosophy : &.| Si quelqu'un vous dit « Je me tue à vous le répéter » laissez-le mourir.
Your Greatest Fear : &.| Without him, i'm nothing.. So lose him.
My darling Sin : &.| Him. My love. My angel. My prince.. (L)
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/12/2008

Through your eyes
How old are you?: 154 (mais 25 en apparence)
Power: I see in the future..
Relationship:
MessageSujet: Re: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   Dim 8 Mar - 0:44

    Finalement, malgré son apparente assurance, elle craignait toujours des réactions du vampire. Et s’il changeait subitement d’idée pour se jeter sur elle? Son seul avantage était son pouvoir, et encore il n’était pas fiable. Surveillant par moments le futur et les décisions du vampire, elle tentait d’avoir l’air parfaitement sûre d’elle, quitte à passer pour une folle. À chaque fois qu’elle rencontrait un vampire potentiellement ennemi, elle tentait de paraître pour une petite écervelée n’ayant décidément aucun jugement. Zéro instinct de survie. Cette couverture était décidément bien utile, car si elle se faisait attaquer, son ou ses opposants seraient pris par surprise. La demoiselle n’était peut-être pas si innocente qu’elle en a l’air, dans le fond. La surprise était sa meilleure alliée. Lorsqu’elle demanda qu’il précise sa réponse, il prit longtemps à répondre. 3 secondes. Comment prendre un vampire au dépourvu en lui demandant son nom? Curieuse, elle se replongea dans une de ses visions, sondant les moments où lui ou quelqu’un pourrait dire son nom au complet. Elle avait déjà compris « Alexander » quand la voix de ce dernier la ramena sur terre, l’empêchant de connaître son nom entier. Il disait simplement s’appeler Alex. D’accord, elle jouerait le jeu.

    « Si, il a de l’importance.. Chaque nom a de l’importance, pour pouvoir le chérir ou.. Le dédaigner. Enchantée, moi c’est Vesper. »

    Son murmure était à peine audible. Pourtant, elle était convaincue qu’il l’entendait parfaitement bien. Un léger frisson la traversa lorsque le regard d’Alex la parcourue, sans aucune gêne. Son regard avait quelque chose qu’elle ne savait pas interpréter mais qui ne lui disait rien qui vaille. Le seul regard qui, jusqu’à maintenant, lui avait fait plus d’effet que celui-là était évidemment celui de Nate. Pas de la même manière, cependant. Certes, lorsque son regard doré se posait sur elle, ça la faisait frissonner, mais il y avait une nuance : les yeux de Nathanael étaient toujours remplis de tendresse et de douceur, alors que les yeux noirs d’Alex avaient toute la sauvagerie qu’un être est capable de faire. Et elle avait peur. Oui, elle avait finit par se l’avouer : elle avait peur. Elle avait peur qu’Alex s’en prenne à sa famille, elle avait peur en même temps de ce qu’il était capable de lui faire, à elle. Vesper serra légèrement les poings pour arrêter leur tremblement et se força à regarder le vampire devant elle. Il affirma, après son examen minutieux de son corps svelte, qu’elle valait le détour. Petit moment d’angoisse chez la blondinette.

    Qu’est-ce que ça signifiait donc? Que disait-il par-là? Elle n’était qu’une végétarienne comme les autres, avec un don en plus. Peut-être était-elle la première qu’il eut rencontrée, ce qui expliquerait peut-être cette étrange « fascination ». Pourquoi en valait-elle le détour? Peut-être qu’elle le valait pour un humain, un homme. Mais pour un vampire? Elle ne le comprenait pas. Vesper lui aurait volontiers demandé pourquoi, mais elle se contenta de baisser les yeux vers le sol, suivant la trajectoire d’une fourmi jusqu’à son trou. Dès qu’elle disparu, elle releva doucement les yeux en inspirant profondément. Elle expira ensuite doucement, et cela suffit à la calmer. Elle n’avait pas plus besoin de respirer que son interlocuteur, mais ce truc prit aux humains l’aidaient à garder son calme et, en outre, de ne pas perdre sa façade. La dernière chose qu’elle voulait, c’était qu’Alex s’aperçoive qu’elle avait peur. Qu’elle était effrayée, et qu’elle voulait avoir pu rester chez elle, tranquille, dans les bras de Nathanael. Ce n’était pourtant pas le cas.. Elle devra assumer les conséquences de ses choix.

    Puis, une image s’imposa dans sa tête. Vesper su immédiatement à qui il pensait malgré les contours flous. Ce visage, elle l’avait caressé tant de fois. Elle avait si souvent embrassé ces lèvres, parcouru d’un doigt fin la mâchoire carrée de cet homme-là, joué dans ses cheveux. Elle le connaissait mieux que personne, et elle se sentit terriblement mal et angoissée lorsqu’elle comprit qu’il envisageait de le prendre pour casse-croûte. Serrant plus fort ses poings, il lui fallu quelques secondes pour se convaincre que lui sauter dessus était une très mauvaise idée. Puis, la vision changea. Les Warrens prirent la place, alors qu’il disait une phrase qui lui échappa. Trop concentrée, elle n’entendit que la seconde phrase, alors qu’elle secouait légèrement la tête pour reprendre contenance : «Vas-tu m’empêcher de me repaître ou me laisseras-tu? » Cela la laissa un peu décontenancée, durant une demi-seconde pas plus. Une seconde grand maximum, en tout cas.

    « Non! »

    Son exclamation fut quelque peu étouffée par sa main qu’elle avait portée à ses lèvres. Et voilà, le masque était tombé. La souffrance se lisait dans ses yeux tandis qu’elle le regardait, plus sérieuse que jamais.

    « Il y a des choses qui peuvent être considérées comme de la nourriture. D’autres, non. Je t’annonce d’ores et déjà que Nathanael n’est pas comestible. Il en va ainsi pour les Bratford, les Callahan et les Warrens, par la même occasion. »

    Son ton était autoritaire, et ce message signifiait clairement « Si tu leur touche, j’te bouffe ». Elle pouvait le laisser manger, il était dans son droit de se nourrir. C’est pourquoi elle ajouta doucement :

    « S’il te plait.. Reste loin de Forks et de ses habitants. Ainsi, ni toi ni moi n’aurions de problèmes ensemble. Ne les blesse pas.. Sinon, ce serait m’atteindre également, directement ou pas. »

_________________
« Je n'ai jamais
accordé d'importance à
la manière dont j'allais mourir,
mais mourir à la place
de quelqu'un que j'aime me semble
être une bonne façon de partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander W. Jonhson
Violence && Vengeance

avatar

Masculin
Nombre de messages : 318
Age : 27
Votre pseudo : Alex
Your Greatest Fear : Peur, mort...
My darling Sin : La nourriture et les bons petits plats....
What are you? : Traqueur
Date d'inscription : 27/02/2009

Through your eyes
How old are you?:
Power:
Relationship:
MessageSujet: Re: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   Dim 8 Mar - 18:37

L’apparence était trompeuse tel que le mensonge ou la vérité. Nous ne savions jamais quand nous étions en face d’eux, nous ne savions jamais quand nous les rencontrions, nous ne savions jamais comment nous devions les affronter. Peut-être était notre statut d’être inculte qui nous rendait si vulnérable.

En face de moi avait une demoiselle de mon espèce. Assurante, forte et sans peur, elle semblait être une femme sachant ce qu’elle faisait. Et pourtant, plus on avançait dans la conversation, plus elle perdait de la crédibilité dans son statut de meneur. Bref depuis un moment, je me sentais vulnérable, dansant au même tempo qu’elle. Mais plus la conversation s’avança, plus je sentis que je reprenais du poids, plus je sentais ma masse s’imposer. Elle avançait dans le brouillard de l’avenir alors que je m’avançais dans le méandre de ma propre soif. J’étais entrain de marcher sur mon propre chemin, celui de se nourrissant d’un nectar qui ne pouvait être que bu et dans le méandre de la folie et de l’incohérence, je devenais roi.


« Si, il a de l’importance.. Chaque nom a de l’importance, pour pouvoir le chérir ou.. Le dédaigner. Enchantée, moi c’est Vesper. »

Juste avant sa phrase, j’étais plongé dans un moment de réflexion et son regard fuyait, était vide. Cette absence était synonyme bizarre, synonyme quel cache une chose. Peut-être était un des moyens de faire fonctionner son pouvoir, peut-être que cela voulait dire qu’elle était à moitié folle. Je ne savais pas comment cela marchait, je ne savais pas comment elle pouvait le faire fonctionner en plein combat. Cela me dépassait d’une manière que je ne pouvais l’imaginer, je ne pouvais dire ou faire quelque chose sans pouvoir lui cacher. Néanmoins sentant qu’elle avait du lire dans mes pensées mon véritable nom et sentant qu’elle n’était pas là pour me faire plaisir, je devais jouer un peu carte sur table jusqu’à que je trouve une faiblesse apparente pour devenir maître de ma situation.


« Enchanté Vesper. Je présume que vous vouliez savoir mon nom pour le dédaigner, sinon pourquoi êtes-vous mise à travers d’un chasseur et d’un chassé ? »


Et puis elle semblait respirer puis souffler comme un humain. Cela m’étonnait, cela me dépassait. Quelques secondes auparavant, elle me parlait dans un murmure que seul notre espèce était capable d’entendre et là à ce moment, elle faisait comme si elle était humaine. Hors cela n’avait aucune utilité, comme si elle avait besoin d’air, comme si elle était enceinte ou avait peur ? Je ne savais pas sur quoi je devais conclure sur le moment, car ce n’était pas une importance nécessaire dans cette conversation qui commençait à être inutile. Je devais le dire, je devais l’avouer, la conversation devait se terminer bientôt. Prenant appuie sur le mur, j’avais mis mon dos contre cette paroi qui était froide et regarda doucement sa réaction en face de mes pensées. Puis je vis à travers ses yeux de la peur.

« Non! »

Je venais de toucher un point sensible. Cela commençait à devenir intéressant, car elle ne lisait pas les pensées. Elle n’avait vu que certaines choses, certaines choses qu’elle lui faisait peur. C’était quel pensé ? Je ne savais pas encore, mais elle allait me donner cette vérité que je voulais savoir.

« Il y a des choses qui peuvent être considérées comme de la nourriture. D’autres, non. Je t’annonce d’ores et déjà que Nathanael n’est pas comestible. Il en va ainsi pour les Bratford, les Callahan et les Warrens, par la même occasion. »

Voilà ce qu’elle avait vu. Elle ne s’était pas arrêté sur le fait que je l’ai voulu, mais sur l’envi de chasse que je préparais. Elle n’était donc pas une vampire télépathe, son pouvoir était autre. Elle n’entendait pas mon esprit, elle voyait ce que j’allais sûrement faire. Ainsi elle voyait mes intentions et ses moments d’absences n’étaient rien d’autres que des moments où elle voyait mes méfaits. La demoiselle avait donc un pouvoir puissant et étrange et seul un être doté d’un instinct pouvait l’affronter. Aucun maître d’arme ne pouvait l’avoir par ruse, car cela signifiait de préparer ses techniques ou autre. En outre je vis qu’elle connaissait Nathe, c’était donc lui son Kent. Quel dommage, je ne pouvais donc pas la toucher. Puis elle donna le nom de trois famille, une était humaine et les deux autres ne l’étaient pas. Les Callahan m’étaient inconnus, mais d’après les rumeurs, ils étaient bizarres. Je donnais donc pour conclusion qu’ils étaient végétariens. Pour les Bratford, c’était autre chose, vu que je connaissais un membre portant le même nom. Je présumais aussi qu’elle était aussi un membre de cette famille vu que c’était le premier nom donné. J’espérais ne pas me fourvoyer dans mon délire intérieur.

Puis elle ajouta autre chose, je ne fis guère attention malgré que j’aie entendu pour essayer une théorie. Je m’avançais d’un coup par instinct en prenant sa main droite et regarda ses yeux. Je n’avais pas réfléchi, je n’avais pas prévu le coup, le faisant par instinct. Puis mélangeant mes intentions et désires, je changeais tour à tour sur une dizaine d’envies de continuer la suite, juste pour cacher mon intention de prendre son portable. Le résultat fut impeccable et je me reculais doucement tout en gardant sa main. Je ne savais pas si elle avait vu ou non, mais j’adorais cette petite expérience.


« Ne vous en faîtes pas mademoiselle Bratford. Je ne les toucherais pas. Je ferais un petit effort pour vous. Néanmoins je suis dans le regret de vous dire que je vivrais à Forks. Le lieu de chasse est parfaite : il y a beaucoup de nos congénères et je dois faire un peu de ménages…. »

Un petit silence pou laisser sous-entendre que je pouvais toucher aux membres de sa famille avant de continuer.

« Mais je ne toucherais guère aux deux familles végétariens. Je peux vous le garantir. Néanmoins vous devrez me mettre au courant des détails avant que je commette quelque chose d’irréparable comme le fait que vous protégiez une seule famille de lambda. «

Je me tu, utilisant le portable avec un numéro que je connaissais. Me concentrant pour ne pas garder qu’une seule idée, je mélangeais aussi bien discussion que violence ou sexe pour perturber le pouvoir de Vesper. C’était mon petit jeu, essayer de voir comment elle réagissait et comment je m’en sortais face à une vampire doté d’une si grande capacité. Puis quand quelqu’un répondit, quand j’entendis sa voix, d’une voix neutre et sans gêne je dis.

« Salutation, aurais-tu l’obligeance de ramener un peu de TA nourriture à Port Angeles ? . »

Je raccrochai de façon net sans entendre la réponse de mon interlocuteur. Je ne voulais pas la réponse et puis quand il aurait vu à qui appartenait le portable, il allait bien courir de peur que j’aie fais mal à sa fille. De toute façon, le connaissant, il n’allait quand même pas venir avec d’autres de sa famille. Sentant que la situation allait vite se finir par une bonne vieille conversation, je sortis une boîte de gomme à mâcher. En prenant une à la fraise, je mâchai un bon coup et proposa à Vesper en lui tenant la boîte. Puis je commençai à faire une discussion bancale, ne désirant plus jouer et tuer. Ce n’était plus la peine et le père allait bien me trouver quelque chose à grignoter.


« Etrange pouvoir que tu as ! Je dois bien l’avouer, cela est la première fois que je vois une des nôtres pouvant me poser problème de façon si anticipante. Désires-tu en parler, en l’attendant ? »


Je lui lâchai sa main tout en lui redonnant le portable. Elle pouvait bien voir qui j’avais appelé. Voyions comment la situation va-t-il changer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesper Bratford
Modo _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1094
Age : 23
Votre pseudo : &.| Little-Surfeuz
Mood : &.| M'a-t-on déjà vue sincèrement en colère?
Philosophy : &.| Si quelqu'un vous dit « Je me tue à vous le répéter » laissez-le mourir.
Your Greatest Fear : &.| Without him, i'm nothing.. So lose him.
My darling Sin : &.| Him. My love. My angel. My prince.. (L)
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/12/2008

Through your eyes
How old are you?: 154 (mais 25 en apparence)
Power: I see in the future..
Relationship:
MessageSujet: Re: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   Dim 8 Mar - 22:06

    Ça prenait une tournure très désavantageuse pour elle. Déjà que se montrer avec ses peurs et ses faiblesses était tout ce que voulait Alexander, il fallait qu’il pense à son fiancé comme à un casse-croûte. C’était la goûte d’eau qui avait fait déborder le vase. S’il mangeait celui qu’elle aime? Il ne lui restait plus qu’à s’offrir en pâture au premier vampire affamé passant par là. Qui sait? Si c’était celui qu’elle avait en face d’elle, elle savait qu’il profiterait d’elle alors qu’elle n’avait plus rien à perdre. Vesper voyait bien qu’il alternait toujours entre le sexe et la violence. Bref, rien de très réjouissant pour la jeune femme. Son corps entier se crispa, bien décidée à ne pas se laisser faire. Alors qu’il lui demandait si elle voulait savoir son nom pour le dédaigner, elle voulu lui crier que oui, elle voulait haïr son nom du plus profond de son âme. Il était une menace, et pourtant, malgré toute sa volonté de lui dire ce qu’elle pensait de lui, elle en fut incapable. Observant un peu les relations d’Alexander, quelle ne fut pas sa surprise en apprenant qu’il avait une femme et des enfants.. Un point faible? Peut-être.

    « On verra. Si je suis ici, c’est pour un but fixe. Vous qui avez une famille, une femme et des enfants, ne comprenez-vous donc pas le sens de la phrase « protéger ceux que l’on aime » ? »

    Oui, elle était ici pour protéger sa famille. Ceux qu’elle aimait. Se mordillant doucement la lèvre, elle jeta un coup d’œil à la bague qui ornait son annulaire gauche. Du bout des doigts de la main droite, elle la caressa, cherchant en elle le réconfort de celui qui le lui avait offert. Elle avait décroisé les bras, et un petit éclat de lune ricocha sur sa bague qui s’illumina de milles feux. Levant légèrement la main pour mieux l’observer, elle sentit qu’Alexander figeait. Il se ressaisit rapidement et elle n’eut pas le temps de comprendre qu’est-ce qu’il pensait de cette bague. Pour elle, cette bague était la preuve d’un amour passionné. Elle signifiait tant de choses pour elle. Lançant un sourire éblouissant à Alexander, signe de son apparent statut de future mariée, elle passa une main dans ses cheveux blonds.

    Elle tenta d’en savoir plus sur les envies du moment du vampire, mais il commençait à comprendre le truc. Mélangeant toutes ses possibles actions avec une vitesse déconcertante, elle eut du mal, au début, à suivre. Finalement, elle retenu qu’il hésitait entre la discussion, la violence et le sexe. Il prit rapidement sa main, et étrangement, elle ne tenta même pas de se dégager. Ils se regardèrent dans les yeux, elle en silence, alors qu’il lui prenait son portable. La jeune femme ne broncha pas d’un millimètre, étant donné qu’elle savait pertinemment bien que si Alexander brisait celui-ci, Alister lui en offrirait un autre. Elle devait bien être à son 4ème ou 5ème portable, les autres tous détruits ou perdus? Intriguée sur le pourquoi elle avait prit sa main, elle tenta de chercher une réponse à ses questions. Il ne laissait rien paraître et son angoisse monta d’un cran. Et puis, qui allait-il appeler avec son portable? Elle aurait sa réponse bien assez vite. Mais avant, il avait des choses à dire. Sa première réponse dessina un léger sourire de soulagement sur ses lèvres, qui s’évanouit au silence plein de sous-entendus. Vesper fronça joliment des sourcils avant de répondre.

    « Enea fait partie de la famille, même si c’est une humaine, » fit-elle, sa voix ayant quelques accents autoritaires.

    Puis, il tenta – et réussi – à perturber le pouvoir de Vesper qui s’interdit pour le moment de retourner chercher dans son futur. Elle avait déjà un commencement de migraine, et la tension qui régnait entre eux malgré la désinvolture d’Alexander n’aidait en rien. Elle écouta la seule phrase qu’il dit au téléphone, et elle comprit instantanément. La jeune femme le dévisagea quelques secondes alors qu’il lui remettait son portable et lâchait sa main. Elle le glissa dans sa poche et le regarda dans les yeux, alors qu’il se prenait une gomme aux fraises, l’air de rien. Elle déclina la proposition d’un léger signe de tête.

    « Pourquoi as-tu mêlé Alister à ça? » lâcha-t-elle.

    Le pire, c’est qu’il lui demanda si elle voulait parler de son pouvoir en attendant. Franchement, ce vampire lui flanquait la frousse. À quoi pensait-il? Lui jetant un léger regard, elle finit par lui répondre.

    « Il peut m’être assez utile mais ça m’occasionne quelques maux de tête, » répondit-elle en lui lançant un regard de reproches.

_________________
« Je n'ai jamais
accordé d'importance à
la manière dont j'allais mourir,
mais mourir à la place
de quelqu'un que j'aime me semble
être une bonne façon de partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander W. Jonhson
Violence && Vengeance

avatar

Masculin
Nombre de messages : 318
Age : 27
Votre pseudo : Alex
Your Greatest Fear : Peur, mort...
My darling Sin : La nourriture et les bons petits plats....
What are you? : Traqueur
Date d'inscription : 27/02/2009

Through your eyes
How old are you?:
Power:
Relationship:
MessageSujet: Re: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   Lun 9 Mar - 0:13

La peur était en elle et cela se voyait. Ainsi j’avais réussi à percer le mystère. Je connaissais tous ses points faibles, j’étais maintenant fort et puissant, mais ce sentiment de dominance n’avait plus ce même goût que pour les autres. Elle était différente, elle faisait partie en quelque sorte de ma famille et je ne pouvais la toucher comme je le désirais. Je ne le pouvais pas, son père était un de mes vieux amis et pour lui, je ferais tout.

« On verra. Si je suis ici, c’est pour un but fixe. Vous qui avez une famille, une femme et des enfants, ne comprenez-vous donc pas le sens de la phrase « protéger ceux que l’on aime » ? »

Ses paroles avaient été comme un revers de la main. Je sentis même des coups dans mon ventre. Elle venait de toucher un des points sensibles de mon être. Ma famille, c’était la seule raison de mon existence. Je ne vivais plus pour eux, j’avais accepté d’oublier ma nature, de mon envie de mourir juste pour protéger mes enfants et elle osait dire que je ne comprenais pas. Elle avait beaucoup de culot et je ne savais pas me retenir, je l’aurais bien vidé de son essence même qui la maintenait en vie.

« Ma femme… elle est morte depuis fort longtemps… »

Je n’arrivais pas à le dire, je n’arrivais pas comment l’expliquer. J’avais tué ma femme, tué à cause de notre dernier enfant. Si je n’étais pas un monstre, si j’ai été un homme, je serais mort avec elle, comme un homme et vivant à côté de celle qui l’aime. J’aurais voulu la suivre, mais pour nos enfants, pour notre descendance, je devais rester en vie. Continuant mes paroles, je tremblotais.

« Elle est morte à cause de moi, à cause de mon amour pour elle, à cause de mon humanité…. Et mes enfants sont quasi-tous morts de vieillesse, alors ne parlez pas de ce que vous ne savez pas ! Ce sujet est assez douloureux. Ma famille sont mes descendants et ceux de mes amis, sans oublier de ma dernière fille. «


Voilà, je venais de le dire. J’espérais qu’elle ne comprenait pas, mais cela me troublait suffisamment pour montrer des signes de tremblements. Si elle essayait de continuer sur ce sujet épineux, cela allait mal finir pour la simple raison que la douleur de cette conversation était si dure qui m’arrachait à chaque fois mon cœur mort. Je préférais ne plus pouvoir parler de ce sujet, d’oublier tous ce que je savais, d’avoir perdu la mémoire pour ne plus ressentir la douleur que je ressentais à ce moment. A chaque fois que je me remémorais, chaque fois je me faisais du mal. Cela était aussi simple que cela.

Puis je vis sa bague, une autre preuve que le Kent existait bien. Je voyais dans son air qu’elle cherchait à comprendre sûrement pourquoi je m’étais resté figer. Cette compréhension était légitime par le simple fait que je ne devais rien lui cacher. En fait, son physique me faisait penser à cela et malgré le fait que je ne connaissais pas sa personne, elle me faisait penser à ma femme. Voilà pourquoi cette bague m’avait si troublé, pourquoi j’avais si peur en voyant cela.

« Vous me faîtes penser à elle juste avant ma transformation ! »

Quand j’avais continué la conversation pendant que j’avais le portable, elle me donna satisfaction avec ce que je voulais savoir sur la famille Warrens. J’appris que cette humaine faisait parti de la famille, de la famille Bratford. Cela signifiait aussi donc qu’elle était au courant de tous l’histoire. Elle représentait donc une menace en soi et la loi dit que les humains ne peuvent être au courant à moins qu’ils servent de repas ou qu’ils soient transformés. Malgré le fait que j’étais en quelque sorte un paria, j’essayais maintenant de respecter quelques lois pour ma survie. Le monde changeait si vite que je me demandais à la manière que ses humains allaient trouver une arme à la façon de nous tuer. Ce n’était plus qu’une question de temps pour que l’humanité trouve un moyen d’exterminer leur prédateur, cela était inévitable et je le craignais comme un poison. Ainsi j’allais sûrement conseiller un sujet tabou.

« Si Enea fait parti de votre famille, prenez garde aux anciens. Les humains ne doivent pas être au courant de notre existence à moins que vous comptiez les manger ou les transformer. Si ta famille ou pour être plus précis, la personne en particulier ne veut pas cette transformation, alors vous devrez tout faire pour cacher cette information aux nôtres. «

Et puis elle me demanda pourquoi je mêlais Alister. Seul un rire bref sortit de ma gorge. Je voyais que la situation était contrôlée. Quand elle m’expliqua son pouvoir, quand elle dit que je lui provoquais des migraines, j’arrêtai mon petit jeu. Je ne voulais pas l’abîmer pour la simple raison que je ne voulais pas la tuer. Certes l’envi ne me manquait pas, mais j’étais quand même une personne civilisée sachant la différence entre un ami et un gibier. Je n’allais quand même pas non plus taper une futur amie, amie si elle le désirait. Ainsi pour essayer de lui faire moins peur, malgré que j’aie une tronche d’une personne assoiffé, j’essayais d’avoir un ton doux et sans souffrance.

« Les maux de tête devraient s’arrêter. Je suis désolé de te provoquer cela, mais ta faculté est un peu.. Comment te le dire… déconcertant ! Je suis un peu déboussolé de voir que tu es capable de voir ce que je désire et risque de faire. C’est une première. Pour Alister… »

C’était comme si j’allais rentrer dans un sujet tabou, mais je devais le dire.

« Je devais le rencontrer pour la simple raison que Forks est son territoire. C’est un peu grâce à lui que je suis ici, mais nous ne sommes pas mis d’accord de mon territoire de chasse. Je dois bien le dire, je suis ici pour affaire et il connaît mon affaire. S’il y m’aurait mis gentiment au courant de sa famille en général, vous auriez passé de statut « proie possible » en « famille à protéger ». Je ne ferais rien qui pourrait blesser Alister et cela est une garanti qui pourrait dépasser ton entendement. »

En pensant pour notre affaire, je visualisais un autre Jonhson. Je me demandais comment j’allais protéger cet homme qui n’était rien d’autre que mon propre descendant, enfin l’un. Cet homme avait besoin d’un œil sur lui, pour la simple raison que le secteur grouillait de vampire et il risquait de tomber nez à nez avec un de mes congénères. Je ne voulais pas que cet enfant soit tué malheureusement à cause d’un être surnaturel, je lui voulais une mort naturelle et donc je devais être son ange gardien contre tous ce mal qui ne cessait d’être engendré.

Mais arrêtions de penser, je sentais un casse-croûte, je sentais une vieille connaissance…

« Alister, heureux de ressentir ta présence ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alister Bratford
Modo _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1118
Age : 25
Votre pseudo : J0KER
Mood : T0RMENTED
Philosophy : Créer, c'est vivre deux fois___ A. Camus
Your Greatest Fear : EUX ; JE NE VEUX PAS QU'ILS V0US BLESSENT...
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 03/12/2008

Through your eyes
How old are you?: 35 ans en apparence, 30 ans officiellement, mais en réalité 380 ans
Power:
Relationship:
MessageSujet: Re: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   Lun 9 Mar - 17:50

    L'enfer prenait tout son sens à l'hôpital, ce jour-là. Alister avait été appelé de tous bords tous côtés toute la journée, c'en avait été harassant, même pour un être qui, à priori, ne s'épuiserait jamais. Mais à vrai dire, le vampire avait choisi la seule profession qui pouvait réellement le fatiguer. En effet, c'était davantage un harrassement moral qu'une lassitude physique qui s'emparait de lui. Puisqu'il était surtout employé aux urgences, il n'était pas rare qu'il doive réconforter une femme en pleurs qui attendait le verdict final alors que son enfant, son époux ou encore un membre de sa famille était suspendu entre la mort et la vie, marchant sur la frontière qui séparait les deux, posant parfois un orteil sur l'un d'entre eux ou sur l'autre. Or, une fois l'opération ou l'intervention terminée, tout ce qu'Alistr pouvait faire, c'était de tenter de réconforter les âmes en peine de sa présence lumineuse qui à vrai dire était son essence même: la bonté. C'est assis près d'une toute jeune femme, de l'âge de ses enfants (s'ils n'avaient pas été vampirisés, plutôt), à qui il parlait de sa voix grave mais exceptionnellement douce, lui assurant que son fils de 3 ans était hors de danger, qu'il reçut un appel. Et merde, il avait oublié de le fermer, celui-là! Maudissant son imprudence -les ondes des cellulaires pouvaient influencer celles du matériel médical-, il s'excusa rapidement auprès de la jeune mère, lui touchant délicatement l'épaule de sa main froide comme la glace et lui offrant un sourire encourageant. Il se précipita jusqu'à la porte de sortie, heureusement non-loin de l'endroit ou il se trouvait. La personne qui l'appelait avait intérêt à avoir de bonnes raisons de l'avoir fait, bien que la responsabilité du cellulaire échut entièrement à Alister, qui accepterait les remontrances de ses supérieurs plus tard, bien qu'il ne se fit aucune illusion ; après tout, selon eux, il était le meilleur médecin de la côte Ouest, peut-être même du pays... ce n'était pas comme s'il allait se faire renvoyer, non? Vesper. Vesper l'appelait, et d'ordinaire, ce n'était jamais sans motif valable.

      « Bonjour Vesper, je t'écoute? »
      « Salutation, aurais-tu l’obligeance de ramener un peu de TA nourriture à Port Angeles ? »

    Le regard d'Alister se fit plus dur. Il avait bien reconnu la voix, mais ne répondit pas. Il raccrocha avant même qu'Alexander ait pu rajouter quoi que ce soit. Son vieil ami qui l'appelait du portable de Vesper... voilà qui ne laissait présager rien de bon... Le vampire pria pour qu'au moins, celui-ci ait fait le lien entre sa fille et son vieil ami, mais surtout pour que son amour indéniable de la famille puisse prendre le dessus sur la possible tentation que Vesper pourrait exercer sur lui. Alister se serait bien tapé le front contre un mur, s'il avait pu... Il devrait révéler son passé à ses enfants, leur parler des gens qu'il avait rencontrés... Plus rapide que l'éclair, il sauta dans sa voiture, puisque de toute manière sa journée de travail était déjà terminée, il était simplement resté plus longtems à l'hôpital afin de garder la jeune mère à l'oeil... Sa mercedes démarra en trombe, et il remercia le ciel d'avoir gardé la remorque en arrière, voilà qui accueillerait ce que le vampire millénaire appelait ''SA'' nourriture. Cette chasse serait rapide, il ne se laisserait pas aller au plaisir de traquer mais plutôt se concentrerait sur l'urgence de la situation. Alister connaissait très bien l'apétit relativement... vorace de son vieil ami, et bien qu'il sache que ce dernier ne lui ferait aucun mal, il ne savait que penser de Vesper. Après tout, cette jeune vampire si guillerette avait parfois le don de poser les mauvaises questions au mauvais moment... Il s'en serait tappé la tête sur son volant, s'il n'avait craint de démolir sa voiture noire. C'est la remorque chargée d'un simple cerf -un animal plus gros eut attiré l'attention, après tout- et recouverte d'une toile verte classique qu'il s'engagea à toute allure sur l'autoroute, frôlant les 250 kilomètres à l'heure, remerciant le ciel qu'aucune voiture de police ne fut dans les parages.

    Sa voiture engagée au beau milieu de Port Angeles, il garra celle-ci sur le côté, ne sachant nullement ou se situaient sa fille et son vieil ami. Étonnant, comme il faisait ontre d'un sang froid exceptionnel dès qu'il le fallait... Calmement, il sortit et se posta près de la mercedes noire, fermant les yeux en se concentrant sur ses deux sens les plus forts ; l'ouie et l'odorat. Ses oreilles surdéveloppées recherchaient avec l'énergie de l'urgence la voix douce et musicale comme les clochettes de sa fille qu'il chérissait tant, ainsi que celle, plus grave et beaucoup plus menaçante, d'Alexander, tandis que son nez était à la recherche de l'inimittable fragrance si douce se dégageant de tous les vampires, particulièrement douce chez les vampires ayant choisi de se plier au mode de vie végétarien. Il ouvrit les yeux, satisfait. Trouvés. Dans une ruelle sombre, situés dans le quartier moins fréquenté, apparemment, à moins que l'instinct de survie des humains ne leur ait hurlé de faire un grand, trèèès grand détour et de voir ailleurs tant qu'à y être. Engageant sa voiture dans la ruelle, il en sortit, impeccable comme toujours dans son costume couleur d'encre de la même teinte que la mercedes dont il referma la porte, arborant un air calme alors que tous ses sens étaient en ébullition. La voilà, elle, et le voici, lui, beaucoup trop près pour le bien-être de l'une et accessoirement de l'autre. Il sourit en voyant que sa fille était indemne, bien qu'arborant l'air furieux que souvent, Alexander provoquait chez certaines personnes. Alister avait eu le temps d'entendre le commentaire d'Alexander en ce qui avait regard au cas d'Enea, et décida qu'ils en parleraient par la suite. D'abord, rompre le contact entre sa fille et son ami. Comme toujours, Alister était l'incarnation même du calme ainsi que du contrôle de soi, tandis que certains tremblements de la part d'Alexander laissaient deviner avec évidence que -probablement sans le faire exprès- Vesper l'avait provoqué. Il s'avança, sourire aux lèvres découvrant ses dents blanches, trop blanches, mortellement aiguisées comme celles de tout vampire, montrant par le fait même à Alexander la seule arme capable de tuer un vampire. Il n'avait pas intérêt à toucher sa fille.

      « Alister, heureux de ressentir ta présence ! »
      « Mon ami, sois assuré que le plaisir est partagé, mais il le serait davantage si tu cessais de provoquer ces migraines en Vesper. »
      (pause)
      « Avant d'éclairer ma lanterne en ce qui a trait aux raisons de ta visite, tu seras certainement heureux de visiter ma remorque. »

    Simple, calme, efficace. Bien sûr qu'il avait respecté l'étiquette en ce qui avait trait à la courtoisie! Il s'agissait quand même d'un des êtres les plus respectueux qui soient, après tout... Alister s'avança vers sa fille, la jaugeant rapidement du regard. Elle n'avait pas l'air trop malmené, mais arborait un air royalement agacé face au vieil ami de son père adoptif. Il lui jeta un regard signifiant clairement "Ca va?", rapidement, imperceptiblement, puis se retourna vers son ami, sourire aux lèvres. Malgré la situation, il était tout de même heureux de revoir Alexander, maintenant que le contrôle de la situation passait sous les décisions d'Alister. Et il devait bien admettre qu'il préférait cela ainsi. Et qui aurait possiblement voulu attaquer la personne la plus amicale qui soit en la personne d'Alister?


[Fini! J'espère que ça vous va =S]

_________________
[list]
[list]uc[/list:u]
[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vesper Bratford
Modo _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1094
Age : 23
Votre pseudo : &.| Little-Surfeuz
Mood : &.| M'a-t-on déjà vue sincèrement en colère?
Philosophy : &.| Si quelqu'un vous dit « Je me tue à vous le répéter » laissez-le mourir.
Your Greatest Fear : &.| Without him, i'm nothing.. So lose him.
My darling Sin : &.| Him. My love. My angel. My prince.. (L)
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/12/2008

Through your eyes
How old are you?: 154 (mais 25 en apparence)
Power: I see in the future..
Relationship:
MessageSujet: Re: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   Ven 13 Mar - 3:04

    La jeune femme l’observa pendant quelques instants, alors qu’elle lui avait lancé une pointe. Ça l’avait déstabilisé et elle fut relativement contente d’avoir trouvé son point faible. Il allait bientôt pouvoir découvrir sa force ; son pouvoir. Il savait sa faiblesse ; les gens qu’elle aimait. Lorsqu’elle disait ça, elle ne voulait pas dire qu’ils étaient un poids pour elle, loin de là. Ils étaient sa force, ses soutiens, sa vie entière dépendait d’eux. Surtout depuis qu’elle avait accepté d’être la femme de Nathanael. La bague qu’elle portait à la main en témoignant, de quoi faire des jalouses.. Qui n’aurait pas rêvé d’avoir le beau jeune homme à genoux devant vous, si beau mais si vulnérable – elle savait qu’il détestait s’ouvrir de la sorte – et faisant sa demande comme un gentleman? Pour sûr, elle n’était certainement pas la seule à en avoir rêvé, mais elle serait la seule qui verrait son rêve se réaliser. Bref, ce dernier était une force pour elle, il la protégeait et l’aidait tant.. Pourtant, dès qu’on parlait, ou même qu’on insinuait que possiblement lui et sa famille était menacée, elle se sentait démunie, prête à faire absolument tout pour que la menace retombe. Elle ne voulait pas qu’ils meurent et qu’ils la laisse seule, elle, sur Terre. Si sa famille allait en enfer, elle irait elle aussi.

    Elle avait oublié de regarder un peu plus loin chez lui. C’est vrai, quoi, il avait près de 2000 ans, et il avait évidemment eu sa femme et ses enfants étant humain, donc ils étaient décédés voilà plusieurs siècles de ça. Un peu confuse d’avoir ravivé ce souvenir chez Alexander, elle décida de se taire sur le sujet, mais d’en remettre s’il se remettait à parler – à penser – de/à sa famille comme des casse-croûtes potentiels, Vesper ne se priverait pas de tourner le couteau dans la plaie. S’il voulait la guerre, il l’aurait, sans problèmes. Elle avait rassemblé assez d’idées pour pouvoir contre-attaquer s’il remettait sur le tapis un sujet qui lui était sensible. S’il s’amusait avec ses nerfs, elle s’amuserait avec les siens. Il lui indiqua clairement que ce sujet était sensible, et elle décida de clore cette conversation par un silence de plomb. Le seul problème, c’est qu’un éclat de lune ricocha sur sa bague et qu’elle l’observa. Le regard d’Alexander, lui aussi accroché à l’anneau qui ornait son doigt fin, semblait figé. Et c’est là qu’il lui lâcha une réplique qui la figea, elle.

    « Ma présence doit vous indisposer, alors, non? » demanda-t-elle prudemment, d’une voix excessivement douce.

    Elle lui dit ensuite qu’Enea faisait partit de la famille, donc qu’il n’était pas question de la toucher elle non plus. Un côté protecteur qui devait éveiller l’esprit d’un traqueur en quête de challenges. Il la mit en garde contre les anciens, mais elle repoussa ses paroles d’un revers de main. Ça la concernait, mais la décision revenait surtout à Declan, Alister et la jeune humaine. Les autres Bratford ne pouvaient pas se prononcer pour quoique ce soit. Sauf s’ils décidaient de voir qui est pour, qui est contre. Alors.. Elle voterait sûrement pour, au grand désespoir de son frère et elle le savait. Un léger sourire s’afficha sur ses lèvres alors qu’elle visualisait la scène : elle, en train de voter pour oui en tirant la langue à Declan, qui piquerait pour sûr une de ses crises colériques. Baah..

    « Nous en sommes parfaitement conscients, et nous sommes de fait très prudents. Par contre, il est évident qu’on ne la mangera pas, même si le sujet de la transformation est encore à discuter. Declan est contre, totalement, mais je pense qu’Enea est pour. En tout cas, ça devrait lui arriver un jour, puisqu’elle sait que Declan restera toujours à 17 ans alors qu’elle vieillira. Sincèrement, je ne pense pas que ça lui tente d’être en couple, à 80 ans, avec un homme qui a toujours le même âge, qui est toujours aussi beau. C’est.. Je pense qu’elle sera pour sa transformation dans cette optique-là. Mais je ne décide pas dans cette affaire-là, sauf s’ils veulent l’opinion de la famille. Bref.. Merci de l’avertissement, mais nous sommes au courant. »

    Elle lui offrit un léger sourire, simplement empreint de simplicité. C’est là que sa tête se mit à chialer. Elle tentait toujours de décrypter l’avenir d’Alexander, mais dieu qu’il ne lui rendait pas la tâche facile. Il entremêlait ses pensées, comme s’il voulait volontairement qu’elle soit toute mêlée. C’était effectivement le cas, et elle ronchonna silencieusement contre ce nouveau jeu qu’il semblait avoir du plaisir à mettre en œuvre. Tâchant de ne pas aggraver sa migraine, elle tenta de faire le vide dans son esprit, sans succès. Il lui prit la main et ils s’observèrent alors qu’il « empruntait » son portable. Elle ne dit rien, restant totalement immobile et silencieuse. Pourtant, dès qu’il raccrocha, elle savait à qui il avait parlé et elle ne se gêna pas pour le lui dire. Surtout pour lui faire savoir qu’elle désapprouvait de mêler son père à ça. Pourtant, elle était parfaitement consciente qu’Alex s’en foutait. La preuve, il prit une gomme à la fraise et s’accota nonchalamment le dos sur le mur en lui tendant le paquet qu’elle refusa d’un léger signe de tête. Il entreprit de meubler la conversation en lui parlant de son pouvoir, ce qu’elle fit de manière très vague. Elle le renseigna simplement sur les maux de têtes et lui lança un regard très significatif de ce qu’elle pensait de son petit jeu. Il s’excusa d’un ton qui se voulait doux et elle sourit malgré elle.

    « Ce n’est pas tout à fait exact. Je ne lis pas dans les pensées, comme mon frère. Une simple décision peut bouleverser mes visions. »

    Elle tournait autour du pot, sans dire clairement qu’elle voyait l’avenir. Pourtant, il n’était pas dur de dire en consistait son pouvoir, avec les renseignements qu’elle donnait et qu’il avait lui-même amassé. Avec un peu de jugement et de perspicacité, sûrement. Elle l’écouta en silence sur le fait de pourquoi mêler Alister à leur conversation. Sa mâchoire aux traits délicats et féminins se contracta légèrement, mais elle n’émit pas le moindre son. La jeune femme se contenta de l’observer silencieusement, quand soudain, son interlocuteur émit une exclamation qui présumait que son père était dans les parages. Elle le sentait elle aussi. Lorsqu’elle le vit apparaître, elle émit un léger sourire de reconnaissance à ses propos. Ils échangèrent un court regard où elle lui fit comprendre qu’à part les migraines, elle allait bien. La présence d’Alister la rassurait. Pourtant, elle tremblait encore légèrement. Vesper n’avait pas oublié ni les menaces voilées d’Alexander, ni ses pensées et désirs qu’elle avait pu percevoir..

_________________
« Je n'ai jamais
accordé d'importance à
la manière dont j'allais mourir,
mais mourir à la place
de quelqu'un que j'aime me semble
être une bonne façon de partir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander W. Jonhson
Violence && Vengeance

avatar

Masculin
Nombre de messages : 318
Age : 27
Votre pseudo : Alex
Your Greatest Fear : Peur, mort...
My darling Sin : La nourriture et les bons petits plats....
What are you? : Traqueur
Date d'inscription : 27/02/2009

Through your eyes
How old are you?:
Power:
Relationship:
MessageSujet: Re: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   Dim 15 Mar - 20:32

Je me demandais si les jours n’étaient pas dictés par une force supérieure. Je faisais cette réflexion pour la simple raison que les coïncidences se multipliaient dans ma pauvre vie. Quoique ce soit, j’ignorais encore tout de la vie et ceux, même avoir une vie aussi longue que la mienne. Je ne savais pas que dire ou faire, mais la situation m’était très incommode et je devais le vivre de cette façon. Ainsi à ce moment précis de ma vie, Vesper ressemblait à ma femme. Ce n’était même plus dans ses traits, mais aussi dans le caractère et sa façon de parler et de bouger. La jeune demoiselle semblait être une pâle copie de celle que j’ai aimée. A part sauf si ma mémoire commençait à me faire défauts, ce qui était une possibilité tout à fait acceptable vu les circonstances de perte de mémoire des vampires avant la transformation. Néanmoins, pour ma part, j’essayais à tout prix de garder toutes les secondes de ma vie de pauvre mortelle et j’essayais de le faire le mieux possible pour qu’elle ne soit pas jetée dans le néant. Ainsi à chaque moment avec Vesper, je revoyais ma douce Sélène qui semblait vivre à nouveau. C’était une renaissance de ma mémoire et la sensation de sa bouche, le son de sa voix me faisait dire que si j’avais été plus rapide, elle aurait été parmi nous en ce moment même. Peut-être ne serais-je pas été un monstre enfin de compte ou peut-être aurais-je assumé mon rang d’ancien mégalo. De toute façon, sa présence ne me faisait pas que du mal, car elle me rappelait souvenirs heureux et je ne pouvais que me réjouir de pouvoir à nouveau ressentir ce moment dans mon esprit. Je me sentais à nouveau avec elle que j’avais aimé, celle que mon cœur lui était parvenu, celle à jamais.

« Ma présence doit vous indisposer, alors, non? »

Ainsi la réponse à cette question n’était que plus simple.


« Non, si votre présence m’indisposait, vous ne seriez plus là pour l’énoncer de cette façon si douce. »


La suite devenait plus intéressante à mon goût. Celle-ci semblait ne pas prendre la mesure de ma mise en garde, qui était les plus hautement sérieuse. La jeune femme semblait ne pas avoir peur et semblait avoir et pouvoir gérer ce malaise avec sa famille. Elle semblait même prendre la mise en garde comme une chose ironique d’une façon que je ne pouvais guère apprécier. Quand ses mots atteignirent mes oreilles, je ne pouvais qu’enrager devant cette nouvelle. La jeune femme ne savait pas sur quoi elle devrait affronter. Moi je le savais pour la simple raison que j’étais devenu une sorte de paria parmi mes pairs. Certes j’étais encore ici pour en parler, mais cela m’avait pris une bonne partie d’un moment de ma vie pour rester en vie devant ses adversaires humblement plus coriaces que les apparences donnaient. Si ses anciens voulaient que la loi soit respectée d’une manière stricte et efficace, aucun vampire n’avait le droit d’enfreindre une seule de ses règles sauf s’il y désire devenir un paria contre ses sangs royaux et maintenir sa vie par la simple force de son propre corps. J’étais parvenu à cela, mais qui pouvait le faire, qui pouvait avoir la volonté de le faire, car la réussite demandait des sacrifices si douloureuses que cela pouvait conclure par la perte de ses êtres chers. Enfin compte, que savait-elle de l’horreur ?


« Je ne pense pas que tu prends ma mise en garde pour sa véritable valeur. Je viens de découvrir avec une grande facilité que vous êtes liés à un humain et si cela s’apprenait, la personne de ta famille et cette humaine mourront. Mais cela n’est pas tout, toute ta famille périra s’ils y étaient au courant et comme je peux le constater, c’est le cas. »


Je raclais un coup ma gorge avant de continuer, car la faim commençait à devenir fort depuis le temps que je n’aie pas déjeuné.

« Et si tu es ici, cela veut dire que tu tiennes aux membres de ta famille. Alors reconsidère ma mise ne garde, car c’est bien la vie de tes proches qui sont mises en jeu. «

La conversation continua encore et encore. Difficile de tout dire, de tout expliquer mais il fallait être là depuis le début pour continuer toute l’histoire. Hors je savais l’histoire vu que nous étions là depuis le début. Ainsi continuant sur les conversations des pouvoirs ou autre, j’appris qu’elle était une prophétesse ou dans ce style là. Je devais bien l’avouer, son pouvoir m’intrigua du fait que cela conférait à sa personne un avantage les plus subtiles dans la vie de tous les jours et je ne pouvais que l’affirmer dans mon plus regret. Son frère était quant à lui, un télépathe. Cela voulait dire que mon intimité allait être dérangée et que je ne pouvais guère cacher mes sentiments. Certes je pourrais essayer de dissimuler de la façon que je souhaite, mais c’était une tâche ardue dans un domaine inconnu. Il fallait donc que je méfie de chaque membre de la famille Bratfort, car je risquais de passer un mauvais quart d’heure si je laissais ma nature ressortie dans un moment de détente et d’insouciance.


« Mon ami, sois assuré que le plaisir est partagé, mais il le serait davantage si tu cessais de provoquer ces migraines en Vesper. »
(pause)
« Avant d'éclairer ma lanterne en ce qui a trait aux raisons de ta visite, tu seras certainement heureux de visiter ma remorque. »



Puis l’odeur que j’attendais, était là. Mon ancien ami était là. Ses dents étaient ressorties, une certaine façon de me dire que je ne devenais pas toucher à sa famille. Je le savais déjà, mais les années lui avaient sûrement fais oublier nos relations. Je ne devais pas l’en vouloir, qui, certes, me donnait envi de l’attaquer d’une manière furieuse. En effet, je m’étais réussi à contrôler, mais comparé à Alister, je n’avais pas réussi à éteindre mon instinct naturel ou dompté, je les dissimulais en plus profond de mon être pour essayer d’être plus civilisé. J’étais en quelques sortes un tueur se passant pour un pacifiste pour juste se sentir dans cette peau durant un millième de seconde. Puis quand celui-ci me proposa de déjeuner un coup, je ne disais pas non et j’allais à sa voiture. Sautant dans sa remorque et ouvrant la bâche, je vis cette biche qui n’allait contenir ma faim que pour un moment du fait que je n’allais pas être suffisamment rassasié. Enfin bon, cela voulait dire que je devais retourner à la chasse encore une nouvelle fois. Pour la façon que cet animal était présenté, je ne pouvais pas m’empêcher de faire un commentaire du nature assez enfantine.


« Ce n’est pas un restaurant quatre étoile, dommage que ce n’soit pas un humain avec une pomme dans sa bouche et se trouvant sur un plateau argenté. »

Je laissais échapper un rire qui n’était point morbide ou satanique, mais celui d’un petit gamin qui venait de faire une blague à la toto. Certes je savais que cela était déplacé pour la personne de Vesper, mais j’espérais que mon vieil ami n’avait pas oublié mon humour si décalé par rapport au sien. Je le savais courtois et suffisamment calme pour ne pas s’énerver si ses souvenirs ne lui revenaient plus pour une raison bien mystérieux. En même temps, j’étais l’ami de son passé, celui que personne ne voudrait revoir à ce stade de sa vie pour la simple raison que cela voulait dire que des problèmes viennent à sa rencontre. Cela était dommage pour lui, mais je n’avais guère le choix et ainsi après avoir fini de manger ma nourriture, je revenais sur le sol pour m’éloigner de la voiture et m’approcher d’Alister.

« Hum ! Délicieux repas… Pour ta lanterne, je suis ici pour une affaire que tues au courant. Comme tu l’aurais deviné, je devrais faire un ménage chez nos congénères avant que je quitte le lieu ou qu’il quitte les lieux pour une destination un peu plus sûr. Néanmoins tu as omis certains détails qui auraient pu nous emmener dans une situation assez fâcheuse. J’espérais que ta présence ici nous permettra de réparer ce léger malentendu. »


Je me tus, j’espérais qu’il allait le comprendre. Je ne cherchais pas à le combattre ou à exterminer sa famille, je cherchais protéger les miens et je devais avoir les informations qu’il me donnait pour éviter tout problème entre nous. Certes cela faisait un peu plus de cent cinquante ans que nous n'étions pas vu, mais je devais aller vite et droit le but comme si nous étions quittés qu’hier. Je ne savais pas comment il allait prendre mes propos, mais je préférais éviter ce genre de penser assez déplaisant. Puis je devais parler un sujet assez sensible qu’il pouvait nuire à notre amitié.

« Nous devrons aussi résoudre le problème d’Enea avant que les anciens de l’Europe de l’Est ou d’Italie, vienne ici pour régler la situation. «

Je me tus quelques secondes pour voir sa réaction avant de reprendre de si belle, pour donner des précisions qui nous concernait tous.


« Alister, ce n’est pas contre elle ou toi, mais ta famille pourrait attiser la convoitise et Enea ne pourrait être que le déclencheur de votre arrêt de mort. Cela doit être pris en considération, car cela condamnera aussi Forks. »


J’espérais qu’il souviendra de ses vampires et de surtout son chef qui convoitait les pouvoirs des vampires. Hors les Bratford avait deux membres possédant un pouvoir les plus intéressant enrichissant possible, l’un était télépathe et l’autre pouvait voir l’avenir. Cela signifierait d’une manière les plus simples que cette famille pourrait être la cible d’une attaque juste pour kidnapper ses deux tourtereaux. J’espérais dans sa clairvoyance, que mon ami se joigne dans mon opinion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: | Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }   

Revenir en haut Aller en bas
 
| Qui es-tu.. Vraiment? { PV Alexander }
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Jeux vraiment trop drole!!!
» Signature de contrat - Alexander Frolov
» Une punition méritée, vraiment? [Jane]
» F.T. d'Alexander Blake

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prelude To Damnation :: Les Alentours :: Port Angeles :: { Zone Industrielle }-
Sauter vers: