AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Retour à Forks (free)

Aller en bas 
AuteurMessage
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: Retour à Forks (free)   Jeu 19 Fév - 13:39

*Hors de question. C’est même pas la peine. Je ne resterai pas enfermée ici. J’ai besoin de sortir, et je sais qu’il en va de même pour Kielaren.*

La jeune fille s’était installée au piano, un magnifique piano à queue qui se trouvait au centre du salon. Elianna jouait une des chansons qu’elle avait écrite lorsqu’elle était à Seattle. Là bas, elle n’avait pas eu de piano à sa disposition. C’avait été dur, mais elle n’avait pas eu le choix. Elle s’était donc contentée d’écrire des paroles qui ne seraient jamais chantées et, maintenant qu’elle était rentrée, elle pouvait y mettre la musique. Elle entendit sa mère la rejoindre, mais ne cessa pas de jouer. Qu’est-ce que cela changerait, de toute façon ? Pas grand-chose, de toute façon. Et c’est avec ces tristes pensées qu’elle continua de jouer, rêvant de grands espaces. Sa mère posa la main sur son épaule pour l’interrompre et Elianna tourna la tête vers celle-ci avant de signer :

[Qu’y a-t-il, Maman ?]
« J’emmène ton père à sa séance de rééducation. »
[Il y en a pour combien de temps ?] demanda Elianna.

Les battements de son cœur s’étaient quelque peur accélérés devant l’éventualité qui s’offrait à elle. Pourrait-elle en profiter pour aller faire un tour avec Kielaren ? Cette simple idée lui donna envie de sauter tout de suite sur ses pieds, mais elle se retint. Il fallait donner le change. Sa mère perçut-elle son combat intérieur ? Sans doute pas.

« Deux ou trois heures. Je vais aller faire des courses en même temps. Tu veux venir ? »

Ely prit un léger temps de réflexion, semblant réfléchir aux différentes possibilités qui s’offraient à elle avant de répondre :

[Non, je vais continuer à jouer du piano, puis j’irai m’occuper de Kielaren. Son boxe a besoin d’être nettoyé.]
« Ah… Oui, c’est vrai. Amuse-toi bien, ma chérie. » fit-elle en embrassant sa fille sur le front.

Elianna se reposa devant le piano et reprit là où elle en était jusqu’à ce qu’elle entende la voiture quitter la propriété. Elle disposait de deux heures au moins de libre. C’était, réellement, le moment d’en profiter. Hors de question de rester ici. Il ne faisait pas trop mauvais en plus, pour une fois… Comprendre par là une couche nuageuse qui dissimulait le soleil, une couche de neige au sol, mais pas de pluie ou de neige qui dégorgeait du ciel. Un sourire triste se dessina sur son visage. Elle était triste en permanence, de toute façon. Un peu plus ou un peu moins ne changerait pas grand-chose. Mais, au moins, pourrait-elle ainsi se changer un peu les idées de façon plus efficace que de rester devant son piano ou devant son chevalet. Elianna se précipita dans sa chambre pour se changer. Jusque là vêtue d’une longue jupe, elle troqua le vêtement pour un jean et des baskets. Elle conserva le pull qu’elle portait et enfila sa veste matelassée qui, bien chaude lui permettrait de ne pas prendre froid. Enfilant ensuite ses gants d’équitation, elle délaissa la bombe qu’elle ne portait plus depuis longtemps en dehors des quelques concours qu’elle faisait au profit de son stetson. Une fois prête, elle sortit vivement de la maison qu’elle ferma à clef puis rejoignit l’écurie en courant.

Le soulagement s’empara d’elle sitôt qu’elle eut pénétré dans l’atmosphère confinée et chaude de l’écurie. L’étalon alezan la salua d’un hennissement joyeux et elle attrapa une carotte avant de pénétrer dans le boxe. L’animal frotta son chanfrein contre sa poitrine en la poussant gentiment. Ils avaient, tous les deux, une véritable complicité qui avait tendance à surprendre ceux qui étaient extérieurs à la relation entre la jeune femme et son cheval. Lorsqu’il eut mangé la carotte, elle commença à le brosser avant de le harnacher. En général, elle le montait pratiquement à crue, se contentant d’une bride pour pouvoir le diriger plus facilement. D’un autre côté, compte tenu de ce qu’avait dit sa mère et de ce qui était indiqué dans le journal, et si sa mère rentrait plus tôt et qu’elle voyait qu’elle n’était pas là, mieux valait qu’elle utilise la selle. Ce qu’elle fit. L’étalon prêt, il commença à piaffer d’impatience tandis que la jeune fille le sortait de l’écurie. A peine sortis, elle enfourcha l’animal et se mit en route. Le raisonnable aurait voulu qu’elle reste dans le quartier. Mais… Elle était tout sauf raisonnable. Aussi se dirigea-t-elle vers First Beach. Un galop le long de la plage, il n’y aurait vraiment rien de mieux pour un retour à la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïla Crowe

avatar

Féminin
Nombre de messages : 659
Age : 28
Votre pseudo : So
Your Greatest Fear : Le mot N-o-n
My darling Sin : Le shopping!!!
What are you? : Protecteur
Date d'inscription : 03/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 pink candles
Power: I'm a super werewolf! But I still can't fly, I tried.
Relationship:

MessageSujet: Re: Retour à Forks (free)   Dim 22 Fév - 8:14

Il n'y avait pas beaucoup d'avantage au fait de vivre à La Push et d'y être née. En fait, la majorité des gens du 21ième siècle n'en voyaient aucun. La réserve était loin de tout, il n'y avait pas de boutiques dignes de ce nom ni aucun autre service intéressant et il n'y avait pas grand chose à faire. Cependant, il y avait des plages. Certes, elles n'étaient pas totalement dorée comme celle de Los Angeles ou de la Floride ou de tout autre état chaud. Elles n'étaient pas aussi chaudes que ces plages c'était un fait. Il n'y avait pas autant de soleil pour permettre aux gens d'en profiter pleinement et leur sable n'était pas aussi doux que celui de toutes plages normales. Ces plages étaient celle de La Push. Elles faisaient en quelque sorte partie de Leïla Crowe, cette jeune Quileute qui y passait tant de temps. Que sa vie se déroule bien et sans embûches de grandes envergures ou qu'elle soit encore plus nulle qu'un mauvais doublage de film, ces plages étaient là pour l'accueillir à toutes heures du jour ou de la nuit. C'était un refuge hors du commun que personne ne pouvait se payer mais qu’elle avait sans avoir à débourser quoi que ce soit.

Sa nuit avait été si longue et pénible. Le marchand de sable semblait l’avoir oublié. Après un délicieux souper auquel elle avait à peine touchée, Leïla s’était engouffrée dans sa chambre pour pleurer. Chose qu’elle avait faite dès que son corps, alourdi par la tristesse, avait échu sur son lit. Elle s’était recroquevillé et avait pleuré jusqu’à ce que, croulant sous la fatigue, elle s’endorme toute habillée sur les couvertures. Malheureusement pour elle, à peine au bout de deux petites heures et quelques minutes, elle s’était réveillée de nouveau et tout ses souvenirs lui étaient revenus pareil à des gifles. Elle était restée recroquevillé sur son lit, en position fœtale, et n’avait pas bougé jusqu’à ce que le gris du soleil apparaisse à travers les nuages.

La journée n’était pas encore entamée, mais n’en pouvant plus de ne rien faire, la jeune Miss Crowe s’était levée, tel une automate, et elle avait pris la direction des plages. Il faisait encore noir lorsqu’elle s’était assise sur les berges, à même le sable. Ne pouvant retenir plus longtemps sa souffrance, les larmes recommencèrent à ruisseler tranquillement sur son visage. Sa vie était parfaite et depuis quelques semaines tout était chamboulé. Elle avait l’impression d’être prise sous une avalanche de rocher qu’elle n’avait aucun moyen d’empêcher de s’écrouler sur elle. La dernier de ceux-ci avait été Todd. Todd qui ne l’aimait plus et qui était passé à une autre. Il était passé à autre chose et leur fiançailles ne tenaient plus. Il avait dit : "J'ai rencontré quelqu'un...". Il avait rajouté autre chose mais le reste, elle s'en fichait. Ces quelques mots raisonnaient à l'intérieur de sa petite tête en écho au battement de son coeur. Chaque mot était accentué par un battement de son coeur. Elle les entendait qui enfonçait le clou encore plus profondément dans son fort intérieur. Elle avait apprise la nouvelle la veille. Ramenant ses jambes sur sa poitrine, Leïla les enserra de ses bras et accouda son menton sur le tas. Elle pouvait ainsi profiter du spectacle que donnait le soleil lorsqu’il se levait sur l’eau. Cela aurait été beaucoup plus beau s’il n’y avait pas eu tout ces nuages mais sa vie était si sombre qu’elle les trouvait à leur place.

Quelques heures passèrent ainsi. La jeune Quileute restant assise à méditer et à verser des larmes qui s’asséchaient au fur et à mesure que le temps passait. Ce n’était pas parce que son chagrin se tarissait mais plutôt parce que son corps n’avait plus rien à offrir. La clarté était présente mais personne ne songerait à la plage en cette journée. Elle croyait pouvoir être tranquille pendant un moment mais un son qu’elle connaissait bien la détrompa. Un staccato se faisait entendre et il approchait. N’ayant pas envie qu’on la découvre en position si pitoyable, Leïla se releva. Elle essuya d’abord le sable qui lui était resté collé aux fesses puis passa les mains sur ses joues pour effaces les traces de larmes. Celles-ci furent remplacé par le sable qui colla à son visage sans même qu’elle en s’en rende compte. Une jeune fille approchait en galopant sur un cheval. Leïla avait une passion pour ces animaux mais elle n’en possédait aucun. Par chance, M. Forest lui laissait prendre l’un des siens parfois. Le visage de la nouvelle venue ne lui disait encore rien mais elle était trop loin pour que ses traits soient parfaitement visible. Elle était brune, non, châtaine plutôt. Peu importe, elle le découvrirait assez vite dès qu’elle serait à sa hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: Re: Retour à Forks (free)   Dim 22 Fév - 12:34

Oui, c’était parfait pour un retour à Forks. Le vent fouettait son visage, provoquant des ondes de frissons dans le corps de la jeune femme. Ca faisait du bien. Provoquer l’oubli sous les assauts du vent. Il n’y avait rien de mieux. Elianna s’était couchée sur l’encolure de sa monture dans la forêt pour aller plus vite. Ils avaient sauté quelques fourrés, quelques arbres au sol. Même si les andalous n’étaient pas des chevaux d’obstacle, Kielaren était plutôt souple, ce qui lui permettait de sauter sans trop d’efforts les obstacles naturels. Et l’un comme l’autre s’en donnaient à cœur joie. Elianna se sentait en sécurité sur l’étalon. Elle épousait le moindre de ses mouvements. C’était grisant. A l’arrivée sur la plage, vide en cette saison, elle lâcha un peu plus les rênes, lui faisant accélérer sa foulée. Elle ne put s’empêcher de sourire tant cela lui faisait du bien. Paradoxalement, des larmes roulaient sur ses joues au souvenir des ballades qu’elle faisait autrefois avec son père. Il lui semblait que c’était dans une autre vie. Finalement, elle se redressa dans la selle, sans pour autant agir sur les rênes et l’étalon ralentit sa foulée avant de passer au trot puis au pas. Pour un œil extérieur, ils ne faisaient qu’un. D’ailleurs, c’était une peu le cas. La jeune femme l’arrêta puis porta son regard sur l’océan.

*Je suis désolée, Papa. Tout est ma faute… J’aurais dû te forcer à attacher ta ceinture, je n’aurais pas dû quitter la route du regard… J’aurais dû… J’aurais dû être dans ce fauteuil à ta place.*

La véracité de ses songes la laissa pantoise. Etait-ce ce qu’elle se reprochait depuis un an ? De ne pas s’être retrouvée dans ce fauteuil à la place de son père ? Son père considérait qu’il avait accompli sa vie. Que ce n’était pas grave. Mais si ç’avait été elle qui avait été privée de ses jambes ? Privée de son cheval, privée de sa vie ? Un long frémissement lui parcourut l’échine. Non. Ses parents n’auraient pas voulu, ça. Mieux valait ne plus y penser. Mieux valait se vider à nouveau l’esprit. Elle relança donc Kielaren au galop.

C’est à ce moment-là qu’elle remarqua, plus loin, une silhouette qui semblait la guetter. Fronçant les sourcils, se demandant qui était aussi fou qu’elle de se promener ainsi par les temps qui couraient. Ely mit l’étalon au galop de travail, à une allure à laquelle nombre de chevaux seraient tombés au pas, mais, travaillant le dressage avec l’étalon, elle savait comment entretenir l’allure. Avait-elle réellement envie de croiser quelqu’un ? Peut-être pas. Pourtant, elle ne pouvait faire comme si elle n’avait pas vu cette personne. De sa main libre, elle fouilla dans ses poches à la recherche du petit carnet et du crayon qui ne la quittaient jamais en temps normal. Et… Ils étaient là. Au fond de sa poche intérieure, contre son sein. Elianna arrêta sa monture près de la jeune fille et signa :

[Bonjour]

C’était un geste international qui pouvait être compris de tous, sa main droite s’écartant de sa bouche, doigts tendus serrés les uns contre les autres. Ely ne savait trop si elle devait être un peu nerveuse ou pas. Après tout, depuis son retour, jusqu’à aujourd’hui, elle n’avait croisé personne d’autre que ses parents… Elle prit une grande inspiration et poussa un petit soupir avant de sortir son calepin et son crayon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour à Forks (free)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour à Forks (free)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Le Retour des Charlots [DVDRiP]
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prelude To Damnation :: La Push :: First Beach-
Sauter vers: