AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée

Aller en bas 
AuteurMessage
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Sam 14 Fév - 21:12


Let’s start from the beginning.






NOM :O’Connell. Dire qu’il me suffit de prononcer mon nom pour que tout le monde sache d’où je viens est un euphémisme. Mes origines irlandaises me poursuivent où que j’aille. Un bien ? Un mal ? Ni l’un ni l’autre. Si les gens savaient à quel point cela ne me fait ni chaud ni froid d’être originaire de l’autre côté de l’Atlantique moi qui vis sur les bords du Pacifique… Pour tout dire, je n’ai jamais mis les pieds sur les terres de mes ancêtres. Alors…

PRENOM(S) :: Elianna, Madalena. Mon prénom est original, je le concède. Il n’est pas déplaisant à l’oreille, il faut également l’avouer. En fait, je dois bien reconnaître qu’il me plait. C’est une chose que rien ni personne ne pourra m’enlever. Ce don qui m’a été fait, qui pour certains se révèle être une véritable malédiction revêt pour moi le caractère inverse. Mon second prénom, lui est de tradition familiale. De ce que j’ai compris par mes parents, il est de tradition que les enfants de la famille portent en deuxième prénom celui de leur grand-mère pour les filles et de leur grand-père pour les garçons. Je ne vois là guère d’utilité. Mais, malgré tout, Madalena est un joli prénom quoiqu’un peu vieux jeu. Mais je fais avec. Après tout, s’il apparaît sur ma carte d’identité, ce n’est pas là mon prénom usuel. Alors je peux m’en satisfaire sans râler..

SURNOM(S) :Ely, Anna. La nécessité de certains de raccourcir un prénom. Ely, Anna, ce sont les deux surnoms qu’on me donne. Je dois avouer que je préfère Ely à Anna. Ne me demandez pas pourquoi, je serais bien en peine de répondre. Mais il semble que mes parents aient une préférence pour le second.

AGE : 17 ans. L’âge où tous les espoirs sont permis. L’âge où l’on croit encore que tout sera mieux après, l’âge où l’on attend avec impatience de grandir, tout en regrettant le confort de l’innocence enfantine. Mes 17 ans seront-ils un rêve ou un enfer ? Jusque là, je suis partagée. Mais j’arrive déjà bientôt à mes 18 ans. Je ne sais ce que je dois craindre… J'a peur des désillusions dont certains ne cessent de me parler. D'ailleurs, je n'ai pas envie de grandir. L'adolescence, l'irresponsabilité me conviennent tout à fait. Pourquoi faut-il toujours grandir et faire des choix?

DATE DE NAISSANCE :26 juillet 1991. Je suis née en plein été. J’ai pour moi la chaleur des longues journées de vacances, mais aussi la solitude que procurent les anniversaires pendant cette période où tous sont en vacances. Un ennui mortel, parfois… Mais, au moins, j’ai toujours pu fêter mes anniversaires lors de journées ensoleillées. Enfin, presque, après tout, à Forks, le soleil est une chose rarissime. Mais j'ai appris à vivre avec et, fort heureusement pour moi, mes humeurs ne dépendent pas du temps. En fait, si je voulais être réellement pécise, je devrais vous avouer que je suis née à minuit et quelques secondes un soir de nouvelle lune. Personnellement, je ne suis pas supersticieuse. Mais il parait que cela est censé me porter chance dans la vie, d'après certaines sources, ou me porter malheur selon d'autres. Mouais... Je suis sceptique. Je préfère ne pas croire à ces choses là. Après tout, qui peut dire de quoi l'avenir sera fait, n'est-ce pas?

LIEU DE NAISSANCE:Je suis née à Seattle. Allez savoir pourquoi, bien qu’ayant toujours vécu à Forks, mes parents n’ont pas voulu que ma mère accouche sur place, ni même à Port Angeles. Enfin… J’ai ma petite idée là-dessus. C’est, sans doute, parce que mon frère est mort à la naissance et qu’ils avaient peur que cela ne recommence avec moi. Je ne saurai jamais ce qu’il s’est passé. Ils n’ont jamais voulu me l’expliquer. Et, de toute façon, maintenant c’est du passé. Mon frère est un sujet qu’il ne faut surtout pas aborder. Et je m’en garde bien. Et pour cause…

OCCUPATION : J’occupe le rang banal de lycéenne à temps plein. Et vous pouvez me croire, c’est d’un ennui mortel… Enfin. Mortel, pas réellement. Sinon, je ne serais pas là à vous parler. Mais, fort heureusement pour moi, lorsque ces longues heures de cours sont terminées, je m’évade de tout ça grâce à de nombreuses activités. N’aimant pas rester à rien faire, j’adore faire de longues ballades à cheval, peindre, ou jouer de la guitare ou du piano et chanter, mais ça, c'était avant. Autodidacte, j’ai appris seule. Mais il faut avouer que ce sont les mes seuls petits plaisirs dans la vie. Pas particulièrement gourmande, je déteste cuisiner. Si je sais faire des pattes et des œufs, c’est bien là tous mes talents culinaires. Pourtant, à en croire mes proches, j’ai un véritable don pour tout ce qui touche à l’artistique. Alors je vais les croire… Il est vrai que ça fait toujours plaisir à entendre. Et j’y passe de longues heures, devant mon piano ou sur ma guitare.

GROUPE: Je ne suis qu’une simple humaine. Plutôt banal, à dire vrai non ? Et bien il faut croire qu’à Forks, nous ne sommes pas si nombreux que cela. Mais ça, bien sûr, je n’en ai pas la moindre idée… Pour moi, le reste n’est que mythes et légendes. Mais je ne demande pas mieux qu’à être sortie de mon quotidien ennuyeux pour découvrir autre chose, ne serait-ce que la réalité de ce qui nous entoure. En même temps, dans un monde d'humains, je serais bien bête de croire à autre chose. Enfin... J'y crois, dans mes rêves. Mais, la réalité est toute autre. J'aimerais pouvoir dire que je ne suis pas qu'une simple humaine. Que j'ai quelque chose de plus que les autres n'ont pas. Malheureusement, ce n'est pas mon cas et j'erre dansune vie qui m'horripile de platitude et de banalité.



What do you live for?






BEHIND THE MASK: On dit de moi que je suis une personne douce, gentille et aimante. Mais c'est le genre de petite commentaire qui, aujourd'hui, me donne une furieuse envie de rigoler. Je n'ai absolument pas cette impression. A dire vrai, j'ai un mal fou à supporter mon reflet dans la glace depuis ce fameux jour. J'en porte la responsabilité. Je suis coupable. Après tout, si je n'avais pas prêté plus attention à la route, mon père marcherait encore... Car oui. Depuis un an, je porte en moi une culpabilité sans faille. Rien ni personne ne me fera croire à mon innocence. Ma douceur, ma gentillesse, tout ce que mon entourage prend pour une vertu, je mets ça sur une envie de me racheter, de faire oublier le chagrin que j'ai fait subir à mes parents. Depuis un an, je ne parviens pas à me remettre. Je ne sais pas si j'y parviendrai un jour, d'ailleurs. Depuis un an, comme en réaction, j'a cessé de parler. Plus personne n'a entendu le son de ma voix. Je ne chante même plus, me contentant de me reporter dans le reste de mon tempéremment artistique. Je me suis mise à écrire. A composer. Des chansons tristes, pour la plupart, mais que personne ne chantera jamais. Moi qui étais souriante et pleine de vie, je suis devenue triste et amère. Ce sont sans doute les traits de caractère qui dominent chez moi à l'heure actuelle. Je ne sais pas si, un jour, je pariendrai à passer outre.

J'étais leur rayon de soleil. J'ai l'impression d'être une malédiction. Je n'ai plus reouché un volant, depuis. Je ne peux pas. Je refuse. Une peur panique s'empare de moi dès que j'approche de la portière côté conducteur. A dire vrai, passagère ne convient guère mieux. Je revois, sans cesse, l'accident. Mon inattention. Je riais avec mon père, tout en conduisant. Je n'a pas fait attention. J'étais attacée, pas lui. Il est passé à travers le pare-brise. Depuis, il ne marche plus. Dès que j'y pense, je suis malade. Ils on beau dire que ce n'était pas ma faute, cela ne change rien. Pour moi, c'est et ça restera de ma faute.

Pourtant, je devrais les croire lorsqu'ils cherchent à me rassurer. Enfin... Je crois. A dire vrai, je n'en sais rien. Depuis l'accident, tout est bizarre, dans ma vie. Je suis devenue encore plus sensible que je ne l'étais avant. Je ne sais pas comment expliquer ce que je ressens. En fait, c'est un peu comme si je ressentais l'humeur des gens qui m'entourent. Si quelqu'un est en colère, moi-même je vais être en colère. Si un personne est triste, je le serai aussi. J'ai parfois l'impression d'être ne éponge. Oui, c'est ça... Une éponge. Mais je ne ressent que les humeurs fortes, que ce qui est impossible à réfréner pour les gens. Ca me fait peur, parfois. Et je suis bien contente de ne plus prononcer un mot. Pas même un cri. Je crois que, pour moi, c'est un moyen quelconque de rédemption. Un genre de punition pour ce que j'ai fait à mon père. Comme si, au bout du compte, cela me permettrait de me racheter. C'est bête, je sais. Je l'avais dit. Mais j'ai horreur de ça. J'ai horreur de ne pas comprendre ce qui m'arrive. Suis-je un monstre? Une bête de foire? Sans doute un peu des deux...

Parallèlement à ça, mes notes se sont dégradées, depuis un semestre. Je n'arrive plus à m'appliquer autant qu'avant. Je n'ai pas changé d'école. J'ai appris la langue des signes, je communique par écrit, ça n'a rien changé à ce niveau là. Mais je crois que l'utilité de la vie m'a échappée, ces derniers temps. Je me demande souvent pourquoi, moi, je n'ai rien eu. Juste quelques petites égratignures qui n'ont laissé aucune trace. Du moins, je n'ai aucune séquelle physique, ni aucune cicatrice physique. Mais, moralement, je saigne encore. Ce n'est sans doute pas pour rien qu'ils me forcent à aller voir un psy. Mais que devrais-je lui dire? Il voudrait me forcer à parler. A ouvrir la bouche. A prononcer un son. Mais je m'y refuse. Alors je passe de longs moments, d'interminables moments sur le divan, à regarder le plafond et à attendre que ça passe. C'est glauque. Je sais. Mais c'est le prix de ma liberté. Mes parents sont prêts à tout pour que je guérisse. Même à m'enfermer s'il le faut. Alors, même si ça ne donne pas de résultats, je leur faits au moins ce plaisir. Celui d'aller voir ce psy deux fois par semaine à Port Angeles. Ma mère m'y emmène à chaque fois. Je sais qu'elle préfèrerait que j'y aille seule. Mais... Je ne peux pas. Ah... Et oui, mes notes ont baissé. Moi qui, avant, étais très bonne en classe, je ne suis qu l'ombre de moi-même aujourd'hui. Je leur fais peur. J'en ai conscience. Je fais eur à tout le monde, de toute façon.. Mes amis se sont éloignés de moi, depuis que je suis revene au lycée. Tous m'ont abandnnée. Comme si j'étais contagieuse... Mais, en fait, ça ne me dérange pas. Je n'ai pas à faire d'effortsquand je sens les larmes monter. Je n'ai pas à les réfréner. Je n'arrive même pas à envier ceux qui sont heureux. Enfin... Sauf lorsque je subis les humeurs des autres. A dire vrai, ce sont sans doute les seuls moments où j'exprime quelque chose. C'est étrange. J'ai peur...

OBJET FETICHE: Un objet fétiche? Avant, j'aurais dit mon porte clé. Celui que j'utilisais pour mes clés de voiture. Mais aujourd'hui, cet objet est pour moi une véritable malédiction je ne veux plus voir ce petit chat en peluche avec ses longes jambes. Je l'ai rangé dans un tiroir. Je dirais qu'aujourd'hui, mon objet fétiche est mon i-pod. Pour la simple raison qu'il me permet de m'évader, d'oublier, de m'isoler derrière des murailles que persone ne pourra réussir à franchir. Je suis seule, et ma solitude me sied bien, finalement. Au moins, je n'ai pas à avoir peur de causer un accident... C'est tellement mieux ainsi.

GOUTS: Comme je l'ai dit plus haut, j'aime tout ce qui est artistique. La peinture, la musique, le chant. Enfin... J'aimais, le chant. Mais je ne chante plus. Quand bien même je n'aurais pas cesséde parler du jour au lendemain, je crois que ma voix se serai tarie comme une rivière privée de sa source. Mon père était fier comme un paon, lorsqu'il m'entendait chanter. L'étincelle qui allumait son regard me donnait l'envie de chanter. Pour lui. Mais elle s'est éteinte. Il n'est plus que l'ombre de lui-même. Comme moi. Pourtant, je continue à jouer du piano et de la guitare. Cela me pemet de m'évader parfois. Comme la muique qe j'écoute. Mais entre ce que je joue et ce que j'écoute, il n'y a pas de comparaison. Mais il n'y a pas que là que je tire quelque repos.

Mon autre activité principale, c'est l'équitation. C'est sans doute là que je tire le plus de soulagement, d'ailleurs. Parce que c'est la seule activité que je fais réellement seule. Le piano, la guitare, sont à la maison. Mon cheval aussi. Mais avec lui, je pars dans les bois. Ils ne me font pas peur. Certes, ils sont opressats. Mais, étonnamment, c'est source de réconfort pour moi. J'aimerais être engloutie par les bois. Me perdre et ne plus jamais rentrer. Ca serait un tel soulagement. Disparaître...

PHOBIE: Outre la seule idée de prendre un volant, je sus aussi effrayée à l'idée d'avoir gaché la vie de mes parents. Ce sont les des peurs irrationnelles qui, d'une certaine façon sont responsbles de mon mutisme.

En dehors de ces deux craintes déjà immenses, j'ai peur de la foule en espace clos ou restreint. Rien que ça, me direz vous. Mais lorsque vous vous retrouvez dans des transports bondés, ratatinée contre des inconnus, ou dans un ascenseur plein à craquer aussi, et que vous commencez à avoir des sueurs froides, des tremblements et tout ce qui va avec, je peux vous assurez que vous préférez les escaliers ou la marche à pieds. C'est mon cas, je sais de quoi je parle. L'idée même de ne pas avoir le choix, comme pour conduire me rend malade et me provoque des cauchemards. Aussi, depusi l'accident et mon refus de tenir un volant, soit je me fais accompagner, soit je marche...


Dernière édition par Elianna O'Connell le Jeu 19 Fév - 2:25, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Sam 14 Fév - 21:12


Forever Begins Now



CHAPTER ONE :




J’ai toujours vécu à Forks. Du plus loin que je me souvienne. Sauf ces derniers mois. Après l’accident, mes parents ont voulu m’envoyer ailleurs. Là où des gens seraient susceptibles de m’aider. Je ne vois pas pourquoi, d’ailleurs. Ce dont j’avais besoin, c’était d’être avec eux, et non pas loin d’eux. Même si les voir, surtout mon père, me rappelle sans cesse que c’est ma faute s’il ne marche plus, s’il est cloué dans un fauteuil. Mais ça me permet d’expier ce que j’ai causé. Car après tout, je suis responsable. Il faut que j’en assume les conséquences. Et je dois prendre soin de mon père. Je n’ai pas le droit de l’oublier. En fait, je refuse l’idée même d’oublier ce qu’il s’est passé. D’après mon psy, c’est un refus d’avancer. Un refus d’aller mieux. En même temps, il pense aussi ça du fait de mon mutisme. Bref. Pour lui, je me complets dans ma souffrance. Il m’amuse… Mais sa compassion feinte, elle, me fait horreur. Il transpire la pitié, le désintérêt de ses patients. Mais comment faire comprendre que je ne veux pas aller voir ce type, deux fois par semaine ? Ca n’est pas possible. Malheureusement. Aller le voir, c’était la condition à mon retour à la maison. Si je n’avais pas accepté, ils m’auraient laissée là bas. A Seattle dans ce centre. Dans cette prison, oui… Pour moi qui ai toujours été éprise de liberté, de grands espaces et j’en passe et des meilleures, être là bas était une horreur. Une erreur, même… Enfin bref. Ce qui compte, c’est que je sois enfin rentrée chez moi. Honnêtement, j’ai détesté Seattle… Les grandes villes ne sont réellement pas faites pour moi. Je crois que rien ne pourra contredire ce fait. Toujours entassés dans les ascenseurs, dans les transports en commun, je ne sais pas comment font les gens pour tenir. Moi, en tout cas, je n’y parviens pas. J’aurais crié à en vider mes poumons d’air, à les faire éclater si j’avais pu. Heureusement, mon calvaire n’a duré que deux mois. Mes parents ont enfin compris. Et, aujourd’hui, je rentre à Forks. Ca me rend presque heureuse. Ce qui me plait, c’est que je vais retrouver mon chez moi, mon cheval, les longues randonnées seule en foret, et mes parents. Mon père, ma mère. Mon père. Ce père que j’aime et que j’ai blessé à vie. Rien que d’y repenser, mon cœur se serre. C’est ma faute. Tout est ma faute.

Mon regard se porta par delà la vitre derrière laquelle je me trouvais, le front appuyé contre celle-ci. Le froid extérieur passait à travers le verre, mais je n’en avais cure. J’attendais que ma mère arrive pour me ramener à Forks. J’ignorais si mon père serait avec elle et, à dire vrai, je ne savais trop si je devais l’espérer ou pas. Comment allait-il ? Ces deux derniers mois, je ne l’avais pas vu une seule fois alors que ma mère était venue me voir toutes les deux semaines. Enfin. Mieux valait ne pas me faire d’illusions. Il ne serait sûrement pas là. Ils avaient beau dire que ce n’était pas ma faute, j’étais persuadée que mon père m’en voulait. Et il aurait bien raison.

Finalement, je vis la voiture arriver au coin de la rue. Pour la première fois depuis deux mois, un large sourire se dessina sur mes lèvres avant de s’effacer rapidement. J’étais, certes, soulagée de quitter ces lieux froids et impersonnels. Mais je craignais ce qu’il se passerait là bas. Je poussai un profond soupir de lassitude et d’angoisse mêlée puis me détournais de la fenêtre. Il ne me restait plus qu’à rouler mes aquarelles et à ranger mes textes. Je décidais de m’y atteler tout de suite. Ils n’avaient pas pu m’empêcher de peindre et d’écrire. Ils avaient, eux au moins, rapidement compris que c’était ce dont j’avais le plus besoin, mon exutoire. Le psy passait son temps à analyser ce que je faisais. Mais ce qu’il en pensait ne m’intéressait pas. Tout ce que je voulais, c’était quitter cet endroit, et c’était enfin possible. J’eus vite terminé et pus rejoindre ma mère dans le bureau du directeur de l’établissement. Quelle ne fut pas ma surprise de voir que mon père était aussi du voyage… Sans m’adresser un mot, il continua.

« Bien entendu, comme nous en avions parlé, il faudra qu’elle aille voir mon confrère à Port Angeles deux fois par semaine, et qu’elle vienne me voir une fois par mois »
« Bien sûr. Elle n’y manquera pas » répondit ma mère pour moi en me jetant un regard.

Bien entendu, je ne répondis pas. Je me contentai de hocher la tête en guise d’accord, guère convaincue. Cela ne me plaisait guère. Mais, de toute façon, je n’avais pas le choix. Je m’approchai de mes parents et posai mes mains sur les poignées derrière le fauteuil roulant de mon père. Lui ne s’était pas retourné. Pourtant, sa main gauche vint se poser sur ma main droite en guise de salut et de réconfort. Mon cœur se serra. Malgré les apparences, j’avais réellement du mal à croire que ce n’était pas grave. Pourtant, je fis comme si. Ma main libre vint se poser sur celle de mon père et je la serrai dans la mienne. Finalement, nous quittâmes les lieux. Le cœur serré, légèrement angoissée, je les suivis jusqu’à la voiture. Il me fallait bien faire avec, de toute façon. Je n’avais pas le choix. Je grimpais à l’arrière tandis que le fauteuil de papa se casait à la place du passager. Maman monta ensuite à la place du conducteur et nous ramena tout en me racontant les dernières nouvelles de Forks.

« Oh… Avant que j’oublie ma chérie. Il y a des bêtes sauvages et dangereuses qui traînent dans les bois. Tu ne… Tu ne pourras donc plus sortir avec Keliaren. »

Je détournai mon regard du paysage qui défilait pour le fixer sur le rétroviseur arrière jusqu’à ce que ma mère me regarde. Bougeant alors rapidement les mains, je demandais :

[En quel honneur ? Il y a toujours eu des animaux sauvages… Et jusque là, personne n’a interdit les promenades en forêt…]

Ma mère se mordilla la lèvre. Sans doute savait-elle dès le départ que ce ne serait pas facile. Elle devait avoir préparé un discours pour me convaincre de suivre les nouvelles consignes, tout en sachant pertinemment que cela ne m’empêcherait pas d’essayer de contrevenir. Elle me connaissait bien, après tout, et devait savoir que je n’avais aucune envie de rester enfermée toute la journée à tourner en rond. Aussi reprit-elle :

« Il y a eu des meurtres, ma chérie. La ville est devenue dangereuse. S’il n’y avait pas mon travail, nous serions partis. Et tu as ton bac aussi à la fin de l’année. Et il était trop tard pour te changer d’établissement. »

Je m’apprêtais à signer à nouveau quand ma mère m’interrompit d’un geste pour reprendre la parole :

« Je sais que tu as raté un bon mois de cours. Et les vacances. Mais tu récupèreras plus vite ici qu’ailleurs. »

J’avais des doutes, mais après tout, si elle le disait… Je la laissais continuer son babillage verbal sur le pourquoi du comment je ne pouvais plus aller me balader en forêt. C’était hors de question. Tout mon être s’insurgeait. Je venais de passer deux mois enfermée dans un institut, il était hors de question que je reste à présent enfermée chez moi. Je ne sortais pas en dehors de mes cours et de mes promenades. Non. Vraiment, ça n’était pas possible. Rien qu’à l’idée de passer tout mon temps dans la maison, je ne pouvais pas. Les larmes me montèrent aux yeux et débordèrent. Je les essuyai rapidement que personne ne les voit. Ca n’était pas possible. Non. Enfin, la voiture s’arrêta devant la grille. Je sautai du véhicule pour aller ouvrir et laissai mes parents remonter l’allée tandis que je m’esquivais vers l’écurie. Kielaren poussa un hennissement de bienvenue qui me rendit le sourire. Dans l’odeur du fumier, je me sentais bien à nouveau. Je m’approchais de l’étalon sans crainte et, malgré ma jupe en velours, j’entrais dans le boxe avec une carotte que je pris dans le seau situé par terre, hors d’atteinte des naseaux de l’animal. L’étalon alezan me poussa légèrement de la tête avant de prendre la carotte que je lui tendais. Ca me faisait du bien d’être là. Il m’avait vraiment manqué. D’un bond agile, je me hissai sur son dos, juste pour le câliner. Il avait l’habitude. C’était ma façon à moi de tout lui raconter. Comme si… Comme s’il pouvait comprendre. Et, d’une certaine façon, j’étais persuadée que c’était le cas. Ma mère ne tarda pas à venir me rejoindre.

« Anna… Tu sais très bien que c’est dangereux ça… »

Je me redressai et me tournai vers elle.

[Maman. Tu sais que Kielaren ne me fera jamais de mal. Tu t’inquiètes pour rien, je t’assure.]
« Descends s’il te plait. Je me sentirai mieux. »

Avec un soupir et en levant les yeux au ciel, je m’exécutai et sortit du boxe que je refermai avant de me tourner vers ma mère. Elle allait, sans aucun doute, vouloir revenir sur ce qu’elle m’avait annoncé dans la voiture. Et ça ne rata pas.

« Ecoute ma chérie. Je sais que tu n’aimes pas l’idée de ne pas pouvoir aller te promener avec Kielaren. Mais c’est pour ton bien. Nous ne t’empêchons pas de monter en dehors, juste, tu ne peux plus aller dans les bois. »
[Ecoute maman. Je sais que tu dis ça pour moi, parce que c’est dangereux et tout. Mais tu sais aussi que je suis prudente. Que je ne m’éloignerai pas des chemins de randonnée.]
« Non. C’est hors de question Elianna. Il se passe des choses étranges ! C’est vraiment sérieux ma chérie. Cela ne fait que quelques jours. Et… Et… Je te passerai le journal quand tu rentreras. Ne tarde pas trop, je prépare à manger. »

Sur ce, elle tourna les talons. Je savais qu’elle ne passait que le minimum de temps possible avec mon cheval. Elle n’aimait pas particulièrement l’étalon. Trop nerveux à son goût. Enfin. J’enlevai la paille de mes longs cheveux châtains, et me dirigeai vers la petite glace au fond de l’écurie. J’avais besoin d’un bon coup de brosse. Comme à chaque fois, mes prunelles bleu-gris pétillaient alors que mon regard était terne d’habitude. Je secouai la tête. Mes lèvres rosées s’étirèrent en un timide sourire. Je savais d’avance que je ne respecterai pas ce qu’avait dit ma mère. J’étais, cependant, curieuse de savoir de quoi il retournait et bien décidée à découvrir la vérité. Et si je me mettais en danger… Quelle importance ? De toute façon, ma vie ne valait pas le coup. Alors autant savoir de quoi il retournerait. Au moins, ça m’occuperait.

Finalement, après avoir pansé Kielaren et lui avoir donné à manger, je quittais l’écurie bien décider à y retourner après dîner, même s’il serait trop tard pour monter. Je rentrai donc dans la maison et rejoignit en silence mes parents dans la cuisine.

« Tu as bonne mine, Ely. » fit mon père avec un sourire.

Je haussais les épaules. Ma peau était certes, plutôt douce et j’avais tendance à avoir facilement bonne mine. Pourtant, je savais aussi que j’avais des cernes en ce moment et que mon père disait ça plus pour me réconforter qu’autre chose et pour me donner l’impression qu’il allait vraiment bien. Ma mère se tourna vers moi et m’indiqua le journal sur la table. Je m’empressai de le lire l’article et frémit. Pourtant, cela ne m’empêcherait pas de continuer ma vie. Téméraire et un brin suicidaire. Oui, sans doute. Et alors ?


Dernière édition par Elianna O'Connell le Mer 18 Fév - 20:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Sam 14 Fév - 21:13

CHAPTER TWO :




« Tiens ma chérie… »
« Oui Papa ? »
« Si tu me montrais un peu comment tu conduis, maintenant que tu as le permis ? »
« Ca marche ! On prend laquelle ? »
« Mmmh… La berline. »
« Ok, ça marche ! »

C’est avec un sourire ravi que mon père me tendit les clefs de la voiture avant de se rétracter et de refermer sa main dessus. J’avais passé mon permis la veille et l’avais obtenu avec brio. D’après l’examinatrice, j’étais la meilleure de mon groupe. Sans doute est-ce pour ça que j’ai été la seule à l’avoir. J’en riais encore rien que d’y repenser. Et ça me faisait plaisir de partager ce moment avec mon père. Hier, j’avais commencé par leur faire croire que je l’avais raté, pour voir leur réaction. Il parait que je sais bien mentir. Il parait. Enfin, en même temps, ça dépend vraiment des sujets… Là, je ne sais pas comment ils ont fait pour me croire avec mes joues rosissantes à cause de mon petit mensonge et des coins de ma bouche qui voulaient se relever en un sourire. Ah si ! je sais ! Je leur tournais le dos. Et quand j’ai le dos tourné, je suis nettement plus convaincante. Car si je sais donner le change au niveau de mon timbre, pour le visage, ce n’est franchement pas ça. Bref. Tout ça pour dire qu’ils étaient tous penauds d’avoir posé la question et désolés pour moi. Je m’étais alors retournée, un large sourire aux lèvres, tenant le petit papier dans mes mains.

« Mais non ! Je l’ai eu !!! »

Et mon père avait été le premier à venir me féliciter, me faisant valser dans ses bras. J’avais éclaté de rire.

« Je suis le premier que tu emmènes en vadrouille. On fait ça demain, tiens… »

Et j’avais acquiescé, trop contente pour dire non. C’est pourquoi aujourd’hui, nous nous trouvions sous le porche de la maison. Il neigeait. Comme par hasard. J’aurais dû sentir que ça n’allait pas. Mais mon père était enthousiaste. Et son enthousiasme était très communicatif. Il est comme ça, mon père… Il se réjouit toujours pour tout. Comme moi. Je tiens ça de lui, je crois. Machinalement, je m’avançais vers la portière côté passager.

« Ely ? Tu fais quoi ? »
« Oups ! Scuze Papa… J’avais oublié. L'habitude...»
« Tiens, attrape ! » fit-il en riant et en me lançant le trousseau de clef.

Je le rattrapai au vol et déverrouillai les portières avant de m’installer derrière le volant et de mettre ma ceinture le temps que le moteur chauffe. Me tournant vers mon père, je remarquai alors que lui n’était pas attaché.

« T’oublie rien, Papa ? »
« T’inquiète ma puce, j’ai confiance en toi. »

Mouais. Je fis la moue, mais c’était mon père. Il était la figure d’autorité de la famille. Poussant un petit soupir, je tournais la clef dans la serrure et appuyai sur l’embreillage afin de faire avancer la voiture. Nous quittâmes rapidement la maison et de m’insérai sur la quatre voies en direction de Port Angeles. L’ambiance, dans la voiture, était parfaitement détendue. Mon père et moi riions, échangions nos impressions sur la vie à Forks, sur ce que j’envisageais de faire après, lorsque j’aurais terminé le lycée. A dire vrai, je ne savais pas encore trop. Tout ça me paraissait tellement loin que je n’y songeais guère, préférant m’intéresser au moment présent. J’essayais de rester concentrée sur la route, étant donnée la neige qui tombait, mais je ne voyais pas à plus de 20mètres de la voiture. Par brouillard, cela aurait été suffisant. Mais la chaussée était glissante. Au dernier moment, je vis surgir le camion qui avait raté son virage. Je n’eus que le temps de donner un coup de volant pour ne pas le prendre en pleine face. Mais je ne pus éviter l’accident. Comme au ralenti, je me vis foncer dans l’arbre et sentis le choc qui se répercutait en moi. Au même instant, j’entendis un bruit de verre brisé et n’eus que le temps de porter mes mains à mon visage pour empêcher les éclats du pare-brise de me défigurer. Lorsque les choses semblèrent s’être calmées, sous le choc, j’écartais doucement les bras le cœur battant à la chamade. Derrière nous, les voitures s’étaient arrêtées. Pour celles qui l’avaient pu. Mais il y avait déjà un gros accident. Je ne regardai pas dans mon rétro et préférai me tourner vers mon père pour m’assurer qu’il allait bien. Enfin… Je me tournai vers l’endroit où il aurait dû se trouver. A côté de moi sur la banquette. Mais sur la banquette, il n’y avait personne. Je portai alors mon regard plein d’effroi sur le pare-brise brisé et vis mon père ou sol, dans une position assez étrange.

« Papaaaaaaaaaaaaaaaa ! » hurlais-je avant de me débattre avec ma ceinture pour sortir de la voiture.

J’avais l’impression d’être entière. Mais je n’en avais cure. Après un moment qui me sembla avoir duré une éternité, je parvins enfin à me détacher et courai jusqu’au chevet de mon père. J’écartai les mèches de son visage. Il avait perdu connaissance. Pourtant, j’entendais encore son cœur battre. Un soulagement, je dois dire. J’essayai d’articuler un mot, de prononcer un son, mais rien ne venait. C’était comme si j’avais perdu toute faculté à parler. Ce qui se révéla d’ailleurs être le cas. Les ambulances ne tardèrent pas à arriver et nous fûmes tous emmenés à l’hôpital de Forks. Je refusais d’abandonner mon père. J’avais peur. Il souffrait. Plus précisément, tous ceux qui étaient autour de moi souffraient. Je croyais avoir eu mal, je ressentais la douleur, le chagrin de toutes les personnes présentes. Le calme des ambulanciers ne parvenait pas à m’atteindre. Pourtant, je ne parvenais même pas à gémir. Comme si… Comme si j’avais totalement perdu ma voix. Je fus examinée. J’eus droit à quelques points de suture sur le bras, mais ça n’avait pas d’importance. Je n’avais d’yeux que pour la porte derrière laquelle mon père avait disparu. Finalement, ma mère finit par arriver et me rejoignit dans la salle d’attente. Elle me murmurait des mots de réconfort que je n’écoutais pas. Que je n’entendais pas. J’étais en état de choc. Comment avais-je pu accepter de démarrer alors que mon père n’était pas attaché ? Comment avais-je pu ne pas voir ce camion plus tôt pour l’éviter ? Comment… Comment ? Je n’avais aucune réponse à mes questions. J’attendais, angoissée que le médecin revienne et nous annonce l’horrible vérité. Je craignais que mon père ne soit mort. La vérité était bien pire. Lorsque le médecin ressortit, il avait l’air à la fois soulagé et déçu. Soulagé parce que son patient était en vie, déçu parce qu’il ne pourrait jamais remarcher. Un sourd gémissement sortit de ma gorge, comme un grognement. Ce fut le dernier son que je prononçai tandis que je retombais assise sur ma chaise, sans pouvoir me souvenir que j’étais debout l’instant précédent. Ma descente aux enfers commençait. Il m'avait fait confiance. Il avait eu tort. J'étais resonsable



What’s about you ?


AVATAR : Willa Holland
PSEUDO : Bindangel, Kathou
SEXE :féminin, of course
AGE :bientôt 24 ans
NIVEAU DE RP :Honnêtement, je ne pense pas que ça soit à moi de juger, d’autant que j’ai toujours tendance à me déprécier et à demander l’avis des autres. Mais j’ai commencer les rps en 2005 (avril)
PRESENCE SUR LE FORUM :normalement, quotidienne
OU AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM: par une jeune miss qui est entrain de faire sa fiche... Ma Xava, mieux connue ici sous le nom d'Emma Lexis
QU'EN PENSEZ VOUS: Demandez à la miss. Quand elle m'a montré le forum, j'ai marqué un premier arrêt: "déjà, j'adore la bannièr. Ca donne vraiment envie". En même temps, je m'étais promis de pas m'inscrire sur un nouveau forum je suis déjà sur... 6 forums, avec parfois des multicomptes. Mais j'ai fait "l'erreur" d'aller lire le contexte. Et là.. Okay, c'est bon, jai craqué. Moi qui ne connaissaisdu phénomène twilight que le film que j'ai vu, j'ai craqué et ai acheté les 4 tomes d'un coup aujourd'hui (lol). Un peu à cause de ce fow et de ce dont on discutait avec la miss hier. En fin de compte, je me suis dit: tant que j'ai pas trouvé la célébrité, je tiens le coup... Mai j'ai cherché, cherché, cherché, avant de me décider pour celle-ci...
COMMENTAIRES(S) :euh...


Dernière édition par Elianna O'Connell le Jeu 19 Fév - 2:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enea Warrens
Admin _ Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1940
Age : 34
Votre pseudo : Lily
Mood : Confused
Philosophy : No matter what
Your Greatest Fear : I'm only afraid of loosing you...
My darling Sin : Cappuccino time!
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 18/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 18 ans
Power: None
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Sam 14 Fév - 21:16

Bienvenue ici! xD

Merci pour tous les compliments sur le forum, et merci à Emma pour la pub!

_________________
    In this whole damn world
    Tell you to hold off, You choose to hold on
    It's the one thing that I've known
    I'm coming out in this all wrong
    She's standing outside holding me
    Saying oh please, I'm in love

    (c)Lily (me)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Sam 14 Fév - 22:04

bah de rien, je les pense^^

j'aime beaucoup la simplicité de votre design et la bannière est tout simplement superbe^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 31
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Sam 14 Fév - 23:09

Citation :
j'ai craqué et ai acheté les 4 tomes d'un coup aujourd'hui (lol) un peu à cause de ce fow



    Bienvenue sur le forum miss <3
    Merci pour touuuus les compliments et bon courage pour ta présentation ^^

    Willa est un bon choix de vavas en plus.

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Casey H. Evans
Croyances && Faiblesses

avatar

Féminin
Nombre de messages : 728
Age : 25
Votre pseudo : Jassoue
Mood : Chieuse
Philosophy : J'aurais du mourir
Your Greatest Fear : L'amour, s'attacher aux gens et les perdre. Les voitures
My darling Sin : Les vêtements (a) l'orgueuil
Date d'inscription : 11/01/2009

Through your eyes
How old are you?: Bien tôt 17
Power: De quoi tu parles? Personne n'a de pouvoir, on est tous humain ici
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Dim 15 Fév - 0:14

Willa <3333

Bienvenue ;D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://myroad.deviantart.com/
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Dim 15 Fév - 0:17

Declan Bratford a écrit:
Willa est un bon choix de vavas en plus.

en espérant, me connaissat, que j'arrive à trouver suffisamment de photos à mon goût... Et j'ai eu, déjà de base, énooooooooooooooooooooooooooooooooooooooormément de mal à me fixer sur Willa... Mais c'est vrai quelle est mignonne...

*retourne au tome 1*

rassurez-vous, je devrasi l'avoir fini ce soir. J'ai déjà dépassé la moitié... et...

J'adoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooore

edit: merci, je vois que je fais déjà de l'effet^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Callahan
Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 872
Age : 31
Votre pseudo : Ailiz
Mood : =)
Philosophy : Vouloir C'est Pouvoir
Your Greatest Fear : Dévorer Un Humain &/ou Perdre Mes Soeurs
My darling Sin : Faire Des Blagues Avec Dusty
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 06/12/2008

Through your eyes
How old are you?: 226 ans, 18 en apparence
Power: /
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Dim 15 Fév - 0:22

Welcome miss, bon courage pour finir ta fiche et surtout bon Twilight [difficile de décrocher une fois la lecture entamée !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://madaminter.skyblog.com
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 31
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Dim 15 Fév - 0:23

    Erfff Willa est toute mignonne mais, y'a pas beaucoup de photos d'elle en fait, je trouve.

    Mdrrr vas pas trop vite a tout lire sinon tu vas ètre dégouttée de ne plus rien avoir a lire quand tu auras fini le tome 4 xD

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Dim 15 Fév - 0:25

t'inquiète, j'ai un autre bouquin en réserve, j'ai aussi un Ken Follett en anglais (bon... je l'ai lu en français déjà, mais bon) pi je peux aussi piquer les romans de ma mère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leïla Crowe

avatar

Féminin
Nombre de messages : 659
Age : 28
Votre pseudo : So
Your Greatest Fear : Le mot N-o-n
My darling Sin : Le shopping!!!
What are you? : Protecteur
Date d'inscription : 03/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 pink candles
Power: I'm a super werewolf! But I still can't fly, I tried.
Relationship:

MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Dim 15 Fév - 1:01

Bienvenue sur le forum!
Ton avatar est génial!
J'ai hâte de lire le reste de ta présentation xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Dim 15 Fév - 5:53

merci Leila..

PS: tome 1 fini^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keisha Lawson
Croyances && Faiblesses

avatar

Féminin
Nombre de messages : 316
Age : 27
Votre pseudo : Lux
Mood : Magnifiquement bonne !
Philosophy : Oublie tes préjugés chérie, tu es naïve !
Your Greatest Fear : Faire face à un méchant vampire
My darling Sin : Surrrrf
What are you? : Habitants de la Push
Date d'inscription : 29/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 18 ans
Power:
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Dim 15 Fév - 14:05

Willa Holland
Bienvenue =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Lun 16 Fév - 4:17

Merci miss

(décidément... suis accroc aux bouquins... tome 2 fini, lol)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Jeu 19 Fév - 2:26

et voila! J'espère que ça vous plaira^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 31
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Jeu 19 Fév - 3:16

    Hanlala, te lire a été un reel plaisir!
    Jaime ton histoire, j'aime le caractère de ta perso...
    Et ton idée de la faire ne plus vouloir parler. Superbe présa.


    VALIDEE !!!

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elianna O'Connell
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 676
Age : 33
Votre pseudo : Blindangel
Mood : I feel always guilty. That will never change
Philosophy : carpe diem
Your Greatest Fear : la foule, les espaces clos, tenir un volant
My darling Sin : L'équitation, la peinture, l'écriture, la musique et avant le chant
What are you? : Habitants de Forks
Date d'inscription : 14/02/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: empathie
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Jeu 19 Fév - 3:17

merci baucoup^^ ravie que ça plaise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warren K. Jonhson
Faiblesse && Ignorance

avatar

Masculin
Nombre de messages : 247
Age : 33
Votre pseudo : Lesley, chaton, mais vous pouvez m'appeler Keith ou Ren
Your Greatest Fear : Sa folie
My darling Sin : Le plaisir ça compte?
Date d'inscription : 15/02/2009

Through your eyes
How old are you?:
Power:
Relationship:
MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   Jeu 19 Fév - 3:51

Flagelle moi ma belle si j'oublie de lire ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fini!!]Elianna O'Connell, une âme esseulée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prelude To Damnation :: Préface :: Enter The Darkness :: { Ready }-
Sauter vers: