AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Fonctionnement de la Pub

Aller en bas 
AuteurMessage
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 30
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Fonctionnement de la Pub   Mer 14 Jan - 19:18

    Il semble qu'il y ait eu un léger malentendu avec la pub, c'est pourquoi nous avons décidés de mettre en place quelques règles qui, nous le pensions, étaient pourtant logiques.

    Nous ne voyons aucune objection a ce qu'un membre de Prelude fasse de la pub pour son propre forum dans la mesure ou, il a au préalable écrits un certains nombres de messages en RP. Nous ne sommes pas derrière votre dos a compter qui écrit combien de message, cette pourquoi cette notion est tout a fait subjectif, cette règle ayant pour seul objectif que les membres ne s'inscrivent pas dans le seul but de faire de la pub pour leur propre forum.

    En revanche, là où nous allons avoir une objection, c'est dans l'hypothèse ou des membres voudraient faire de la pub pour des forums où ils sont de simples membres. Encore une fois, Prelude n'est pas un forum de pub, c'est pourquoi nous vous demanderons la réciproque. Il nous semble équitable que, si nous affichons une pub pour un forum, il en soit fait de mème sur le forum en question. C'est pourquoi nous vous proposons un modèle de pub a poster sur les forums pour lesquels vous faites de la pub.

    Merci d'avance.




Prelude to Damnation

Citation :
Fermez les yeux, et ouvrez votre esprit. Repoussez les limites connues sur la réalité, et imaginez un seul instant, rien qu’une seule seconde, que la vie telle que vous la connaissez, ne soit qu’une douce illusion. Que cette Utopie n’est qu’un seul dessein : vous permettre de dormir paisiblement la nuit, sans vous préoccuper des dangers qui vous guettent dans la pénombre. Car parlons en justement, de ce qui se cache dans l’ombre, de ces créatures tenant plus du mythe que de la réalité. Toutes ces légendes, créés par nos ancêtres, nous enseignent la notion du bien et du mal, avec des définitions si claires, de manière si ostentatoires, que cela paraît si simple de choisir un camp. Mais encore une fois, s’il fallait ouvrir votre esprit, en serez vous capable ? Si ces limites devaient être chamboulées, pour vous faire découvrir qu’il y a autre chose que le bien et le mal, serez-vous en mesure de l’accepter ?

Je suis né au début du XIII ème siècle, dans un quartier de Londres. Mon nom n’a que peu d’importance en cette heure-ci, mais j’étais un jeune homme de bonne famille comme l’on dit, celui dont les pères rêvaient d’avoir pour gendre, et dont les mères ne pouvaient qu’espérer la même chose pour leur propre enfant. Pourtant, tout cela ne me suffisait pas, et c’est dans un élan de curiosité stupide que je me suis lancée dans la chasse aux sorcières. Le bien, le mal, tout cela était tellement clair dans ma tête, que je n’avais pas réalisé à quel point j’avais tord. Et ce qui a conduit à ma fin, comme l’immortalité m’était offerte. L’avais-je méritée ? Je ne connaîtrais jamais la réponse, mais j’étais sûre d’une seule chose : le prix a payé est si élevé, que certains meurent plutôt que de l’affronter. Vampire… Un mot qui m’était connu que grâce aux légendes, un mot que je n’avais jamais osé penser qu’il était réel. Et pourtant, lorsque j’ouvris les yeux après trois jours d’agonie pure, tout mon être avait changé, m’entraînant ainsi sur une nouvelle destinée. Je n’ai jamais fuis ce que j’étais, pas même lorsqu’il s’agissait de tuer des humains pour me nourrir. Qu’aurais-je pu faire pour y résister, de toutes façons ? La douleur dans ma gorge était si forte lorsque j’avais soif, que j’avais l’impression que l’on me plantait un étau chauffé à blanc dans la gorge quand je sentais l’odeur des ces créatures misérables. Car ils n’étaient devenu rien d’autre pour moi, j’étais invulnérable, et j’avais l’éternité devant moi. J’étais le meilleur des prédateurs, alors qui pouvait bien m’arrêter ? Même ceux de ma race ne s’étaient jamais interposés.

J’avais traversé les siècles en semant mort et désolation derrière moi, forgeant ma propre morale au fil du temps, et devenant un guerrier aguerri. Si je n’étais pas le meilleur, je n’en étais pas loin, et rien ne pouvait m’arrêter dans ma quête de perfection. Jusqu’à aujourd’hui. J’avais mené tellement de combat, que je savais reconnaître lorsque l’un des adversaires allait flanché. Et c’était mon cas, par ce sombre jour d’Octobre. Encore une fois, la curiosité m’avait poussé dans des limites inconnues, qui me paraissaient maintenant si superflues, alors que je regardais ce clan dressé devant moi. Je n’avais jamais rien vu de tel, ou tout au moins, pas comme ça. Ils avaient refusés ce qu’ils étaient devenus, reniant leur espèce, et l’humaine qui était constament avec eux
en étant la preuve. Si le cœur du vampire me faisant face pouvait battre, alors j’aurais su qu’il battait pour elle. Quelle étrange perceptive toutefois, en sachant que le sang qui coulait dans les veines de l’être faible était si savoureux. Je l’avais sentis dès mon premier jour de traque, et ma bouge avait salivé rien qu’à l’idée de planter mes dents dans sa peau. Rare étaient ceux dont le sang chantait si fort. Mais j’allais perdre mon premier combat, et je me demandai futilement ce qui m’attendait, une fois que je serai détruit.

Comme un grognement sourd monta dans la poitrine de mon adversaire, je ne pu retenir un rictus amusé sur mes lèvres, comme je songeais à ce qui les attendait. S’ils pensaient que j’étais le seul, ils allaient devoir réviser leur jugement. S’ils pensaient être en sécurité, alors leur chimère allait voler en éclat. Mon clan était déjà en marche, et je savais qui vengerait ma mort sans aucun doute. J’imaginais déjà la douleur que le vampire ressentirait lorsque l’être cher serait tué sous ses yeux. Tous ces traqueurs, avec qui j’avais tissé des liens basés sur la peur et le respect, seraient là dans peu de temps, et détruiraient ce clan de végétariens en poussière. Ils étaient une honte à notre espèce, et en reniant leur statut de prédateur, ils déclencheraient un combat des plus sanglants. C’est avec cette dernière pensée acceptable, que je me jetai sur mon adversaire, dans des grognements déchirants. Oh que oui, la guerre était en marche, et rien ne pourrait l’arrêter.




Code:
[center][url=http://prelude-to-damnation.forumactif.org/forum.htm][img]http://i33.tinypic.com/2en1bvm.png[/img][/url]

[url=http://prelude-to-damnation.forumactif.org/forum.htm]Prelude to Damnation[/url]

[quote][justify][i]Fermez les yeux, et ouvrez votre esprit. Repoussez les limites connues sur la réalité, et imaginez un seul instant, rien qu’une seule seconde, que la vie telle que vous la connaissez, ne soit qu’une douce illusion. Que cette Utopie n’est qu’un seul dessein : vous permettre de dormir paisiblement la nuit, sans vous préoccuper des dangers qui vous guettent dans la pénombre. Car parlons en justement, de ce qui se cache dans l’ombre, de ces créatures tenant plus du mythe que de la réalité. Toutes ces légendes, créés par nos ancêtres, nous enseignent la notion du bien et du mal, avec des définitions si claires, de manière si ostentatoires, que cela paraît si simple de choisir un camp. Mais encore une fois, s’il fallait ouvrir votre esprit, en serez vous capable ? Si ces limites devaient être chamboulées, pour vous faire découvrir qu’il y a autre chose que le bien et le mal, serez-vous en mesure de l’accepter ?

Je suis né au début du XIII ème siècle, dans un quartier de Londres. Mon nom n’a que peu d’importance en cette heure-ci, mais j’étais un jeune homme de bonne famille comme l’on dit, celui dont les pères rêvaient d’avoir pour gendre, et dont les mères ne pouvaient qu’espérer la même chose pour leur propre enfant. Pourtant, tout cela ne me suffisait pas, et c’est dans un élan de curiosité stupide que je me suis lancée dans la chasse aux sorcières. Le bien, le mal, tout cela était tellement clair dans ma tête, que je n’avais pas réalisé à quel point j’avais tord. Et ce qui a conduit à ma fin, comme l’immortalité m’était offerte. L’avais-je méritée ? Je ne connaîtrais jamais la réponse, mais j’étais sûre d’une seule chose : le prix a payé est si élevé, que certains meurent plutôt que de l’affronter. Vampire… Un mot qui m’était connu que grâce aux légendes, un mot que je n’avais jamais osé penser qu’il était réel. Et pourtant, lorsque j’ouvris les yeux après trois jours d’agonie pure, tout mon être avait changé, m’entraînant ainsi sur une nouvelle destinée. Je n’ai jamais fuis ce que j’étais, pas même lorsqu’il s’agissait de tuer des humains pour me nourrir. Qu’aurais-je pu faire pour y résister, de toutes façons ? La douleur dans ma gorge était si forte lorsque j’avais soif, que j’avais l’impression que l’on me plantait un étau chauffé à blanc dans la gorge quand je sentais l’odeur des ces créatures misérables. Car ils n’étaient devenu rien d’autre pour moi, j’étais invulnérable, et j’avais l’éternité devant moi. J’étais le meilleur des prédateurs, alors qui pouvait bien m’arrêter ? Même ceux de ma race ne s’étaient jamais interposés.

J’avais traversé les siècles en semant mort et désolation derrière moi, forgeant ma propre morale au fil du temps, et devenant un guerrier aguerri. Si je n’étais pas le meilleur, je n’en étais pas loin, et rien ne pouvait m’arrêter dans ma quête de perfection. Jusqu’à aujourd’hui. J’avais mené tellement de combat, que je savais reconnaître lorsque l’un des adversaires allait flanché. Et c’était mon cas, par ce sombre jour d’Octobre. Encore une fois, la curiosité m’avait poussé dans des limites inconnues, qui me paraissaient maintenant si superflues, alors que je regardais ce clan dressé devant moi. Je n’avais jamais rien vu de tel, ou tout au moins, pas comme ça. Ils avaient refusés ce qu’ils étaient devenus, reniant leur espèce, et l’humaine qui était constament avec eux
en étant la preuve. Si le cœur du vampire me faisant face pouvait battre, alors j’aurais su qu’il battait pour elle. Quelle étrange perceptive toutefois, en sachant que le sang qui coulait dans les veines de l’être faible était si savoureux. Je l’avais sentis dès mon premier jour de traque, et ma bouge avait salivé rien qu’à l’idée de planter mes dents dans sa peau. Rare étaient ceux dont le sang chantait si fort. Mais j’allais perdre mon premier combat, et je me demandai futilement ce qui m’attendait, une fois que je serai détruit.

Comme un grognement sourd monta dans la poitrine de mon adversaire, je ne pu retenir un rictus amusé sur mes lèvres, comme je songeais à ce qui les attendait. S’ils pensaient que j’étais le seul, ils allaient devoir réviser leur jugement. S’ils pensaient être en sécurité, alors leur chimère allait voler en éclat. Mon clan était déjà en marche, et je savais qui vengerait ma mort sans aucun doute. J’imaginais déjà la douleur que le vampire ressentirait lorsque l’être cher serait tué sous ses yeux. Tous ces traqueurs, avec qui j’avais tissé des liens basés sur la peur et le respect, seraient là dans peu de temps, et détruiraient ce clan de végétariens en poussière. Ils étaient une honte à notre espèce, et en reniant leur statut de prédateur, ils déclencheraient un combat des plus sanglants. C’est avec cette dernière pensée acceptable, que je me jetai sur mon adversaire, dans des grognements déchirants. Oh que oui, la guerre était en marche, et rien ne pourrait l’arrêter.[/i][/justify][/quote]

[url=http://prelude-to-damnation.forumactif.org/forum.htm][img]http://i33.tinypic.com/2en1bvm.png[/img][/url][/center]

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Fonctionnement de la Pub
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prelude To Damnation :: Hors Jeu :: Our Friends-
Sauter vers: