AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Groupe 4 : Telle est notre Destinée.

Aller en bas 
AuteurMessage
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 31
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Groupe 4 : Telle est notre Destinée.   Dim 1 Fév - 1:29

    Fonctionnement : Rien de bien compliqué, il est seulement demandé de respecter l’ordre de passage, et de ne pas faire attendre trop longtemps votre réponse, par respect aux autres joueurs.

    Synopsis: Prenant son courage a deux mains, Alissa s'est enfin décidée a retourner à la Push afin de mettre les choses au point entre elle et Lucas. Malheureusement pour elle, elle tombe en panne au niveau de la frontière, son odeur attirant Eva, vampire de son état. Suicidaire la vampire de trainer si près de la reserve? Il y a des chances.

    Aux abords de la réserve, Lucas, dernier loup de la Push relate une énième fois à Todd ses exploits. L'alpha et le blondinet se taisent subitement, les deux protecteurs sentant la présence vampirique. La transformation ne se fait pas attendre...


    Ordre de passage: Alissa Brown / Eva Peters / Lucas Pevensie / Todd Spencer

    A savoir: Alissa n'étant pas un BTBD, merci de ne pas la mordre Eva xD.

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alissa Brown
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 396
Age : 28
Votre pseudo : Ronny
Mood : Strange but Smiling
Philosophy : Everybody's friend is nobody's friend
Your Greatest Fear : Les endroits trop étroits, accessoirement le sang et monter sur un cheval.
My darling Sin : Strawberries, when there are in Forks
Date d'inscription : 11/01/2009

Through your eyes
How old are you?: 18ans
Power: Nop
Relationship:
MessageSujet: Re: Groupe 4 : Telle est notre Destinée.   Dim 1 Fév - 22:38

La nuit n'était pas encore tombée sur la ville de Forks, le Soleil se couchait lentement mais sûrement laissant dans le ciel des teintes orangers qui laissait normalement à présager que demain il ferait beau, mais là, il ne valait mieux pas s'aventurer dans une quelconque prédiction météo en s'aidant du ciel puisqu'ici, le seul et unique temps que nous connaissions tous était l'humidité, le ciel gris, la pluie et de temps en temps, par le plus grand des miracles et une fois par mois au grand maximum, le Soleil perçait dans le ciel le temps d'une journée nous permettant de ne pas s'emparer des manteaux à capuche où de les laisser dans la voiture toute la journée, après tout, on ne sait jamais, il pouvait très bien faire beau durant un moment et l'espace d'un autre, la pluie faisait son apparition. Ah que je déteste le temps de cette ville!

Enfin, mon intérêt à me rendre à la Push ne concernait pas le temps qui serait de toute évidence le même là-bas qu'en ville, mais pour parler avec une personne. Bien que ce ne soit mon genre de me rendre quelque part dans l'unique espoir d'avoir des explications avec une personne qui, du jour en lendemain avait décidé d'oublier jusqu'à mon existence - et encore, je devrai normalement me satisfaire du fait qu'il ne veuille pas me revoir après tout, ça fait toujours une personne en ville qui ne vous connaît pas ou qui ne connaît pas les rumeurs qui circulent -, j'avoue que c'est assez frustrant ce genre de comportement, nous nous entendions relativement bien, nous commencions à nous connaître, à partager de bons moments ensemble, une amitié voyait même le jour, je me sentais bien en sa compagnie, je n'avais pas lui expliquer les raisons des rumeurs qui circulaient à propos de mon père en ville, c'est pourquoi je ne comprends toujours pas ce qui l'a poussé à m'ignorer complètement du jour au lendemain, je m'en souviendrai toujours de ce jour, rien qu'en y pensant, j'en eus des frissons dans le dos.
La radio était allumée et passait tranquillement une douce musique à peine audible, le volume était au minimum, n'ayant pas vraiment le cœur à écouter la musique qui passait, je préférai me concentrer sur l'excuse que je pourrais donner à Lucas Pevensie quand il remarquera ma présence, si toutefois il était à la Push. Cela faisait un petit moment que je l'avais pas revu - que ce soit en voulant le voir ou non -, j'ignorai donc s'il serait présent et d'un côté, j'avais un infime espoir qu'il ne soit pas là, ce n'est pas que je ne voulais pas lui parler autrement je n'aurai pas pris la peine de me déplacer alors que la nuit tombait et que mon père m'avait normalement interdit de sortir à la nuit tombée depuis l'attaque d'animaux sauvages qui avaient saccagé quelques cabanes dans la forêt, mais, s'il n'était pas là, je pourrai encore réfléchir sur les arguments que je pourrai employer afin de lui faire comprendre et surtout afin que je comprenne pourquoi il ne voulait plus me voir. Mon Dieu, à m'entendre on pourrait penser que son amitié était trop importante, en gros c'est ça, comment ne pas apprécier un garçon comme lui?

Cela faisait une bonne vingtaine de minutes que je roulai à une vitesse plutôt, très lente, je prenais mon temps en fait, depuis que j'avais quitté la maison en signalant à mon père que je n'en avais pas pour longtemps, je ne faisais que faire des centaines de discours dans ma tête où j'exposai clairement mon point de vue à ce jeune homme, des discours où il n'avait aucunement le droit de parler, m'appropriant la parole, même les auto-réponses que je disais en me faisant passer pour lui n'étaient pas suffisantes pour qu'il me coupe, enfin, faudrait-il encore que je réussisse à affronter cette timidité qui m'empêcherait certainement de terminer l'un des longs monologues préparés, à moins que je finisse par m'embrouiller dans mes propres mots... la catastrophe, le pire des scénarios je dois dire,... et puis zut! Nous verrons bien au moment où je serais devant lui, pour le moment je me contentai de rouler à une vitesse trop modérée, presque avachit sur le volant, je voyais, à quelques centaines de mètres devant moi, la Push qui se dessinait, c'est à ce moment que je sentis mon coeur s'emballer à cause de la montée de stress qui s'emparait à vitesse grand V de tout mon corps, serrant les poings, je me remis droite sur le siège avant de finir par prendre une profonde inspiration, allez, encore quelques secondes et j'allai arriver devant la Push et devant Lucas avec une énorme crainte.


« Allez Alissa, tu peux le fai... » Même pas le temps de finir la phrase qui me permettait de prendre mon « courage » à deux mains qu'un petit bruit retentit dans la voiture avant qu'un voyant ne s'affiche devant mes yeux. Que se passait-il? Je lâchai le volant l'espace d'un instant avant d'approcher mon visage de celui-ci et de finir par remarquer que le petit icône qui venait de s'illuminer montrait que la voiture n'avait plus une goutte d'essence. Non, impossible! Ce n'était pas normal! J'avais fait le plein en début de semaine et généralement je pouvais tenir jusqu'au samedi après-midi, je l'avais calculé, je savais parfaitement le nombre de kilomètres qu'il me restait à faire avant d'arriver à la Push, comment pouvais-je donc ne plus avoir d'essence?
Balançant ma tête en arrière qui vint se heurter assez violemment sur le dossier arrière, je finis par sentir le véhicule perdre de la vitesse, avant qu'il ne finisse par se stopper entièrement je devais essayer de le mettre sur le côté afin de ne pas gêner le passage si jamais un autre véhicule arrivait - je dis bien SI jamais, car, à présent que la nuit tombait, les habitants de Forks faisaient en sorte de ne pas avoir à se déplacer sur les routes dites presque désertes -.

La voiture se stoppa finalement, j'en profitai pour prendre mon portable afin de pouvoir prévenir quelqu'un que j'étais en panne et qu'il fallait qu'on vienne me chercher mais, une mauvaise nouvelle en cache généralement une autre, je remarquai que celui-ci était déchargé et à présent éteint.
« Super! » Lâchai-je alors tout en soupirant, pour une fois j'aurai dû écouter mon père et ne pas sortir, j'aurai dû rouler plus vite et peut-être qu'en ce moment au lieu d'entendre une fine pluie sur mon pare-brise je serais rentrée à la maison entrain de me ressasser l'explication que j'aurai eu avec Lucas.
Je jetai finalement un coup d’œil au rétroviseur droit afin de voir si jamais il n'y avait pas une voiture qui s'approchait lentement, mais non, rien, il n'y avait rien du tout, si ce n'est, une silhouette à quelques mètres du véhicule. Fronçant de nouveau les sourcils, je me mordis l'intérieur de ma joue comme-ci je réfléchissais, puis, sans vraiment me rendre compte du risque que j'encourrai, je sortis de ma voiture comme une flèche avant de faire le tour de celle-ci et de m'approcher de cette silhouette dont je ne voyais rien de son visage, seulement ses courbes se dessinaient derrière elle, car même si je ne voyais pas son visage, à en juger par ses courbes avantageuses, je pouvais parfaitement savoir qu'il s'agissait d'une femme, certainement avait-elle sa voiture non loin de là et elle m'avait vue me stopper, alors gentiment elle venait pour m'aider.


« Excusez-moi! » Dis-je alors sur un ton assez fort afin qu'elle m'entende, mon cœur ne cessait de battre à une vitesse épouvantable allant même jusqu'à ce que je craigne qu'il ne s'échappe de mon corps dans la fraction de seconde qui allait suivre, à vrai dire, j'étais assez « apeurée » par l'idée de me retrouver seule sur une route à présent déserte où la nuit arrivait assez vite et où je me retrouvai seule en compagnie d'une personne dont je ne voyais même pas le visage, à force de voir des films d'horreurs je commençai à me faire trop souvent des films! Finalement, je repris sur un ton un peu plus bas et de façon assez « timide », « Je suis tombée en panne et... et mon portable n'a plus de batterie, si en plus on prend en compte la petite pluie qui tombe et votre présence, je me demandai si vous pouviez m'aider? » Le tout agrémenté d'un sourire TRES gênée sur mes lèvres et des mains qui ne cessent de bouger dans tous les sens. J'étais vraiment ridicule!


[HJ: Je m’excuse de ce post complètement médiocre mais, mister Dudule a planté pendant que j’écrivais la première réponse et tête de linotte que je suis j’ai pas enregistré. Donc j’ai du recommencer et le résultat n’est pas fameux du tout, encore une fois désolée, mais je me rattraperai au prochain post =) ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groupe 4 : Telle est notre Destinée.   Lun 2 Fév - 21:28

Plait-il ?

Dans l'ombre, j'avancais tranquillement vers mon petit goûter ; justement j'avais faim ! Ma journée, ou plutôt la suite de mon éternité c'était vraiment mal passée : je suis de mauvaise humeur et je pense qu'il est tant de mettre toute cette rage envers quelqu'un, pourquoi pas cette jolie humaine ? Son sang battait pour moi, chaud il n'attendait que mes crocs pour se sentir enfin libre, enfin aimé comme il le devait. J'avais faim, et j'étais de mauvaise humeur : cette fois ci je ne jouerais pas avec ma nourriture.

Vampire nomade, je ne suis qu'une nouvelle dans ce monde éternel, et pourtant j'ai déjà beaucoup voyagé. Adepte de la course, je suis une des meilleures vampires de ma génération en rapidité, et aucun vampire qui m'a croisé n'a réussi à me battre, pour cause ! Je suis mauvaise compétitrice. Mes voyages m'ont amené en Asie, en Europe et cette charmante Italie, puis me voilà maintenant à Forks, médiocre ville, avec de médiocres habitants. Je m'ennuyais ferme ici ! Ces saletés d'humains ne sortaient presque jamais la nuit...en même temps, il faut les comprendre, vu leur simple bar/restaurant, leur ville manque cruellement de divertissement. (je n'ai pas parlé de Pascal. xD) Cette ville est vraiment sans intérêt pour moi, et je m'étais décidée, - après avoir mangé un couple qui se promenait dans une ruelle sombre. Malheureusement ils n'ont pas eu le temps de faire leurs choses sexuelles- de quitter cette ville avant quelle ne me rende complêtement marteau. Non mais c'est vrai ! Forks c'est le coin paumé des Etats Unis, les gens sont tout mous, c'est à celui qui baillera le plus. Comment voulez vous que je me plaise ? Leur sang en plus de tout ça, est vraiment moins bon que ceux que j'ai pu goûté ! Ces américains et leurs hamburgers...

Tout ça pour dire que je courais pour partir au plus vite de ce trou paumé, mais que je fus subitement arrêtée par une odeur. Mes yeux se fermèrent, et si on me prenait pour une humaine, on aurait pu croire que j'avais sniffé un peu de cocaine et que de ce fait je m'en sentais mieux. L'odeur était enivrante, comme à chaque fois et mes lèvres se retroussèrent pour laisser place à ma somptueuse rangée de dents, ou plutôt de crocs, tout blanc prêt à manger. Je me repris alors, ayant une subite envie de jouer à l'humaine l'espace de quelques minutes : la terreur sur leur visage avant de sucer leur sang est toujours très jouissive. Je m'approchais d'elle, sortant ainsi mon visage de l'ombre. Je voyais très bien qu'elle n'était pas rassurée : la pauvre elle n'était pas au bout de ses peines ! Un sourire sadique aux lèvres, je lui répondis avec une voix glaciale. T'aider ? J'en serais enchantée. Bien entendu, étant humaine elle ne devait pas comprendre ma phrase dans le même sens que moi. Je souris davantage, m'avancant un peu plus vers elle, avec un regard de...tueuse ? Ou plutôt de vampire affamée ! Cette jeune humaine, dont le coeur battait de plus en plus fort et de plus en plus vite, recula vers son véhicule, alors que moi, je m'avancais avec une trop grande vitesse pour ses yeux vers elle. Bientôt elle se retrouva contre sa voiture, moi, collais à elle, caressant son cou avec envie ; ma gorge me brulait, je ne tiendrai pas longtemps. Toute seule, alors que le soleil se couche ? Ce n'est pas très prudent chérie. Ma tête se retourna alors subitement vers ma droite, dont une mauvaise odeur commencait à se dégager. Mon dieu, qu'est ce que ça puait, et visiblement j'étais la seule à le sentir. Mais qu'est ce que c'était ? Pas des cabots j'espère ! Nom de Dieu, il fallait que je finisse plus tôt mon repas ! Ca ne t'embête pas j'imagine que je te mange plus vite que prévu ? Bien sûr que non, tu as trop peur pour dire un mot de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Lucas Q. Pevensie
Force && Protection

avatar

Masculin
Nombre de messages : 401
Age : 31
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : Ne pas parvenir a la* Protéger
My darling Sin : Casey (a) xD
What are you? : Protecteur
Date d'inscription : 04/01/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: Muter, c'est un pouvoir ?
Relationship:
MessageSujet: Re: Groupe 4 : Telle est notre Destinée.   Mar 3 Fév - 1:29

    - " Non mais sérieux, t'aurais du voir comment, je me suis débarrassé de ces deux vampires a la noix. Bon d'accord, ils ont filés mais, on aurait dis que j'avais fait ca toute ma... "

    Deja Todd ne m'écoutait plus. Je ne suis pas sur qu'il m'ait écouté des le début de mon récit, ce récit que je lui avais deja narré au moins trois fois tant j'étais fier de mes exploits, mais au moins, il faisait semblant de s'y interresser. J'étais le petit dernier de la meute. Le troisième loup de la réserve depuis la mutation de Dean. Cela ne me donnait pas un poste élevé dans la hiérarchie, Todd restait l'Alpha et, Dean le Béta. Et moi, un simple loup parmis ceux qui suivraient. Mais j'en étais. J'étais un loup, un protecteur, j'avais pour but de protéger les humains, de sauver des vies et, cela me plaisait. Cela faisait ma fierté. Pour certains, cela pouvait ètre un fardeau, trop de responsabilités, trop de charges... Ne serait ce que pour Todd. Il n'avait jamais rien demandé, juste a épouser sa petite amie. A continuer sa petite vie tranquille. Mais, le destin en avait décidé autrement. Il se retrouvait du jour au lendemain a la tète d'une meute de loups, chargé de nous commander alors que cela n'avait jamais été sa vocation de donner des ordres. Sa meute étant destinée a grandir de jour en jour aux vues des vampires qui ne cessaient d'arriver en ville. Et, en plus de cela, il se retrouvait a tromper sa fiancé avec une de mes ex. Non mais sérieux, personnellement, je le plaignais. Pas a cause de mon ex non. Bien qu'elle soit une vrai chieuse (xD), seulement a cause du fardeau qu'il devait porter face a ses nouvelles responsabilités, face a la culpabilité qu'il devait ressentir vis a vis de Leila.

    Non, nous n'étions pas devenus les meilleurs amis du monde Todd et moi. Avant ma mutation, nous ne nous connaissions mème pas. Je savais qui il était. De nom. De vue. Je savais que les membres du conseil, les vieux sages de la Push, faisaient d'avantage attention a lui depuis quelques jours mais, je ne m'en souciais guère. Tous les potins, tous les ragots, cela me passait au dessus de la tète. A ce moment la, je me fichais éperdument de ce que Todd et les membres du conseil pouvaient bien traficoter. Je vivais ma petite vie tranquille, j'allais en cours, je rentrais, je mangeais et ainsi de suite. De temps en temps, je voyais des amis, y compris des gens de Forks. Je n'étais pas vraiment de ceux qui mettaient une barrière entre eux et les habitants de la ville voisine, bien au contraire, étant un natif de la grande ville, je savais très bien me lier d'amitié avec tout le monde, sans ecxeption, quelle qu'elle soit. J'allais facilement vers les gens. Je sympathisais facilement avec eux et ainsi de suite. Bref, j'étais un lycéen lambda, un lycéen des plus banals, un lycéen parmis tant d'autres. Ni populaire, ni sans amis. Un mec qui connaissait tout le monde sans reellement connaitre personne, un mec sans reel importance, sans reelles responsabilités quoi.

    Alors comment est ce que je savais tout cela sur Todd? Un des plus mauvais cotés de nos mutations était cette capacité que nous avions, entre membres d'une mème meute, de communiquer par la pensée. C'était notre moyen de communication a nous les protecteurs. Mais, par ce biais qui devait, a la base servir de simple moyen de communication, d'informations et de passage d'ordres, nous pouvions, malgrè nous, assister a toutes les pensées des autres membres de la meute. Agréables ou douloureuses, heureuses ou inavouables. Ainsi, j'avais finis pas ètre au courrant des petits secrets de Todd dès que nous nous fumes transformés en mème temps, la veille au soir, pour une ronde dans les bois alentours. Nous n'en avions pas parlé, je voulais lui laisser le plus d'intimité possible comme je voulais qu'il me laisse toute mon intimité vis a vis de mon imprégnation. Et puis, je le comprenais. L'imprégnation était une chose tellement forte, tellement puissante, nous ne pouvions pas y résister. Nous ne faisions que répondre a notre destin.

    Mais, il me semble que je me perd dans mes pensées la. Je pourrais continuer des heures, en vous narrant comment, en rentrant chez moi, le soir de ma première mutation, j'ai trouvé Todd sur le pas de ma porte, visiblement fier de compter un nouveau protecteur dans sa meute mais, je ne le ferais, nous n'avions pas le temps.

    Car si Todd ne m'écoutait deja plus, si je m'étais tut au beau milieu d'une phrase, ce n'était pas pour n'importe quelle raison. Une odeur nauséabonde était montée jusqu'a nous. Nous n'étions qu'aux abords de la ville et pourtant, l'odeur était proche. Je n'avais croisée cette odeur qu'une fois, le soir de ma première mutation mais, je pourrais la reconnaitre entre mille. Elle donnait la nausée, l'envie de vomir, l'envie de cesser de respirer. Ce qui pourtant m'était impossible. Saleté de vampire. Ils n'avaient pas le droit de pénétrer sur nos terres. Ils devaient respecter notre accord, la frontière. Ou nous pouvions les tuer, sans mème attendre qu'ils ne s'attaquent a un humain. Et quand bien mème ils fussent des gentils. Enfin, la légende de notre réserve parlait d'un clan de vampire, les Bratford, ceux la mème qui étaient a l'origine du traité et de l'institution d'une frontière. Des végétariens comme ils aimaient a s'appeler. J'en avais croisée une en ville, elle était une amie de Casey, ce pourquoi j'avais promis de ne lui faire aucun mal. Bien que j'avais du mal a croire a cette histoire de vampire végétarien ne se nourrissant que d'animaux, et non d'humain. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas elle, ce n'était pas l'odeur de Vesper qui montait jusqu'a moi.

    Et, je me fichais bien de savoir qui cela pouvait bien ètre, ce vampire était bien trop proche de nos terres. Cela n'était pas bon signe. J'échangeais un regard furtif avec Todd, sachant pertinnement qu'il n'allait pas tarder a muter. Nous ne pouvions pas prendre de risques. D'ailleurs, en parlant de risque, cette fois, je prenais la peine de me déshabiller un minimum tout en commencant a courrir vers la route principale nous ralliant a Forks. Ma chemise tomba sur le sol alors que j'avais deja quittés chaussettes et chaussures puis, mon pantalon suivit. Je n'eus pas le temps d'oter le reste. Une odeur bien trop familière avait volé jusqu'à moi. Celle d'une humaine, plus ou moins importante à mes yeux. Alissa, une fille de Forks avec qui je m'étais lié d'amitié mais sur qui j'avais du tirer un trait. Elle ne devait pas savoir. Personne ne devait connaitre notre secret. A part celles de qui nous nous étions imprégnés. Celles avec qui nous allions partager nos vies, plus ou moins éternelles, celles avec qui nous allions procreer. Alissa ne représentait en rien cela pour moi. Alors, pour la protéger, j'avais du la rayer de ma vie. Un des nombreux sacrifices que ma nouvelle vie de protecteur m'imposait.

    Je connaissais son odeur, je savais qu'elle était la, humaine aux cotés d'un vampire inconnu. Et possiblement dangereux. Je bondis, mes pieds nus se séparant du sol, la colère augmentant dans mes tempes, la rage bouillonnant dans mes veines. Alissa restait une amie malgrè le secret qui nous séparait.

    La mutation fut moins douloureuse que la première fois, plus aisé également, plus fluide, telle une simple explosion. Cela ne sembla pas durer bien longtemps. Ce ne furent pas mes pieds qui retrouvèrent contacts avec le sol mais, mes pattes avants. Suivis par les débris de mon boxer. Et oui, le pauvre n'avait, une fois n'est pas coutume, pas survécu a la mutation. Mes pattes arrière retombèrent a leur tour sur le sol alors que je déboulais à une vitesse hallucinante au beau milieu de la route 110. La voiture d'Alissa était la, non loin, a portée de vue.

    Todd, plus rapide, me passa devant et, a mon tour, j'accélérais l'allure, la peur et la colère me donnant encore plus de force que je ne m'en connaissais a la base...

_________________
    Deckynoulunichette, Casey's Hero
    All you can do is try to know who your friends are
    As you head off to war
    Pick a Star on the Dark Horizon
    And Follow the Light...

    (c) Doodily/Regina Spektor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groupe 4 : Telle est notre Destinée.   Mer 4 Fév - 0:28

    Depuis environ une bonne demi heure maintenant, Lucas narrait ses exploit à Todd, pas qu'il s'en fichait non, il l'avait écouté la première fois qu'il avait entendu son histoire, mais à la longue, elle devenait un peu rébarbative. Et oui, il était tellement fière qu'il l'avait raconté un nombre incalculable de fois. Todd appréciait Lucas, dire qu'il était son ami était surement excessif puisqu'ils ne se connaissaient pas tant que ça, mais c'était un garçon agréable à vivre si on oubliait le fait qu'il soit un peu trop expansif. Alors par respect pour lui, il faisait au moins semblant d'écouter son histoire, même s'il n'était pas présent à 100% avec lui. Voilà maintenant quelques temps que sa première transformation avait eut lieu, une journée assez éprouvante, déroutante même, quelque chose avait changé en lui, et il avait su que rien ne serait plus jamais comme avant, il était différent. Il n'avait pourtant rien demandé, il vivait dans l'ombre, n'ayant jamais vraiment aimé se faire remarquer et se mettre en avant, il avait une fiancée qu'il aimait de tout son être, un boulot, pas forcément rapporteur de cash mais cela lui convenait parfaitement d'être ce mécanicien sans histoire et puis il vouait une passion à la mécanique depuis sa tendre enfance. Passion que ses parents voyaient malheureusement comme un échec, ils auraient voulu avoir un enfant intellectuel qui poursuivraient de grande études, mais ce n'était pas arrivé, il avait arrêté ses études à l'age de quinze pour se consacrer à sa passion. Aujourd'hui, c'était le dernier de ses soucis... Il était passé en quelques heures, un homme "normal", à un meneur. Il était fier de pouvoir sauver des vies humaines à l'aide de ce secret, de ses mutations, seulement parfois il se disait que sa vie était tellement plus simple avant, de plus, il n'avait jamais vraiment eut l'âme d'un meneur, il n'était pas non plus un mouton loin de là, il était assez censé pour faire ses propres choix, disons qu'il n'aimait pas tellement donner des ordres, qui était il pour avoir la prétention de savoir que faire et comment et le dire aux autres. Mais là encore, il n'avait pas eut le choix, ça lui était tombé dessus comme ça sans qu'il n'est rien demandé. Son destin l'avait appelé. Et un autre facteur de sa vie avait changé, il s'était épris d'un amour assez irrationnel de Keisha, cette jeune femme qu'il n'avait pourtant jamais remarqué avant était aujourd'hui devenue une évidence pour lui, c'était avec elle qu'il partagerait sa vie, son futur, ça aurait surement été une bonne chose si il n'avait pas déjà une petite amie qu'il était sur le point d'épouser. Déchiré entre l'idée de faire du mal à Leila et sa culpabilité qui le rongeait chaque jour un peu plus, il se trouvait d'une lâcheté sans pareille, incapable de prendre la moindre décision face à ce problème qui prenait plus d'ampleur de jour en jour car il était clair qu'il devait dire adieu une bonne fois pour toutes à cet ancien Todd, seulement ce n'était pas si facile que ça de tirer un trait sur ce qu'il était.

    Enfin bref, il détourna la tête, une sensation étrange, et une odeur lui piquait les narines, pas de doutes possibles, c'était un vampire. Un vampire suicidaire apparemment puisque pour se balader si proche de la Push, il fallait être franchement fou ou peut être puissant, dans tout les cas, Todd ne pris pas la peine de réfléchir, il retira le sac qu'il avait sur le dos, ce sac contenant quelques vêtements en cas d'urgence, comme s'était le cas se soir, jeta un bref regard complice avec le loup qui lui faisait face et il se lança à la poursuite de cette odeur, il n'était pas encore au point dans cette mutation, mais il s'y habituait de jour en jour et la douleur était désormais pratiquement imperceptible. Il se retrouva très vite affublé de griffes à quatre pattes et il arriva devant cette voiture, il perçut alors sans le provoquer une pensée de Lucas, il connaissait cette voiture. Ni une ni deux, plus rapide que Lucas, il se plaça devant l'humaine qu'il ne semblait pas connaitre, ni même de vue, afin de la protéger contre ce vampire qui ne semblait pas lui vouloir du bien et poussa un grognement pour lui faire comprendre qu'il ferait mieux de déguerpir en vitesse s'il tenait à la vie, bien qu'il poursuivait surement ce suceur de sang pour lui faire payer l'affront de tenter de s'attaquer à un humain sans défenses sur ses propres terres.

    [Désolé, c'est plus court que vous, j'ai pas le même niveau...^^]
Revenir en haut Aller en bas
Alissa Brown
Faiblesse && Ignorance

avatar

Féminin
Nombre de messages : 396
Age : 28
Votre pseudo : Ronny
Mood : Strange but Smiling
Philosophy : Everybody's friend is nobody's friend
Your Greatest Fear : Les endroits trop étroits, accessoirement le sang et monter sur un cheval.
My darling Sin : Strawberries, when there are in Forks
Date d'inscription : 11/01/2009

Through your eyes
How old are you?: 18ans
Power: Nop
Relationship:
MessageSujet: Re: Groupe 4 : Telle est notre Destinée.   Mer 4 Fév - 21:44

Si un jour on m'avait dit que je me ferai attaquer par un vampire j'en aurai mis ma main à couper et ensuite je l'aurai mis au feu! Les vampires je n'y croyais d'ailleurs pas du tout et encore moins aux Loups-garous et autres petits lutins de la forêt. Toutes ses histoires étaient pour moi de vieilles légendes inventées dans le but de faire peur aux aventuriers et touristes en voyage en ville - ce qui n'était pas rare quand même! Les randonneurs étaient de bons touristes ainsi que les campeurs et c'est pour les vieilles légendes que tous venaient dormir l'espace d'une nuit en forêt -.
Enfin, les vampires et toute la ribambelle c'était carrément de belles histoires à se raconter dans le lit avant de s'endormir entre copines et rien de plus, c'est pourquoi, aucune de ses deux idées ne me trottaient dans la tête alors que j'étais sur le point de faire la connaissance des deux espèces!

C'est étrange, de loin cette femme à la silhouette très avantageuse ne paraissait pas vraiment terrifiante, à vrai dire, je pensai même qu'elle était de nature ouverte et surtout aidante puisqu'elle avançait avec cette confiance en elle que peu de personnes ont, que je n'ai pas d'ailleurs. Ses pas étaient gracieux, comme ceux d'une ballerine ou même d'une mannequin défilant sur un podium avec des millions d'objectifs braqués sur elle. Elle semblait être grande ou du moins, plus grande que moi - ça ce n'est pas très dur puisque tout le monde est plus grand que moi - et étrangement, elle me faisait peur, je ne la connaissais pas, je ne l'avais jamais rencontré en ville et en ce moment même j'espérais ne jamais la connaître, elle aspirait la peur et la frustration, des sensations que je ne trouvai en aucune autre personne.
Quand elle s'approcha un peu plus de la voiture et par la même occasion de mon corps, je pus enfin découvrir son visage... Mon dieu qu'il était magnifique, elle était tellement belle, sa peau frôlait la perfection, ses traits étaient fins et elle ressemblait à une magnifique poupée de porcelaine, comment ne pas être hypnotisée par une personne comme elle? Me perdant presque dans ses yeux qui eux étaient remplis d'une méchanceté à en faire se retourner un mort dans sa tombe, je sentis mes genoux se cogner l'un contre l'autre quand sa peau aussi glacée que le marbre vint toucher mon cou, mon cœur se mit subitement à battre à une vitesse telle qu'elle pouvait certainement voir ma cage thoracique bouger à la vitesse que battait mon cœur.

Aucun mot ne sortait de ma bouche, j'étais pétrifiée, ma respiration était saccadée et irrégulière, il m'arrivait de la retenir durant l'espace d'une seconde, j'étais déconcertée et complètement perdue, en l'espace d'un instant elle était passée de dix mètres à quelques centimètres et rétrécissait encore la distance intime qui nous séparait, je nus qu'à cligner des yeux pour qu'elle soit devant moi avant de finir par me plaquer dos à la voiture en panne. J'ignorai encore qui elle était ou plutôt ce qu'elle était et ce qu'elle voulait, certainement me faire peur? Dans ce cas, elle avait gagné! Je pensai d'ailleurs l'espace d'un instant qu'il s'agissait d'une caméra cachée qui n'allait pas tarder à venir devant nous et nous éclairer avec le flash de la caméra, là elle se serait reculée et dans un énorme sourire elle m'aurait pris dans ses bras avant de me dire que j'étais l'heureuse gagnante d'un voyage pour le Futuroscope ou quelque chose dans le genre mais, bien vite cette idée fut extirpée de ma tête quand brusquement, alors que je pouvais encore sentir sa peau glacée contre la mienne, elle tourna la tête à droite et dans un geste similaire je fis de même espérant cette fois voir une voiture de police arriver ou une quelconque autre voiture qui viendrait me « sauver » d'une sentence qui m'était encore complètement inconnue. Hélas, à droite tout était noir, aucune lumière, le Soleil se couchait encore nous plongeant dans une quasi-pénombre, la longue route était complètement déserte ce qui l'encouragea à revenir l'espace d'un instant à mon cas. Ne pensant même pas à me dégager quand elle prêta une attention ailleurs, mes jambes étaient figées tout comme le reste de mon corps, j’étais enracinée sur le sol sentant la moindre parcelle de mon corps trembler comme jamais il ne l’avait fait auparavant. J’essayai d’avaler ma salive mais celle-ci était devenue inexistante dans ma bouche, ma gorge s’était nouée en un énorme nœud m’empêchant de pouvoir prononcer le moindre mot ou même le moindre bruit, mes mains placées le long de mon corps tremblaient également et ne bougeaient pas, paumes contre la carrosserie de la voiture je me tenais à elle espérant presque pouvoir ouvrir la portière afin d’y entrer et de finir par m’y enfermer, je ne serai peut-être pas en sécurité mais l’espace d’un instant je pourrai m’y sentir, encore une fois, cet espoir se liquéfia dans ma tête, ma main était trop loin de la poignée pour que je puisse tenter la moindre petite action qui m’autoriserait à vivre quelques secondes de plus.

Cette femme aussi terrifiante qu’elle était belle retourna alors son attention à mon égard, son expression avait en revanche changé, d’un côté amusé et presque heureuse de me faire peur elle semblait à présent pressée d’en finir avoir moi et dans ce cas je lui donnai raison! Si je devais mourir, autant qu’elle le fasse rapidement afin que je ne sente rien comme douleur, c’est donc avec une certaine dose de soulagement que je m’apprêtai à affronter ma mort. Mon regard ne quittait pas le sien, mes yeux plongés dans la couleur des siens m’hypnotisait et m’empêchait de faire le moindre mouvement d’auto défense ou d’instinct de survie, en même temps, la mort ne m’avait jamais fait peur, après tout, un jour ou l’autre tout le monde doit mourir alors non, m’apprêter à mourir à cause d’elle ne m’effrayait absolument pas, c’était surtout la façon dont elle allait le faire et son air menaçant qui s’affichait perpétuellement sur son visage angélique.

Quand enfin je fermai les yeux affrontant le triste sort qui m'attendait venant d'une femme complètement inconnue, je sentis une toute nouvelle présence devant moi. J'ouvris alors mes yeux et remarqua avec une toute nouvelle stupeur une autre silhouette, bien différente de celle de la jeune femme, celle-ci était plus recroqueviller, elle me faisait dos ce qui voulait certainement dire qu'elle essayait d'éloigner l'autre « créature »? Cette nouvelle présence était entourée de poil et ressemblait très étrangement à un loup or, si je ne me trompe, les loups sont sauvages et ont peur des êtres humains, comment est-ce donc possible qu'un loup vienne me « sauver »? Mon regard se tourna vers cette créature - nous allons l'appeler comme ça étant donné qu'il ne pouvait pas s'agir d'un loup sauvage à proprement parler - devant moi qui essayait d'éloigner l'autre créature - il ne s'agissait pas d'une humaine, comment pouvait-on être aussi rapide et avoir des yeux comme les siens, une peau si blanche et si froide et une expression à en refroidir plus d'un? -, j'étais de nouveau pétrifiée au point que cette fois-ci, au lieu de rester telle une roche droite à ne rien faire, je sentis mes jambes s'engourdir tellement elles tremblaient et sans bien même comprendre l'effet qui s'imposa à moi, je me recroquevillai sur moi-même passant mes bras autour de ma tête et la protégeant ainsi de ce qu'il se passait autour. Mon cœur battait tellement vite que je sentais mes tempes battre au rythme des battements. Une incroyable frayeur s'emparait de moi alors que j'entendais tous les bruits de l'extérieur et je voyais tout ce qu'il se passait, la première créature qui me faisait dos était presque « rassurante » mais qu'est ce qui me dit qu'il ne viendrait pas faire de même que l'autre si jamais elle battait en retraite? D'autant plus qu'à présent, en détournant mon attention sur le côté je vis une autre créature, similaire à celle qui me faisait dos j'écarquillai les yeux avant de poser aussi rapidement mes mains sur le sol légèrement humide de la route, cette fois c'est ma tête qui toucha la carrosserie de la voiture ainsi que tout mon dos qui ne put s'empêcher de frissonner de peur comme jamais je n'en avais eu auparavant! La peur s'était emparée de tout mon être, à vrai dire je ne réalisai pas du tout ce qui m'arrivait en ce moment, c'était presque incroyable, inimaginable, j'étais dans un cauchemar, un cauchemar bien réel malheureusement, mes doigts s'enfonçaient lentement dans le goudron cherchant alors la force de m'éloigner de ces choses qui étaient presque entrain de se battre.

Un bruit ou plutôt grognement s'échappa de la bouche du premier être velu, un grognement animal, mais presque trop anormal pour qu'il vienne d'un vrai loup. De nouveau mes yeux remplis de terreur se posèrent sur lui avant de les lever en direction de la personne à forme humaine, dire qu'elle était humaine ne m'étais plus autorisée, un être humain ne pouvait pas ressembler à ça, avoir des yeux aussi menaçants, une silhouette aussi parfaite, un corps d'ange dans lequel se contenait une âme diabolique, voilà ce qu'elle était, diabolique!
Enfin, je tournai une dernière fois la tête en direction du dernier « monstre », celui là était étrange, ses yeux n'étaient pas à proprement parler terrifiant et je ne sais pas, il n'était pas comme l'autre qui me « protégeait » avant de me tuer certainement!

Je décidai finalement de me pousser à l'aide de mes mains, dans un élan de grande maladresse je finis par me faire bouger de quelques centimètres avant de sentir que l'un de mes bras m'abandonnait à son tour, se pliant je me reteins de ne pas me cogner le crâne au sol, mais à présent, au lieu d'être recroqueviller sur moi-même dans l'espoir de me protéger j'étais « allongée » sur le sol, les jambes demi-pliées derrière le « loup », je continuai de fixer cette scène inimaginable qui se déroulait devant mes yeux d'humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Groupe 4 : Telle est notre Destinée.   Dim 8 Fév - 19:56

Tu ne trouves pas chérie que ça sent rudement mauvais ici ? Ah, mince, j'avais oublié que tu n'es qu'une humaine...enfin, si tu veux mon avis, on ne va pas trainer ici !


Depuis quelques secondes, j'avais cessé de respirer : mais ne vous inquietez je vis très bien sans oxygène. Ah ! Mais quelle odeur horrible, insupportable : elle me piquait les narines. C'était une odeur qui donnait envie de vomir ses tripes, le genre d'odeur que personne ne supporte : une odeur de loups ! Mon dieu ! On m'en avait déjà parlé, j'en avais croisé, un ou deux mais jamais aussi près...et qu'est ce qu'ils puaient ! Je devais vite filer d'ici, et avec mon butin pardi ! On m'avait dit qu'il y avait une sorte de frontière, entre le territoire loups et vampires, mais je m'en contrefichais. NOn, mais, ce ne sont que des sales cabots, tout poilu et tout puant. Des sortes de caniches : il ne manque plus qu'une laisse !

Etant de mauvaise humeur, je pense qu'une petite bagarre m'aurait fait le plus grand plaisir, surtout face à des loups ! Vous savez, si j'arrivais à mettre mes crocs dans leur peau, je les tuerais. Mon poison est mortelle pour eux, et cette idée -me traversant l'esprit- une étincelle de plaisir balaya mes yeux. Cependant, je fis volte face, j'avais presque oublié ma soif...Mon regard plongé dans celui de mon futur hamburger, ma gorge s'enflammait, une envie pressante se faisait ressentir. Non, je ne voulais pas faire pipi, j'avais juste envie de prendre cette humaine et de lui sucer son sang. Ah, du sang chaud, humain, d'une pauvre petite sainte ni touche...l'un des meilleurs que je n'ai jamais goûté ! A quelques centimètre de son cou, je sortais mes crocs avec hâte. La pauvre, je la sentais frissonner sous moi, prête à subir son dernier sort : à mourir. A cette idée, je souris. D'un coup, je fus projettée en arrière loin de ma proie...et en plus, il y avait un saleté de caniche entre elle et moi ! Bordel ! Son odeur ! Merde alors, ils ne se lavent jamais ces bêtes ? Ma tête tourna vers la droite et je remarquai un autre loup, mais qui semblait cependant plus jeune, sans tellement d'expérience. Nom de satan ! J'étais face à des pauvres gamins qui cherchaient à jouer à Superdogs. Pitoyable !

My God...Les chiens, ça ne se lavent pas ? Comment vous pouvez vous supporter entre vous, vous puez comme des chacals !


A ce moment là, le loup en face de moi poussa un grognement. Non mais voyez vous ça ! Genre, ce sale chien, tout poilu, et étant tout jeune croit me faire peur avec son petit grognement de chihuahua ? N'importe quoi ! Le rêve Américain...si même les cabots commencent à y croire, les Etats Unis sont mal barrés ! Instinctivement, je sortis les crocs et poussa à mon tour un grognement digne d'un bon et impitoyable vampire. Hahaha, crains moi, chiens. A une vitesse éclaire, je courais vers le loup de la droite, passait derrière lui et l'enserrait de toutes mes forces. Etant encore jeune, j'étais beaucoup plus forte que lui, il ne pourrait pas se libérer. Je souris alors, de mon piège. Pauvres fous, comme si vous me faisiez peur...

Alors caniche, dis -je à l'intention du loup devant l'humaine, tu vas faire quoi maintenant ? C'est dingue ça. Ton copain, ou l'humaine. Ou je mange ta petite protégée, ou je mord ton ami. Quel sacré dilemne darling ! Tic, tac, tic, tac...Dêpeches toi de choisir, je n'ai pas toute la nuit !
Revenir en haut Aller en bas
Lucas Q. Pevensie
Force && Protection

avatar

Masculin
Nombre de messages : 401
Age : 31
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : Ne pas parvenir a la* Protéger
My darling Sin : Casey (a) xD
What are you? : Protecteur
Date d'inscription : 04/01/2009

Through your eyes
How old are you?: 17 ans
Power: Muter, c'est un pouvoir ?
Relationship:
MessageSujet: Re: Groupe 4 : Telle est notre Destinée.   Jeu 19 Fév - 16:19

    Todd venait de passer devant moi, prèt a bonditr sur la vampire pour protéger Alissa. Mais bon sang, que faisait elle la? La vampire allait la mordre, je sentais dej la peine s'iniscer en moi, la tristesse m'emportant alors qu'encore rien ne s'était produit. Mais, la vampire avait ses babines si près de la gorge de mon amie que deja, tout espoir m'abandonnait. C'était sans compter sur Todd qui envoya l'ètre eternel valser plus loin, se postant ensuite devant elle et la jeune humaine, la protégeant de son corps imposant. Je restais a l'écart, hésitant alors que le regard d'Alissa semblait peiner a se stabiliser. Elle avait peur, elle ne comprenait rien, ce qui était somme toute logique.

    Tout en la regardant, je laissais mes pensées m'envahir. Je n'avais rien eut le droit de lui révéler de ma condition de protécteur. Justement pour la protéger, pour la tenir a l'écart des conflits entre loups et vampires et, la voila assise par terre, perdue et désemparée. Ne rien lui dire, l'abandonner, simplement refuser de lui parler, n'avait servit a rien, au contraire. Son regard s'encra bientot dans le miens et, une vague de culpabilité m'envahit. J'aurais voulu pouvoir reprendre ma forme humaine, l'attrapper par la main et la conduire en sécurité, lui parler, la réconforter, la rassurer... Mais je ne le pouvais pas. Todd ne saurait jamais se débrouiller seul face a cette vampire. Pas qu'il n'en avait pas les capacités. Seulement qu'elle semblait éxpérimentée, elle semblait savoir qui nous étions, ce que nous étions et, ne pas du tout ètre impressionnée, ni surprise de notre présence en ces lieux. Elle rugit, Todd et moi l'imitames.

    Elle semblait si hautaine et prétentieuse, sure d'elle et maline. Elle avait un plan, elle n'allait pas fuir, elle n'allait pas nous laisser lui oter son repas aussi facilement. Nous n'avions pas vraiment le choix, il nous faudrait la détruire, la tailler en pièce, détruire ses membres, la déchiqueter... Cette idée ne me réjouissait pas tant que cela mais, je savais mieux que quiconque, pour l'avoir vu de mes propres yeux, qu'un vampires se recompasait si nous lui en laissions l'occasion. Nous pouvions lui arracher les bras que ceux ci reviendraient s'adjoindre a son corps. En esprit, je me repassais la scène de la tète de ce vampire dont la tète s'était recollée dans les rues de Port Angeles...

    Mais, mes souvenirs furent bientot interrompus, la vampire me sauta dessus, m'encerclant de ses bras. Bon sang, ma fracture au bras droit s'était a peine retractée, je couinais de douleur, privé de mes membres, mes os se brisant a nouveau. La vampire s'adressa alors a Todd, le forcant a faire un choix. Alissa ou moi. Je me débattais, tentant d'éjecter la vampire de mon dos. Mais, il n'y avait rien a faire. Todd nous regardait, toujours aussi hésitant. Alissa quant a elle, était tombée a mème le sol, comme si toutes ses forces l'avaient abandonnées. La vampire semblait s'amusait comme une petite folle. J'avais peur pour Alissa, peur de mourir et de ne plus jamais revoir Casey. Peur que Todd fasse le mauvais choix. J'encrais mon regard triste dans le siens et pensait.


    * On a pas trente six solutions, bondis sur nous et arraches lui la tète ou je ne sais
    quoi au vol
    *

_________________
    Deckynoulunichette, Casey's Hero
    All you can do is try to know who your friends are
    As you head off to war
    Pick a Star on the Dark Horizon
    And Follow the Light...

    (c) Doodily/Regina Spektor
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Groupe 4 : Telle est notre Destinée.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Groupe 4 : Telle est notre Destinée.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] En chemin vers notre destinée [Routes 1,3 et 4]
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» MJ Dédale[Groupe Matt]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prelude To Damnation :: La Push :: HighWay 110 :: { Frontière }-
Sauter vers: