AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky

Aller en bas 
AuteurMessage
Karista H. Masbeth
Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 708
Age : 25
Votre pseudo : Jassoue
Mood : Heureuse? Disons en apparence
Philosophy : Tu veux6 Arrange toi pour pouvoir alors
Your Greatest Fear : S'attacher
My darling Sin : Mes souvenirs
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 30/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 124 ans
Power: Savoir quand les gens mentent
Relationship:
MessageSujet: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Mar 9 Déc - 3:46

    Chasser, Karista ne pensait qu’à ça, il fallait qu,elle trouve un succulent animal. Elle avait les yeux bleu foncé, presque noir, jamais il n’atteignait le noir, la pigmentation de son iris était trop forte. Ses yeux, bleu si foncé, n’était pas bon signe, surtout si vous étiez humain, valait mieux ne pas passer sur son chemin. Elle réussissait à ne pas succomber pour la plupart du temps, mais vous savez une erreur pour être si vite arrivé. Elle était donc resté chez elle cette journée au lieu d’allé à l’école, pourquoi ne pas passer la journée chasser? Parce qu’il faisait beau pour une fois à Forks et elle ne devait pas sortir parce que peut-être, par hasard elle tomberait sur un humain et ça serait la cata. Vous imaginez vous, un humaine voir un vampire au soleil? Dont la peau brille comme des diamants? Valait mieux attendre la nuit, ce qu’elle fit et elle trouva le temps long, très long. Elle avait mal, mal à la gorge, elle brûlait.

    Elle sortie au coucher du soleil, aux alentour de vingt heure. Elle coura pour s’éloigner du bord de la forêt, elle courrait pour trouver un animal, jamais elle n’en vit ou en croisa. Elle finit par aboutir plutôt rapidement dans une belle clairière. Elle regarda autour d’elle, entre les arbres elle apercevait le ciel parsemé de belles petites étoiles qui brillait, on dirait, que pour elle. Elle aimait ce calme inouï, entendre que les grillon, insecte et oiseaux. Ça la calmait et vu comment elle avait dut passer pour se rendre ici, personne n’allait la trouver, du moins pas un humain. Elle aurait voulu observer plus longtemps ce spectacle qui s’offrait à elle, mais sa gorge lui rappela pourquoi elle était venue ici. Manger… elle se plaça près d’un buisson et attendit. Un cerf décida enfin de se pointer après vingt minutes d’attente de la part de la belle. Il ne fit pas long feu, elle l’attrapa en moins de trente secondes. Elle senti enfin le sang couler dans sa gorge ce qui apaisa le feu qui y était, mais un cerf n’était pas suffisant. Elle avait besoin de plus, c’est pourquoi, elle attendit encore, mais cette fois, elle n’avait pas envie d’attendre, ses yeux étaient quand même devenus plus clairs, mais encore.

    Elle allait tout juste décider de changer de point quand elle entendit un bruit, un autre animal? Pigé, une autre cerf, juste pour elle. Elle le mangea aussi et ses yeux retrouvèrent leur couleur bleu très clair et magnifique, une couleur qu’elle ne gardait généralement qu’une journée. Après il devenait d’un bleu clair, mais moins surnaturel, pas aussi brillant, scintillant et pur. Sachez que Karista était du genre à manger plus que proprement, au début non… avec l’expérience, chaque goûte rentrais dans sa gorge et la soulageait. Pas une sur le menton, ni sur ses vêtements. D’ailleurs se soir, pour vous, elle ne serait pas bien habiller pour la chasse, disons bien chausser, mais elle aimait faire dans le différent. Elle ne savait pas pourquoi, elle avait eu cette envie de mettre ses souliers noir à talon. De toute façon, elle avait un bon sens de l’équilibre. Elle portait des jeans un peu délavé, un chandail à manche court, un peu décolleter et une veste par-dessus, parce qu’il ne faisait pas très chaud. Après ce petit repas, vite fait, bien fait, elle retourna sous le trou d’arbre et s’étendit dans les hautes herbes, invisible pour l’œil humain. Elle regardait les .toiles, il y avait longtemps qu’elle n’avait pas fait ça. La dernière fois qu’elle les avait vu aussi brillantes, c’était le soir de son meurtre, de la mort de son âme en tout cas. Quand elle était sortie du sous-sol pour aller essayer de se tuer. C’était la nuit noir, les étoiles ne brillait que pour elle, seule marchant dans la nuit à la recherche de son bourreaux, qu’elle ne trouva jamais. Elle était heureuse de se dire que finalement, ce ne serait pas la dernière fois qu’elle verrait un tel spectacle, parce qu’aujourd’hui on lui en offrait tout un. Ça lui faisait un bien fou, elle pourrait rester ici des heures et des heures, ce qu’elle comptait faire. Rester dans se calme… imperturbable?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 30
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Mar 9 Déc - 23:12

    Pour vivre, il faut se nourrir. Pour cela, certains vont au centre commercial, ils achètent des provisions puis, rentrent chez eux et cuisine. Du beurre dans la poèle, du sel sur le steak de beuf, de l'eau dans une casserolle... Que de banalités de la vie humaine dont je n'ai plus a me soucier. D'ailleurs, je n'ai jamais vraiment eu à m'en soucier, je suis mort beaucoup trop jeune pour cela. Et certainement pas à une époque ou les hommes cuisinait. Loin de la d'ailleurs.

    Mon centre commercial, c'est le monde alentour, les animaux savages, leur sang m'abreuvant assez pour que je n'ai plus a tuer de simples mortel pour me repaitre de leur sang si agréable et, bien plus vivifiant. Mais, vivant non loin de la rivière Calawah, je préférais m'en éloigner pour aller chasser. Et, aujourd'hui étant un jour plus qu'empli de soleil, avec mon frère ainé, Dustin, nous étions partis chasser dans les montagnes. Enfin, selon la version officielle, nous étions partis camper. Ma famille était connue pour cela, ses nombreuses cession camping dans les montagnes. Mais, étant établis ici, nous ne pouvions pas nous permettre de chasser alentours. Nous risquerions de tuer bien trop d'animaux et surtout, de semer des cadavres qui laisserait planer un doute sur des morts mystérieuses de bètes sauvages dans la région. Et la, nous ne serions alors plus en mesure de préserver notre anonymat. Il y avait deja bien assez de ragots sur ma famille en ville, nous ne pouvions pas nous permettre de laisser de nouveaux ragots peser sur nos tètes... C'est pourquoi, nous ne nous sustentions du sang des animaix de la clairière que très rarement. C'est a dire quand les conditions ne nous permettaient pas de partir bien loin ou que, la faim était bien trop tenance pour que nous ne puissions tenir plus longtemps au milieux d'humains sans avoir envie de les tuer.

    Mais, en revenant de ma fameuse journée de camping, l'envie me prit d'aller me changer les idées. Le visage d'Enea refusait de me sortir de l'esprit et, je m'étais promis de ne plus penser a elle, de tenter de l'oublier, pour ne pas la mettre en danger. Je savais, que malgrè toute ma bonne volonté, je ne serais jamais assez fort pour m'y tenir mais, je devais bien essayer. Je lui avais fait prendre un tel risque la veille que l'idée mème de la placer face a un nouveau danger me répucgnait de moi mème. Mais qu'est ce que je pouvais bien avoir dans la tète pour avoir ne serait qu'involontairement risquer sa vie. Cette idée me rendait fou et, je ne me voyais absolument pas rester enfermé entre quatre murs avec trois couples amoureux. Sortir. Telle était ma seule échappatoire et, je m'y risquais. La nuit était deja tombée, dégagée et couverte d'étoiles. Je courrais entre les arbres, frolant a peine les feuilles, la vitesse calmant mes nerfs en ébullition et bientot, guidé par une odeur familière, je déboulais dans la clairière...

    Ce coeur ne battait pas et, le temps d'une seconde, j'hésitais a repartir par la ou je venais afin de ne pas la déranger. Karista était une jeune femme douce et fragile qui refusait également sa condition de vampire. Une de plus. Nous étions pourtant si peu nombreux a avoir fait ce choix de vie, le sang animal plutot que les tueries d'humains et, malgrè moi, j'étais heureux d'avoir trouvée la jeune femme. Nous avions échangées que de brèves paroles au lycée, de simples banalités mais, ètre auprès d'elle m'avait apaisé. Elle était ma semblable sans ètre un membre de mon clan. Et, bien que je savais pertinement qu'elle refusait l'idée mème de parler de sa condition d'ètre mythique, ce que je respectais tout a fait, ne voulant pas la brusquer, je ressentais le besoin d'aller vers elle en cet instant précis. Avancant sans le moindre bruit, sachant pertinemment qu'elle avait deja du déceler ma précense, je vins m'assoeir auprès d'elle dans les herbes hautes. Le silence alentour couvrait notre présence et, je ne posais mème pas le regard sur la jeune vampire, me contentant de rester la, assis et pensif...

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karista H. Masbeth
Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 708
Age : 25
Votre pseudo : Jassoue
Mood : Heureuse? Disons en apparence
Philosophy : Tu veux6 Arrange toi pour pouvoir alors
Your Greatest Fear : S'attacher
My darling Sin : Mes souvenirs
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 30/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 124 ans
Power: Savoir quand les gens mentent
Relationship:
MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Mer 10 Déc - 20:56

    Karista était née a peu près à la même époque que Declan et donc, elle, comme une jeune fille ce le devait à l’époque, elle avait appris à cuisiner et elle le faisait très bien. Aujourd’hui, ça ne lui servait à rien, et à l’époque, bien qu’elle fut douée, elle détestait, pourtant aujourd’hui, elle donnerait tout pour pouvoir cuisiner quelque chose pour elle. Normalement, la belle allait chasser dans le haut des montagnes ou le creux de la forêt, elle n’était jamais venue à la clairière, c’était nouveau pour elle de voir quelque chose de si beau.

    L’amour… quelque chose qu’humaine, Karista avait connue. Vampire jamais, elle aurait pu pourtant, ce n’est pas les prétendant qui manquait, humain et vampire, mais elle s’y refusait. Elle le savait, mais le cachait, elle se forçait à ne pas aimer, comme si c’était quelque chose d’interdit, elle avait perdue son âme et donc comment pourrait-elle aimer? Elle ne voulait plus s’attacher au gens pour ne pas souffrir, parce que pour elle, tout le monde part un jour et elle n’aime pas les départs, ni les adieu. Il y a quinze ans, elle avait dû dire adieu à son meilleur ami. Elle s’y était attachée et partir l’avait déchiré. Elle avait pensée à y retourner à retrouver ce jeune homme, qu’au fond d’elle-même, elle aimait. Elle y avait pensé longtemps pour un humain, dix ans, elle ce rendit compte qu’elle avait passé son tour, manqué sa chance et elle était retourné dans sa demeure de la forêt. Cette année, elle avait décidé de changer, d’essayer d’être quelqu’un, elle voulait tenir au moins trois mois, trois simples petits mois qu’elle voyait grand, mais pourtant de plus en plus petits ses temps-ci. Elle avait trouver d’autre vampire et des comme elle. Dont un, à qui elle voudrait bien s’attacher, mais cela lui fait encore bien trop peur. Ce un là, restait souvent dans sa tête… Noah. C’était bizarre, pour elle, tout ça était nouveau. Karista voulait se faire des amis et même si elle voyait qu’elle pourrait tenir, plus longtemps que trois mois, elle avait peur, elle avait peur que les gens à qui elle s’attacherait partent.

    Regarder les étoiles, était pour elle un moyen de se souvenir de sa vie d’humaine, elle se sentait humaine. Elle voyait tous ses petits points briller dans le ciel, se disant qu’avec un peu de chance sa sœur et son frère la regardaient et savait qu’elle n’était pas morte. Pourtant, en même temps, elle ne voulait pas qu’ils la voient ainsi, une vampire. Elle ne voulait pas qu’ils voient ce qu’elle était devenue, une jeune fille ayant perdue son goût de vivre et sa joie naturelle. Elle ne voulait pas qu’ils le sachent. Ces étoiles, qu’elle n’avait pas vu briller autant depuis sa transformation, depuis le lugubre soir du bal. Trois jours après, c’est ce qu’elle avait vu, les étoiles briller. Elle c’est toujours demander, par la suite, quand elle à survécu, comment sa sœur et son frère prendrait la nouvelle. Car oui, elle se souvenait d’eux, de sa sœur surtout, sûrement parce que c’était sa jumelle. Son frère, un peu moins, mais elle s,en souvenait.

    C’était ce à quoi elle pensait quand Declan vint s’asseoir à ses côtés. Declan, un autre vampire, elle le savait, pourtant ils n’en avaient jamais parlé directement. Il était végétarien lui aussi, elle l’aimait bien, mais ne voulait pas s’attacher a lui non plus, comme tout le monde. Elle tourna la tête vers le vampire silencieux et reporta ensuite son regard vers les étoiles.
    « Je n’avais jamais vu tel spectacle depuis mes seize ans » Elle n’osait pas dire depuis 118 ce ne serait que dire et affirmer sa condition de vampire. Elle parlait toujours en âge vampire, ses seize ans… elle n’avait pas aimé les avoir avec une autre personne. C’est bien amusant d’avoir une jumelle, mais on ne fait qu’une fête pour deux c’est toujours, Mia & Karista ou Karista & Mia et non pas Karista ou Mia. Les deux, tout le temps les deux ensembles, elles s’aimaient, mais toute deux détestaient le fait d’être Mia & Karista.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 30
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Sam 20 Déc - 22:37

    Il est souvent génant de connaitre mieux les gens que eux, peuvent nous connaitre. Ecouter les pensées de quelqu'un, c'est entrer dans son intimité sans son autorisation, c'est découvrir ce que seule cette personne est censé savoir. C'est connaitre ses secrets, ses envies, ses angoisses, ses souvenirs... Parfois, je me surprenais a culpabiliser d'avoir ce don, ce pouvoir, ou peut importe comment je l'appelais, le fait est que oui, je culpabilisais de pouvoir entrer dans l'inconscient des gens.

    En cet instant, j'étais assis, silencieux, dans les herbes hautes, mes bras encadrant mes jambes et, malgrè moi, je ne pouvais pas empécher les pensées de Karista de s'insinuer dans mon esprit. Elle n'avait aucune pensée joyeuse, comme la plupart d'entre nous, elle était nostalgique. Nostalgique de sa vie d'avant, de cette vie qu'on lui avait arrachée. Alors qu'elle était bien trop jeune. Magrè moi, j'assistais a ses souvenirs, je me souvenais d'elle avec sa soeur, d'un triste soir ou elle avait changé pour toujours, ou elle avait été contrainte d'abandonner sa famille. Sa famille, ceux la mème vers qui s'envolaient en cet instant.

    Je tachais, du mieux que je pouvais, de ne pas espionner ce moment d'intimité entre elle et tout ce qui lui restait d'eux, ses souvenirs, tachant de penser aux miens mais, je n'en avais que peu, cela remontait a bien trop d'années en arrière. Et, je n'avais, ni frère, ni soeur a qui penser. Personne n'avait eu a pleurer ma mort, personne n'avait eu a se demander ou j'avais bien pu passer. Et, le peu de personne ne connaissant pensaient surement que j'étais mort de la mème maladie que celle qui avait emporter mes parents. A bien y réfléchir, sans Alister, c'est surement ce qui se serait passé. Je chassais cette pensée de mon esprit. L'image de ma mère, si fragile et, ne tenant plus debout que pour me veiller. C'était bien trop pénible.

    Karista me rappela alors a la réalité, m'annoncant qu'elle n'avait pas vu si beau spectacle depuis l'année de ses seize ans. A la voir en cet instant, on pourrait se dire que ladite année de ses seize ans ne devait pas remonter a bien longtemps. Et pourtant, il était aisé pour moi de savoir qu'elle avait bien plus que seize ans. Beaucoup plus. Je tournais lentement la tète vers elle, songeur.


    " - Je ne suis mème pas capable de me rappeler de l'année de mes seize ans! "

    Cette phrase était sortie de ma bouche avec énormément de naturel. Une personne normal n'aurait surement pas compris étant donné qu'officiellement je n'avais que dix huit ans et, que je n'avais aucune maladie de mémoire, loin de la. Mais, le temps passe. L'éternité dure et les souvenirs sont soudainement trop nombreux pour habiter nos mémoires qui choisissent de se rappeler de certains moments plutot que d'autres. Et, je savais que pour cela, Karista me comprendrait.

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karista H. Masbeth
Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 708
Age : 25
Votre pseudo : Jassoue
Mood : Heureuse? Disons en apparence
Philosophy : Tu veux6 Arrange toi pour pouvoir alors
Your Greatest Fear : S'attacher
My darling Sin : Mes souvenirs
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 30/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 124 ans
Power: Savoir quand les gens mentent
Relationship:
MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Dim 21 Déc - 22:30

    Karista ne se doutait pas le moins du monde que Declan pouvait et lisait dans ses pensées et c’était très bien pour lui. Les deux vampires ne parlaient jamais directement de leur situation, alors jamais ils n’avaient parlé de leur pouvoir, pour Kari, c’était mieux ainsi. Elle n’aimait pas trop dévoiler qu’elle savait toujours la vérité. Ce n’est pas non plus le pouvoir le plus intéressant, toujours savoir la vérité? Même celle que vous ne voulez pas savoir, même celle qui ferait mieux ne pas connaître. Cette vérité qui fait mal, Karista l’endurait toujours, elle était obligée de la connaître. Parfois, c’était pratique et d’autre fois, elle préférait le mensonge à dure cruauté de la vérité.

    Pourtant, si Declan lui avait qu’il pouvait entendre ce à quoi elle pensait, elle se serait contrôlée à se moment présent. Lui épargnant les souvenirs heureux comme malheureux que la demoiselle avait réussi à conserver de sa sœur et de son frère et de Maxime, sans oublier la soirée où tout avait changer. Non, elle aurait cesser de penser à ceux qu’elle c’était forcer de se rappeler. Elle pouvait plus ou moins accepter être vampire, mais pas d’oublier ceux qu’elle se souvenait avoir aimer. Changer en vampire, quand elle marchait dans la rue sombre durant sa première nuit d’insomnie, elle s’était obliger à se souvenir ce qu’elle avait perdue. Pour se faire encore plus souffrir et aussi parce qu’elle ne voulait pas laisser se vampire gagner. Non, il n’en était pas question, elle devait se souvenir de ces êtres chers, qui pour certains, elle avait trahi, d’après elle. Elle s’était répétée des moments de sa vie, se demandant aujourd’hui si tout ça était bel et bien arrivé. Elle s’était répéter des choses que Maxime, Mia et Mike ( ahha que M) lui avait dites. Declan semblait regretter que personne n’ait pleurer sa mort, Karista ça la tuait de se dire qu’en fait, on avait voulu l’assassiner parce qu’elle était aimé, parce qu’elle plus que tout autre, manquerait au gens. Elle savait que c’était pour cette raison, aujourd’hui, personne ne voudrait la tuer pour ça, parce qu’elle manquerait à personne. Elle était devenue froide, distante et différente.

    La blondinette chassa ses pensées l’instant d’écouter Declan. Elle eue un mince sourire, elle, elle s’en souvenait. Elle avait choisi de s’en souvenir, ses seize ans étant la plus belle et la plus affreuse année de son existence. Elle avait choisi de se souvenir des beaux moments et du plus horrible, pour balancer un peu.
    « Demande moi l’année de mes quinze ans et c’est le flou total. Mes seize ans, je me suis forcée à m’en souvenir. » A un point tel, qu’elle n’avait plus la certitude de si c’était vrai ou qu’un rêve, ou plutôt un cauchemar. Elle retourna son regard sur les étoiles. Elles brillaient, toutes pour elle, elle se plaisait à y croire du moins, qu’une de ses étoiles était là pour elle, la guider, pour la faire aimer et la faire rayonner, elle espérais. L’espoir, quelque chose qui n’avait pas fait partie d’elle depuis des lustres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 30
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Dim 4 Jan - 2:02

    Laisser les pensées de Karista flotter jusqu’à moi était comme voler certains moments de son intimité. Je m’en voulais pour cela et pourtant, je ne m’efforçais pas de bloquer l’afflux de pensées que capter mon esprit. Je captais des noms, des bribes de souvenirs, rien de très net. Elle pensait aux raisons de sa mort, aux gens qu’elle aimait, aux gens qu’elle ne voulait pas oublier. L’espace d’un instant, je tentais de l’imaginer avant qu’elle ne meure, ou plutôt avant qu’elle ne renaisse pour devenir l’un des nôtres. Je ne la voyais que comme une jeune femme douce et fragile. Une jeune femme aimée et aimante. En tout cas, c’était ce que ces souvenirs reflétaient le plus. L’amour. L’amour d’une famille. L’amour faisait partie de sa vie, aujourd’hui, elle ne vivait plus que de tourments et de solitude. Elle me sembla avoir un certains nombres de points commun avec moi. Le tourment et la solitude hantaient ma vie. Et pourtant, j’étais moins seul qu’elle. J’avais une famille. Une famille qui m’aimait et que j’aimais. Non pas une famille biologique mais, une famille bien au delà de tout cela.

    Les souvenirs de ma vie d’avant me semblaient tellement flous. Comme si je les regardais a travers un voile épais, comme si je me souvenais d’un lointain rêve. Je n’avais jamais vraiment cherché a me souvenir. A part peut être du visage de ma mère, rassurant alors que je me trouvais sur mon lit de mort. Du soin de sa voix. Non, contrairement a ma sœur, Alayna, je n’avais pas cherché a entretenir le souvenir, j’avais même cherché a oublier. Cette vie n’était plus mienne, j’étais un monstre a présent et, le souvenir ne m’apportait que des regrets. Encore aujourd’hui bien que cela m’apporte aussi la force de me battre contre mes instincts primaires et bestiaux. Ce n’était pas le cas de Karista, elle, elle semblait aimait se souvenir, elle s’efforçait d’entretenir ses souvenirs qui étaient censés n’appartenir qu’a elle mais que, je vivais a travers elle, que je lui volais silencieusement. Le son de sa voix, cristalline, transperça le silence de cette nuit étoilée. Sa remarque me fit sourire. Je posais mes coudes dans l’herbe mais, laissais le silence retomber. La nuit était vraiment belle. Aucun nuage ne la gâchait. Le lendemain serait probablement de nouveau une belle journée. Je laissais échapper un léger soupir a cette idée puis, tournait la tète vers la vampire blonde.


    « Dans certaines légendes. Très anciennes. Les étoiles étaient des esprits veillant sur ceux qui restaient sur Terre. »

    Captant ses pensées, je n’avais pas pus m’empêcher d’interagir avec elle. Je ne voulais pas non plus lui faire comprendre que je savais ce a quoi elle pensait, je voulais seulement la conforter dans son idée, lui apporter un peu d’espoir, la faire se sentir un peu mieux malgré ses tourments. Elle, comme chacun d’entre nous, ne méritait pas de vivre cette torture que nous faisait éprouver la vie d’immortelle, la solitude et la faim perpétuelle. Et puis, une partie de moi, bien que sachant pertinemment ce qu’était, scientifiquement parlant, une étoile, voulait a tout prix croire que mes parents veillaient sur moi, quelque part, la haut, la ou je ne les rejoindrais jamais…

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karista H. Masbeth
Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 708
Age : 25
Votre pseudo : Jassoue
Mood : Heureuse? Disons en apparence
Philosophy : Tu veux6 Arrange toi pour pouvoir alors
Your Greatest Fear : S'attacher
My darling Sin : Mes souvenirs
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 30/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 124 ans
Power: Savoir quand les gens mentent
Relationship:
MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Dim 11 Jan - 20:38

    Karista, Karista, pauvre petite qui était obligé de rester figé dans le temps de ses seize ans. Elle avait l’impression que même intellectuellement, elle restait à cet âge. Les professeurs du moins, la voyaient ainsi, pourtant, elle était plus intelligente et mature que la moyenne due à son expérience de vie, si l’on peu se permettre d’appeler ça ainsi. Et pourtant, elle avait cette impression étrange que d’avoir perdu ses parents d’une certaines façon l’avait empêcher de grandir en tant que personne, qu’elle c’était borné à rester la petite adolescente qu’elle était avant sa transformation et pourtant, elle avait tant changer, mais pas comme elle l’aurait voulu. Elle aurait voulu mûrir, grandir, pas devenir cette jeune fille froide, impassible, chieuse avec le mal de vivre. Certains donneraient tout pour pouvoir vivre à toujours, Kari, elle détestait le fait qu’elle ne mourrait jamais. Ça avait été dur pour la blondinette, d’habitude si aimé de perdre, du jour au lendemain, l’amour de ses proches. C’est pour ça qu’on avait voulu la tuer en premier lieu, pour qu’elle manque au plus de personne possible, mais une donne avait changé et elle se retrouva à perdre tout ceux qu’elle chérissait.

    Certaines comme Declan avait voulu oublier et avait réussi, comprenant que cette vie n’était plus sienne. Karista c’était refusé à cette idée, elle avait aimé sa vie d’humaine, elle voulait la conservé, elle voulait la continuer, mais ne le pouvait pas. Elle s’était souvenue de beaucoup de chose pour se faire souffrir, pour se rappeler qu’elle était devenue un monstre, pour se forcer à ne pas manger des humains, parce que c’était ce qu’elle avait été au paravant. Son frère, sa sœur et Maxime, elle savait qu’il y avait des choses dont elle ne se souvenait pas, beaucoup, mais ces trois personne, elle les percevait très bien physiquement et psychologiquement, mais qu’eux, pas ses parents, pas ses amies. Par contre, ses trois personnes là étaient claire, maxime, le beau brun bien bâti aux yeux bleus, son amour. Mike, son grand frère cheveux blond, yeux bleu, grand, drôle et trop protecteur. Mia, identique à elle, plus timide, moins poignante et moi regardez-moi, mais si douce et gentille. C’était ça sa vie d’avant, une famille, rempli d’amour.

    Elle regarda Declan en l’interrogeant du regard, comment savait-il? Bah, ça pouvait être une simple coïncidence aussi non? Elle eue un sourire fin, elle ne savait pas si cela la réconfortait ou non, voulait-elle vraiment que toute sa famille la voit ainsi?
    « je ne sais pas si oui ou non c’est bien. Si mon frère et ma sœur me voyaient ainsi, ils seraient déçus, pourtant, je veux que mes parents veille sur moi… » À sa façon Karista se laissait ouvrir un peu plus, à sa façon, elle espérait que ses parents oient encore près d,elle pour avoir une chance de grandir et de mûrir…

    [hj: pas super le post, désolé]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 30
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Ven 30 Jan - 18:18

    Des visages. Voila ce qui défilaient dans mon esprit. Dans son esprit. Trois visages en particulier. Plus ou moins flou. Plus net que mes propres souvenirs. Plus net que je ne me souvenais du visage de ma mère.

    Un sentiment de douleur, de la colère, des souvenirs. Malgrès moi, je laissais tous les souvenirs de Karista défiler dans ma tète et, avec elle, je me souvenais de chose qu'elle avait vécue, de personne qu'elle avait aimées et qui l'avait aimée. Il ne me sembla pas si difficile de l'imaginer alors qu'elle était encore humaine. Je la voyais comme une fille heureuse et aimante, une fille qui aimait la vie et la vivait pleinement, une fille heureuse a qui on avait arraché le bonheur en mème temps qu'on lui avait arraché la vie. Et, il me semblait d'autant plus facile de l'apprécier. Beaucoup d'entre nous ne méritaient pas la mort. La maladie m'aurait emporté, ma transformation m'avait permis de survire. Elle, elle aurait eu toute sa vie devant elle, une vie pleine et heureuse. C'était ce que je voulais pour Enea. Je voulais la voir vivre et profiter pleinement de sa vie d'humaine. La voir heureuse. Et, lire les pensées de Karista, vivre ses souvenirs et sa douleur ne fit que me renforcer dans mon idée que, quoi qu'il arrive, Enea ne deviendrait jamais mienne alors que cela était a présent un devoir pour moi de la transformer. Maintenant qu'elle savait tout. Qu'elle en savait trop. Mais, comment arracher a quelqu'un sa vie ? Comment le forcer a affornter une éternité figée dans l'age, figé en tant que monstre. On se voyait tous comme tel. Comme des monstres. Karista y compris. Cette idée me renvoya a ma propre vision des choses. Je ne voulais pas ètre un monstre, plus jamais. Je préférais, et de loin, me nourrir de bète que de tuer. Bien qu'une partie de moi aurait préféré mourir de sa belle mort, mourir de cette grippe. Cela n'arriverait jamais. La grippe ne m'atteindrait jamais. Plus jamais. Pas plus que toute autre maladie. J'étais intouchable. Immortelle. Tout comme Karista. Condamné a l'éternité. Condamné a survivre aux humains que l'on croiserait sur notre route. Un nuage de tristesse traversa mon visage et j'encrais mon regard su l'immensité étoilée.


    - " L'amour est inconditionnel. Quand on aime quelqu'un, on l'aime peu importe ce qu'elle est. Et, tu n'as pas avoir honte de ce que tu es, au contraire! Je suis sur que tes parents seraient fiers de celle que tu es. "

    Mon regard, empli de sous entendu, se posa sur son visage. Elle était un vampire mais ce, malgrès elle. Et, elle n'était pas n'importe quel vampire. Elle était un vapire qui luttait contre sa nature pour une pas ètre un monstre sanguinaire et, je savais que, n'importe quel parent en ce monde et dans l'autre seraient fiers de savoir que son enfant vit et survit et ce, sans commettre d'atrocités.

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karista H. Masbeth
Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 708
Age : 25
Votre pseudo : Jassoue
Mood : Heureuse? Disons en apparence
Philosophy : Tu veux6 Arrange toi pour pouvoir alors
Your Greatest Fear : S'attacher
My darling Sin : Mes souvenirs
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 30/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 124 ans
Power: Savoir quand les gens mentent
Relationship:
MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Sam 31 Jan - 23:20

    Maxime. Mia. Mike. Maxime. Mia. Mike. Ils défilaient dans l’esprit de la belle, lui souriant, lui disant des belles paroles. Maxime lui disant de reprendre sa vie, de l’oublier. Mike lui répétant sans cesse que même immortelle elle devrait faire plus attention à elle. Mia, lui rappelant la dernière fois qu’elle c’était franchement parler et retrouvé seule, ensemble.

    FLASH BACK

    17 mai 1990
    La révolution était arrivé quelque moi avant, mais aujourd’hui c’était les seize ans de notre petite Blondie et pas qu’elle, non, aussi les seize ans de sa sœur jumelle, Mia. Elle dormait chacune dans leur chambre, c’est Mia qui se réveilla la première, comme toujours. Mia était bien plus lève tôt que sa sœur, qui préférait faire la farniente. Mia était entrée dans la chambre de sa sœur et c’était mise à sauter dans son lit, comme une petite folle. La jeune fille était rarement ainsi, beaucoup plus discrète et calme que sa sœur, Karista. Kari ouvrit les yeux et regarda sa sœur, d’un regard frustrée. C’était sa fête d’accord, mais elle voulait dormiiiir.


    « Laisse moi dormir Miaaa »
    « Nop nop ! C’est notre anniversaire Karista, seize ans ! On a seize ans ! »


    Comme si elle ne le savait pas. Elle rabattus la couverture sur sa tête et sa sœur finit par carrément enlever la couverte. Karista grimaça et a force d’entendre sa sœur crier, joyeux Anniversaire elle fut carrément réveillé. Mia s’était couché à côté de Karista. Karista qui avait un avenir tout tracé déjà. Elle allait se marier bien tôt c’était certains. Elle avait trouvé Maxime et puis à cette époque une fille était bien vite mariée. Elle était déjà fiancée. Elle tourna sa tête vers Mia, Mia sa confidente de toujours, sa moitié, sa sœur chérie.

    « tu crois que la vie vas vraiment changée maintenant ? »
    « J’en sais rien Kari. Mais je sais que je vais être tatiiiiiii un jour. »


    Kari prit son oreiller et donne un petit coup à sa sœur. C’est ça, c’est ça, bien sur une jour Mia serait tante, étant donner que dans se monde, les femme était mère bien vite et avait des famille très nombreuse. Karista n,était pas prête ;a pensé à avoir des enfants, elle se trouvait bien trop jeune pour ça.

    « Pweuf tais-toi Mia ! Je serai Tati aussi ! »
    « Mouais… s’pas certains ça, toi tu es déjà fiancé et moi ? »
    « Mais arrête moi ça! C’est pas les prétendants qui manquent voyons! Et puis ce n’est pas journée pour se plaindre, ON A SEIZE ANNNS»


    Et là Karista c’était mise à sauter par tout, en chantant joyeux anniversaire. Les deux sœurs avaient continué à jouer, chanter, danser toute la journée. Elle avait rigolé, elle s’était fait beaucoup de plaisir. Comme d’habitude, Kari avait été la plus remarqué, dut à son énergie et son excentricité et Mia était resté la petite jumelle calme, aucune des deux ne s’était jamais plainte, elles restaient elle-même. Finalement, Mia fut tatii pas de Karista, mais elle fut tatii et mère.

    Fin du Flashback

    Karista avait toujours espéré que sa sœur prenne sa place un jour, quand elle fut « morte », Mia fut perçu un peu comme un fantôme, amis elle réussi avec brio à se dégager de l’ombre de Kari et la blondinette en était plus que fière. La blondinette regarda les étoiles, tout en écoutant ce que Declan avait dit. Elle réfléchis à ce qu’il avait dit, l’amour inconditionnel ? Elle en doutait, qui aime franchement inconditionnellement ? Elle finit par regarder vers Declan.
    « J’en sais rien… je pense que Mia, Maxime et Mike doivent être fière ou du moins, ils m’ont pardonné, mais je ne sais pas pour mes parents. Je ne me souviens plus de ce qu’ils étaient. Alors que je me souviens de ma sœur, mon fiancé et mon frère, mes parents eux, c’est le flou total… » Karista avait une impression bizarre sur Declan, comme s’il voyait dans sa tête. C’était étrange qu’il sache exactement quoi dire au bon moment. Elle savait bien que Mia , Maxime et Mike ne serait jamais déçu d’elle, tous l’aimait inconditionnellement, comme Declan l’avait dit, mais c’était dur à imaginer pour la jeune fille. « Comment tu fais pour savoir quoi dire ? » Elle n’avait pas pu résister, la jeune femme était trop de nature curieuse pour ne pas poser toutes les questions qui lui passait par la tête. Elle était trop troublé par se « don » de savoir quoi dire et ce au beau moment…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 30
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Dim 1 Fév - 23:29

    Les souvenirs. Plus le temps passait, plus ils devenaient flous. Ils disparaissaient, comme de lointains rèves. Vous savez, cette sensation quand, au réveil, vous savez avoir révé de quelque chose mais, les images sont flous. Alors, vous pouvez, soit tenter de vous concentrer pour essayer de rendre plus vivace les images, pour leur rendre leur clarté, leur vivant... Soit les oublier pour oublier tout ce qui s'y rattachait, tout ce que vous aviez perdus en vous réveillant.

    La transformation d'un humain en vampire c'était cela, un réveil suite a une longue nuit d'un profond rève qui avait duré le temps d'une vie d'humains. Vous pouviez alors vous forcer a vous souvenir, ou tout oublier pour ne pas souffrir du souvenir de cette vie perdue. J'avais fait le choix d'oublier. Kari avait fait le choix de se souvenir. De se souvenir des moments heureux. De ces moments qui ne faisaient que la rendre plus humaine, la forcant a se rappeler la fragilité de la condition humaine. A se rappeler pourquoi elle ne tuait pas d'humains, pourquoi elle n'en tuerait jamais. Et, sur ce point, nous étions semblable. Nous voulions conserver cette partie d'humanité en nous. Cette partie de nous qui nous poussait a lutter contre notre condition de vampire créé pour tuer. Pour tuer ceux qui, aupar'avant, avaient été nos semblables.

    Je partageais avec la vampire blonde un souvenir doux et, exquissait un sourire. La voire humaine, souriant et heureuse ne pouvait que me rendre, a moi aussi, un semblant de bonheur. Le bonheur des autres ne pouvant jamais m'ètre indifférent, tout comme leur peine. Nathanael avait le don de ressentir les émotions des autres, de faire ressentir certaines émotions, a son bon vouloir. Moi, j'avais la faculté de partager le souvenir et les joies passés ou présentes. Des pensées heureuses ne pouvaient que rendre heureux, tout comme des pensées nostalgiques ne pouvaient que rendre nostalgique. Quant bien mème ces pensées n'étaient pas les votres, mais volées a une autre personne qui n'avait pas conscience que vous violiez son intimité. Mème si cette intrusion dans l'esprit des gens n'était pas un acte volontaire de ma part. Loin de la. Parfois, j'en culpabilisais mème. Mais, je ne pouvais pas lutter et, tentais au mieux de mettre a profit ce don. Ne serait ce qu'en tentant de toujours trouver les mots justes pour aider la personne, la réconforter. Ce que je tentais de faire, ce soir, avec Kari.

    Elle me parla de ses proches comme si je les avais moi mème connu, comme si elle savait que je saurais de qui elle parlait alors que c'était la la première fois que nous parlions vraiment elle et moi. Mais, cela ne me dérangeais pas. J'avais l'habitude de connaitre des gens que je n'avais jamais vu et ce, grace aux pensées des autres, grace à leurs souvenirs. Je sus donc qui était le fiancé, qui était le frère dans ses propos. Ces deux la étaient ceux dont elle se souvenait le mieux. Avec sa soeur, celle la mème qui était son reflet exact, le reflet de celle qu'elle était avant sa transformation. Il y avait toujours des visages dont on se souvenait mieux que de ceux des autres. Celui qui m'avait le plus marqué était celui de ma mère, ses cheveux roux tombant autour de son visage alors qu'elle était penché au dessus de moi, tenant debout avec difficulté alors que, tous deux nous mourrions lentement d'une maladie que rien ne pouvait guérir. J'avais eu ce visage comme dernière vision de ma vie humaine, j'avais emporté le souvenir de ce visage dans la mort. Je me souvenais de ce visage mieux que de n'importe quel autre alors, je comprenais la jeune vampire. J'allais répliquer, lui répondre qu'il en allait de mème pour moi, que cela était normal pour nous. Notre mémoire n'était pas sans faille. Elle avait du mal a se remémorer ce qui remontait a tant d'années, ce qui n'était pour nous plus qu'un rève lointain. Mais, je n'avais pas encore ouvert la bouche que deja Karista m'observait avec curiosité. Je pus distinctement lire le doute dans son esprit et, j'en oubliais instantannément la réponse que j'avais au bout des lèvres. Son esprit m'ayant brisé dans mon élan.

    La question ne se fit pas attendre et, géné je détournais le regard avant de répondre des plus évasiment.


    - " Disons que tu me mets involontairement sur la voie. "

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karista H. Masbeth
Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 708
Age : 25
Votre pseudo : Jassoue
Mood : Heureuse? Disons en apparence
Philosophy : Tu veux6 Arrange toi pour pouvoir alors
Your Greatest Fear : S'attacher
My darling Sin : Mes souvenirs
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 30/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 124 ans
Power: Savoir quand les gens mentent
Relationship:
MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Jeu 5 Fév - 23:16

    Les souvenirs, c’était ce qui était le plus précieux aux yeux de la belle. Ses souvenirs, flou ou clair étaient tout ce qui lui restait de son humanité. À son réveil elle avait fait partie de ceux qui savait qu’il y avait eue quelque chose avant et qui voulait savoir. Et plus elle vivait, moins ses souvenirs était clair, elle avait beau se les réciter, certains devenaient flou, mais les visage restaient tout aussi clair et le visage dont elle se souvenait le plus était celui de sa sœur. Personne ne s’en est jamais douté, on pense plus qu’elle se souvient mieux de maxime, mais Mia à le même visage qu’elle, elle était elle. Sa petite sœur, était pour elle, la plus belle personne de se monde, celle dont elle se souvenait le plus, celle qu’elle chérissait le plus. Karista à su quand sa sœur est morte et personne ne lui a pourtant jamais dit, qui l’aurait fait? Non, elle l’a senti, tout simplement. Elle est morte très vieille Mia, surtout pour l’époque, sans douleur, sans souffrance. Après son frère, après sa sœur, après son mari, Mia était toute seule quand elle était morte. Une mort paisible, Kari est aller voir sa tombe une seule fois et lui a déposé des fleurs. En pleine nuit, elle ne voulait pas croiser une de ses nièces ou neveu.

    Kari ne se doutait pas que Declan entrait dans l’esprit, elle ne pensait pas qu’il avait un tel pouvoir. Elle se doutait qu’il ne pouvait dire la bonne au bon moment, tout seul, comme ça, personne n’y arrivait, pas toujours. Elle trouverait bizarre en fait de se faire dire que quelqu’un peut fouiller dans sa tête, alors qu’elle-même avait un étroit lien avec l’esprit des gens. Savoir quand on nous ment, peut parfois être agréable, parfois un fardeau, mais c’était surtout bizarre. Bizarre de savoir ce que les gens peuvent vraiment penser, ou non. Declan était un ami précieux, elle ne lui en voudrait pas de ne pas pouvoir contrôler son pouvoir, elle-même n’avait aucun contrôle dessus. Elle savait quand on lui mentait et c’est tout, elle n’avait pas le choix, comme Decky ne semblait pas avoir le choix de vivre la nostalgie avec Karista. Au moins, elle ne lui faisait pas endurer les souvenirs pénibles de son existence. Elle revivait ses moments de joie, un par un. Les conneries qu’elle avait pu faire avec sa sœur, ou seule en se faisant en suite pincer par son grand frère. Les sermons de son frère qu’elle récitait en même temps que lui et les tendres baisers de Maxime. Les rigolades avec celui-ci, les petites batailles entre frère et sœur. C’était flou, mais elle savait qu’elle avait fait se genre de choses, elle ne savait pas en détaille se moment, ni ce qui avait été dit, c’était des images qui passaient dans sa tête, comme elles passent dans une bande annonce. La plupart de ses souvenirs étaient ainsi et repenser à ses bons moments donnait un mince sourire à la blondinette. Si elle avait été en état de pleuré, elle ne l’aurait même pas fait, c’est souvenir incarnait aujourd’hui la joie.

    Au début de sa vie de vampire, elle aurait pleuré. Elle se serait battue à mort si elle avait pu. Mais elle avait beau dire ne pas avoir l’impression de grandir, elle grandissait, elle devait de plus en plus mature. Elle gagnait en âge et en esprit. La jeune fille parlait toujours de ses proches comme si tout le monde savait qu’ils étaient, et comme si Declan les conaissait. Elle avait cette impression du moins, qu’il savait de qui elle parlait. Elle était comme ça. Elle s’était redressé en position assise ( je sais pas si c’était déjà fait, mais bon XD). Elle regarda Declan qui lui avait répondu et elle réfléchi à ce qu’il venait de dire.
    « Et comment je fais pour te mettre sur la voie? » Kari ne lui en voudrait pas qu’il ne réponde pas, elle était très curieuse de nature, beaucoup trop d’ailleurs et pour elle, il était tout à fait normale qu’elle pose toutes les questions lui passant par la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 30
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   Mer 18 Fév - 18:13

    La mort. Je n’avais pas eu a vivre la mort de mes proches dans ma renaissance. Ils étaient morts avant que je ne devienne un vampire. Ma mère avait fait promettre à Alister de me sauver dans un dernier souffle. Ses dernières pensées, sa dernière volonté était celle de savoir que je vivrais, celle de demander a Alister de me sauver, quoi qu’il en coute, peu importe le moyen employer pour cela. Et, c’était ce qu’il avait fait. Je ne pense pas que ma mère aurait souhaité que je devienne un monstre mais, je pense qu’elle aimerait savoir que je suis toujours vivant. Je croyais en Dieu. Je croyais en un paradis et un enfer. Je savais que ma mère était le bas, au paradis. Que je ne la reverrais jamais. Que j’irais en enfer mais, j’aimais a croire qu’elle veillait sur moi, qu’elle était heureuse qu’Alister ait pu tenir la promesse qu’il lui avait faite alors qu’elle était sur son lit de mort. L’espace d’un instant, je revis son visage en souvenir, ses cheveux roux tombant de chaque coté de son visage, j’entendis le son de sa voix alors qu’elle me murmurait des paroles réconfortantes alors que la mort m’emportait… Jamais je n’avais été sur sa tombe. Je ne suis même pas sur qu’elle ait eut le droit a sa propre sépulture. Tant de personnes étaient mortes de cette grippe. Beaucoup avaient été enterrées dans des fosses communes. C’était moins couteux, surtout lorsqu’il n’y avait plus de famille pour réclamer les corps des défunts. Toute ma famille était supposée avoir succombé à la maladie. Personne n’avait demandé à ce que l’on enterre ma mère et mon père dans des tombes avec leurs nom, prénom et date de naissance et de décès. Pas plus qu’on ne s’était aperçut que mon corps n’était pas parmi les leurs. On les avait juste tous enterrés, sans chercher plus loin. Je n’avais jamais pu me recueillir sur leur tombe. Mais, en souvenir, j’accompagnais Karista sur la tombe de sa sœur, je supportais avec elle, son deuil.

    Soudain, quelque chose interpela d’avantage mon attention dans son esprit. Elle était dotée d’un pouvoir elle aussi. Surpris, je tournais la tète vers elle, les yeux écarquillés et, je la dévisageais. Je ne l’avais encore jamais entendue se servir de son pouvoir, ni même l’évoquer. Tout comme elle n’évoquait quasiment jamais sa condition d’être éternel. Je la dévisageais toujours, déchiffrant ses pensées qui divaguaient de part et d’autre.

    Elle me regardait elle aussi, sereine mais curieuse. Elle voulait savoir, elle voulait comprendre. J’hésitais a lui en dire d’avantage. Surtout a présent que je savais qu’elle ne m’en voudrait pas si je ne lui répondais pas. Mais, pourquoi lui cacher que j’avais un don de télépathie ? Après tout, ce serait d’avantage honnête et équitable si elle savait que je partageais ses pensées avec elle, si elle savait que je m’iniscais, a son insu, dans son esprit. Et puis, a présent, je connaissais son secret, son don. Je savais qu’elle le saurait si jamais je lui mentais, si jamais je lui servais une excuse bidon. Je détournais soudainement le regard pour le reposer sur la voute céleste emplie d’étoiles puis, je soupirais légèrement tout en adressant a elle.


    « Disons que, tout comme toi, je possède un don. Un don que je ne contrôle pas, un don qui me permet de lire dans les pensées d’autrui, tout comme le tient te permet de savoir si l’on te ment ou non. »

    Mon regard s'encra de nouveau dans le siens alors que je guettais sa réaction.

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est ce qu'on appelle un spectacle } Decky
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti-Premier ministre :Il s'appelle Ericq Pierre !
» comment s'appelle les habitants de....?
» [Pays du Thé] - [Menue Tâche] - Nées pour le Spectacle
» comment appelle-t-on ?
» La caisse des intermittents du spectacle épinglée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prelude To Damnation :: Forks :: Calawah River :: { Clairière }-
Sauter vers: