AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 DECLAN } the first cut is the deepest

Aller en bas 
AuteurMessage
Alister Bratford
Modo _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1118
Age : 26
Votre pseudo : J0KER
Mood : T0RMENTED
Philosophy : Créer, c'est vivre deux fois___ A. Camus
Your Greatest Fear : EUX ; JE NE VEUX PAS QU'ILS V0US BLESSENT...
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 03/12/2008

Through your eyes
How old are you?: 35 ans en apparence, 30 ans officiellement, mais en réalité 380 ans
Power:
Relationship:
MessageSujet: DECLAN } the first cut is the deepest   Dim 7 Déc - 19:27


    Alister s'approcha de la jeune mère assise dans le couloir, attendant sa fillette qui venait de se faire recoudre une large et vilaine coupure au front. Elle semblait bien jeune pour avoir une fille, et porter tout le poids du monde sur ses épaules. S'il y avait une chose que le vampire détestait par dessus tout, c'était de voir les gens autour de lui souffrir. Il s'approcha, mais garda une distance raisonable, mue davantage par le respect que la prudence. Elle était assise par terre, dans un couloir peu fréquenté, ayant dédaigné les chaises disponibles un peu plus loin, voulant probablement rester aussi près que possible de sa fille. Il était presque minuit et elle avait l'air exténuée. Avec un sourire compatissant plein de chaleur, Alister lui offrit de venir voir sa fille, car les points de suture étaient terminés. Il lui expliqua qu'elle dormait paisiblement, et qu'il devrait la garder en observation pendant la nuit en raison de la localisation de sa blessure: le front. La jeune femme leva vers lui des yeux éplorés, comme si elle le priait de ne pas la séparer de sa fille. Le docteur lui offrit de lui amener un lit de camp afin qu'elle reste avec sa fille de 7 ans. Rassurée, elle accepta en remerciant Alister avec effusion. Celui-ci disparut dans le couloir, secoué par l'intensité de la tristesse de la mère. Il alla comme souvent prendre une bouffée d'air frais dehors, une habitude. Quelques instants, entre deux opérations ou deux consultations, il allait respirer un peu avant de revenir à ses obligations. Cela amusait grandement ses collègues, qui disaient que le jeune médecin allait ''prendre sa dose''. Alister s'appuya contre le mur, ferma les yeux et balança sa tête vers l'arrière. Si ses yeux avaient été ouverts, il aurait pu contempler l'immensité d'encre du ciel nocturne tacheté d'étoiles claires. Il songeait, comme souvent, à sa chance. Il avait une famille, cinq superbes enfants à l'intelligence vive, et une femme aimante avec laquelle il comptait bien passer le restant de son existence, soit l'éternité. Il avait des collègues joviaux, des amis, des infirmières qui aimeraient bien mettre le grapin sur lui, ce qu'il trouvait légèrement amusant. Une maison, un mode de vie qui s'accordait parfaitement avec ses principes de justice et de bonté. Pourquoi, alors, n'était-il pas heureux? Il savait très bien pourquoi il n'était pas heureux, ou du moins, pas totalement, la réponse se présenta d'elle-même. Declan. Son fils, le premier qu'il ait vampirisé mis à part sa femme Jayden. Une si belle âme, qui avait tellement tendance à se rabaisser alors que Alister savait parfaitement à quoi s'en tenir avec lui. Declan était brave, noble, et Alister se sentait honoré de faire partie de sa vie. Il était conscient qu'il devait parfois être agaçant de vivre constamment avec 3 couples parfaitement assortis quand on est éternellement seul... Et cette conscience lui faisait mal pour son fils adoptif. Les yeux toujours fermés, son trouble était probablement apparent. Il s'inquiétait pour Declan, se désolait pour la jeune mère si inquiète pour sa fillette et pour les dizaines de patients qui viendraient, qu'Alister ne pourrait pas tous sauver... Parfois, il se répugnait. Il devrait en faire plus, au lieu de passer ses nuits à ne rien faire. Il aurait dû prendre un deuxième emploi de docteur de nuit dans une autre ville... Son visage crispé toujours tendu vers le ciel d'encre, il écoutait les gens à l'intérieur de l'hôpital.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 31
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: DECLAN } the first cut is the deepest   Dim 7 Déc - 21:27

    A quoi sert de vivre éternellement si l'éternité vécue est synonyme de solitude ?
    Cette solitude n'est certe, pas totale, mais elle ne me comble pas non plus. J'aime ma famille. Tous, chacun a leur facon, m'apporte quelque chose, une sorte de stabilité, une forme d'amour. Mais, aucun ne peut combler cette solitude. Ils ont tous trouvés leur moitié, leur équivalent, la personne avec qui traverser l'éternité. Et moi, moi je me traine derrière eux a travers les siècles. Trimbalant avec moi tristesse et désespoir. Regret et incompréhension.

    Ce que je suis devenu me dégoutte, je n'ai plus rien d'humain, je n'ai plus d'ame et, je suis animé par une faim qui refuse de se taire. Une faime que, grace aux conceptions d'Alister, je peux assouvir mais, pas assez. Nous autres, vampires, sommes une race a part, une race qui ne se nourrit que de sang. Le sang humain est le seul a pouvoir nous rassasier. Et, je sais de quoi je parle, j'ai deja tué, je me suis deja abreuvé de ce doux nectar, buvant gorgée après gorgée ce liquide chaud et ravigorant. Tel un monstre. A présent, afin de controler un temps soit peu mon destin, je ne bois que le sang animal. Mais, tel un ètre humain qui ne se nourrirrait que de toffu, il manque quelque chose à mon alimentation. Comme il manque quelque chose à ma vie.

    Et, malheureusement pour moi, me voila face à la pire chose qui soit pour un vampire de mon éspèce. Celle qui pourrait ètre ma moitié, celle qui se révèle ètre attractive a mes yeux, la seule personne capable de me faire oublier ma solitude infinie, n'est autre que la seule personne dont le sans est plus attirant que celui de n'importe qui d'autre... Cruel dilemne. Ténèbres eternelles. Comment ètre avec elle alors que je suis un monstre et qu'elle est innocence pincarnée ? Comment allier mon désir de la tuer avec mon désir de la protéger ? Tout est tellement contradictoire. Comme si elle n'avait été créée que pour me torturer, me détruire, me faire trahir mes convictions les plus fortes.

    J'avais fini par fuir la ville. Ne pouvant pas faire face a cette torture, a ce sang chantant pour moi dans ses veines, n'appelant que moi, réveillant ma faim. Mon désir incontrolable torturait mes pensées chaque fois que je m'approchais d'elle. Je n'avais pas eu d'autre choix que de fuir. Pour ne plus revenir. Laisser les miens, les abandonner après tant d'années passées auprès d'eux. Mais, ètre avec elle, la tuer, qu'importe mes choix, cela reviendrait a les trahir. Je n'avais d'autre choix que la fuite. Aussi lache fut elle.

    Mais, le manque est une torture tout aussi puissante que le désir que l'on ne peut assouvir. Le manque des miens, le manque de sa présence a elle alors que je ne la connaissais mème pas, le manque de son odeur m'envahissant et me torturant mais, me procurant tout a la fois une sorte de bien ètre. J'avais du me résoudre a revenir en ville. A la revoir. Je n'étais pas assez fort pour lutter contre mon envie d'ètre auprès d'elle, de la protéger. Mais, j'éspérais que je serais assez fort pour ne pas la tuer, pour ne pas céder a mes plus bas instincts. J'avais donc fait mon retour a Forks dans la matinée, sans mème prendre la peine de donner signe de vie aux miens. Si tenté que l'on puisse appeler cela une vie. Quelle ironisme quand l'on pense que, techniquement, je suis mort, que mon coeur a cessé de battre il y a deja de cela bien des années...

    Ce mème dilemne s'opposait toutefois toujours a moi, bien plus puissant a présent.
    A présent que j'avais commis une erreur sur laquelle je ne pourrais surement pas revenir.
    Une seule personne pouvait m'aider, une seule personne serait capable de me conseiller sans me juger. Mon père, Alister.

    Quand j'arrivais à l'hopital, je n'eus pas a le chercher bien longtemps, me laissant guider par ses pensées et son odeur. Pensées qui ne m'évoquaient rien de bon. Toutes entremélées, certaines s'envolant vers une enfant, d'autres s'envolant vers moi. Les mains dans les poches, silencieusement, j'arriva bientot la ou il se trouvait. Je restais toutefois en retrait, mal a l'aise.


    " - Que lui est-il arrivé ? " Pourquoi préciser de quoi je parlais puisque je savais qu'il le comprendrais de lui mème. Le fait que je sois en mesure de savoir a quoi il pensait a cet instant précis ne lui échapperait pas. Je ne sais pas pourquoi je posais cette question quant a cette enfant. Je crois juste que je voulais éviter d'entamer trop vite les sujets facheux et génant pour moi...

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alister Bratford
Modo _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1118
Age : 26
Votre pseudo : J0KER
Mood : T0RMENTED
Philosophy : Créer, c'est vivre deux fois___ A. Camus
Your Greatest Fear : EUX ; JE NE VEUX PAS QU'ILS V0US BLESSENT...
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 03/12/2008

Through your eyes
How old are you?: 35 ans en apparence, 30 ans officiellement, mais en réalité 380 ans
Power:
Relationship:
MessageSujet: Re: DECLAN } the first cut is the deepest   Lun 8 Déc - 2:07

    La fascination. C'était une bien étrange sensation que les vampires inspiraient aux humains, qui, à la fois attirés et effrayés, les évitaient de par leur instinct naturel. Mais parfois, certains semblaient bien davantage attirés qu'effrayés, voire même nullement effrayés. Les vampires à la peau si pâle, beaux à en fendre le coeur, dont le moindre geste était imprégné d'une grace silencieuse... Alister connaissait cette attraction mystérieuse, il l'expérimentait tous les jours à l'hôpital. Les femmes et les infirmières soupiraient à son passage, et Alister se disait que Declan devait être prodigieusement ennuyé lorsqu'il venait le visiter sur son lieu de travail: entendre toutes les pensées de toutes les femmes qui regrettaient largement que l'avenant docteur soit marié... La fascination. C'était quelque chose de si... fascinant. Peut-être étudierait-il, dans les années qui suivraient, ce sujet passionant? Alister entendit distinctement le bruit de la voiture de son fils. Il ne l'avouait pas, il ne le dirait jamais, mais Declan avait toujours été son petit favori, il n'aurait su pourquoi. Bien que ce soit impossible puisqu'il était figé au creux de sa poitrine glaciale, son coeur se serra. Il était heureux que son fils soit de retour. Declan était parti avec grande précipitation, sans expliquer à Alister pourquoi. Il avait rapidement mentionné l'alaska, le besoin de partir, que c'était urgent, qu'il lui expliquerait peut-être plus tard... Alister s'était grandement inquiété pour lui, non pas de ce qu'il pourrait lui arriver, puisqu'il était un vampire, mais pour ses songes. Il était toujours dehors, et finit par ouvrir ses yeux pour voir Declan se diriger vers lui. Sans crier gare, la scène s'étant déroulée deux jours plus tôt se présenta à lui, car il savait qu'elle avait un lien quelconque avec la fuite de Declan. Malgré le fait qu'il ne possédait pas, comme ce dernier, le pouvoir de lire les pensées des gens, il avait développé au cours des siècles l'habileté de faire des connections véridiques entre les événements les plus anodins. Alister aurait mis sa main au feu que Declan venait se confier.

    Alister venait de terminer d'examiner un jeune garçon lorsqu'on lui envoya quelqu'un d'autre: une jeune fille frêle et presque aussi pâle que lui-même, les cheveux sombres et les yeux sombres également. Elle s'était fait une vilaine écorchure qui était, d'après ses dires, le fruit d'une perte d'équilibre. Le docteur avait bien voulu la croire. C'était la deuxième fois qu'elle venait le consulter. Mais cette deuxième fois avait été particulière. Elle avait semblé troublée par son visage, si blanc et si beau. Alister crut comprendre que ce n'était pas la première fois qu'elle rencontrait quelqu'un de sa famille. En fait, il aurait parié qu'il s'agissait de Declan, qui était dans la même année qu'elle au lycée de Forks. Et voilà que son fils avait quitté le domicile pour s'enfuir, l'air si paniqué qu'Alister avait réellement eu peur pour la première fois depuis des décennies. Mais Declan était revenu, et tout était bien. Du moins, pour l'instant. Le médecin se doutait que les nouvelles ou les aveux apportés par le vampire ne pouvaient être de bonne augure. Car quelque chose pouvant l'effrayer à ce point n'annonçait décidément rien de bon, et Alister attendait avec impatience l'explication de son fils adoptif, certain qu'ensemble ils pourraient faire face à ce problème, quel qu'il soit. Alister regarda le jeune vampire qui avait les mains dans les poches et un air embarrassé, légèrement mal à l'aise. Il entendit également l'interrogation de Declan et comprit qu'il parlait de la fillette que celui-ci avait vu dans ses pensées. Bien sûr qu'il avait compris le sentiment de compassion et la tristesse envers la mère si inquiète.

    ALISTER - Elle a fait une mauvaise chute et s'est fendu la peau du front sur une pierre. Elle n'a que 7 ans...

    Brave Alister qui ne supportait pas de voir les gens souffrir. Quel drôle de métier avait-il choisi, alors... Car si rien ne l'attristait davantage que de voir des gens en détresse ou souffrants, rien ne valait le plaisir de voir une mère ou un père le remercier d'avoir sauvé leur fils, de savoir qu'en effet, il avait fait quelque chose de bien, de Bon. Mais le vampire ne souhaitait pas s'étendre sur le sujet. Bien que doté d'une patience plutôt extraordinaire même pour un être de sa race, il voulait terriblement savoir pourquoi Declan était parti, mais surtout aider son fils qui avait semblé dans une telle détresse... Cependant, il comprenait que cette situation mettait probablement le jeune vampire dans l'embarras. Aussi résolut-il de le laisser faire, de lui donner le temps qu'il lui fallait pour bien penser à ce qu'il allait dire. Néanmoins, Alister voulait savoir s'il avait raison de suspecter que son trouble était en quelque sorte lié à la jeune fille qui était venue le consulter. Il planta son regard doré dans celui de son fils adoptif, un regard qui aurait pu faire baisser les yeux de Dieu lui-même, disait en plaisantant son grand-père maternel...

    ALISTER - C'est à cause de cette jeune fille, n'est-ce pas?

    Il n'avait pas dit son nom, mais savait que son fils saurait de qui il parlait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Bratford
Admin _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 2483
Age : 31
Votre pseudo : Stace
Your Greatest Fear : La* Perdre
My darling Sin : Le Puma xDDD
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 27/11/2008

Through your eyes
How old are you?: 135 ans
Power: Télépathie
Relationship:
MessageSujet: Re: DECLAN } the first cut is the deepest   Mar 9 Déc - 1:32

    Parfois, on a l'impression de ne plus rien controler, de voir une situation nous échapper en un simple battement de cil. Pour cela au moins, je ne suis pas bien différent des simples mortels. J'ai beau avoir l'apparence d'un ètre parfait, je n'en suis pas moins un ètre torturé a l'intérieur, un ètre qui se pose d'eternelles questions qui ne voient jamais aucunes réponses leur parvenir. Un simple ètre errant, trainant avec lui ses doutes, ses fantomes, ses espoirs, ses désillusions et tant d'autres choses...

    Alister avait beau ne pas ètre mon père biologique, n'avoir aucun lien de sang avec moi, il m'avait tout de mème donné une vie qui m'avait abandonnée. Et, bien au dela de cela, il me conseillait, tentait de répondre à chacune de mes questions, à chacun de mes doutes, tout comme un père l'aurait fait pour son fils. C'était donc, tout naturellement, qu'a présent que je me sentais plus perdu que jamais, que je me tournais vers lui, le seul a pouvoir m'aider a donner un sens a ce paquet d'idées entremélées dans mon esprit.

    Il parut rassuré de me voir mais, tout aussi intriguet et impatient. Il souhaitait en savoir plus, que je lui explique pourquoi j'étais partie, bien que je voyais l'image du visage d'Enea se dessiner dans son esprit. Image qui m'arracha un léger sourire malgrè moi. Tant de qustions se bousculaient dans la tète de mon père alors que, tout a la fois, je le poussais a penser a autre chose, mélant de nouvelles images a son esprit, la visage d'une mère pleurant dans un couloir s'imposant bientot a moi, remplacant l'image du visage d'Enea. Je perdis alors mon sourire, tout en accordant toute mon attention a Alister qui me relatait les faits relatifs a ma question. Je baissais la tète en entendant l'age de la jeune enfant, elle aurait pu perdre la vie... Bien trop tot. Un sentiment de compassion m'envahissait alors qu'une nouvelle fois je me demandais comment, si Dieu existait, il pouvait infliger de telles souffrances aux ètres humains, surtout si jeunes. Je m'étais si souvent posée cette question, qu'elle sembla s'imposer à moi, ne trouvant toujours aucune réponse. Je la rechassais aussi vite de mon esprit alors qu'Alister profitait de mon silence pour me poser la question qui était la raison de ma présence ici. Je relevais alors mon regard vers lui, croisant le siens, anxieux en emplis de questions. Il n'avait pas mon don et pourtant, il savait mieux que quiconque faire des connections entre les gens, comme s'ils les comprenaient alors que moi, pourtant capable de lire dans les esprits, je ne comprenais pas toujours les évidences qui s'imposaient a moi... Je laissais échapper un petit rire surpris. Ne m'attendant pas vraiment a ce qu'il se montre aussi direct puis, d'une voix hésitante, j'entrepris de lui répondre.


    " - Enea! " J'eus un léger signe de tète en guise d'acquiesement pour sa question. Puis, je détournais le regard, songeur, ne sachant pas vraiment comment aborder le vif du sujet, moi qui ne suis pas vraiment expansif quand il s'agit de parler de ma propre personne.

    " - Elle... Elle est différente des autres humaines Alister! " J'avais soudainement braqué mon regard sur le sien, ma voix sonnant gravement. " Son sang... " Je grimacais à l'idée de devoir prononcer a haute voix des pensées que je n'osais mème pas formuller dans mon esprit. " Il chante pour moi... Je voulais tellement la tuer! " Ma bouche resta entr'ouverte alors que mon regard, désemparé se perdait dans la contemplation d'un point imaginaire sur le sol, tandis que ma voix raisonna de nouveau dans le silence ambiant. " Mais, j'ai besoin de sa présence plus que de celle de n'importe qui au monde... " Gardant mes mains dans mes poches, j'haussais les épaules d'un air las et déséspéré...

_________________
    And Then
    The Lion Fell in Love
    With the Lamb...

    (c) Misery Angel/ breaded_fish
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alister Bratford
Modo _ Coexistence && Végétalisme

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1118
Age : 26
Votre pseudo : J0KER
Mood : T0RMENTED
Philosophy : Créer, c'est vivre deux fois___ A. Camus
Your Greatest Fear : EUX ; JE NE VEUX PAS QU'ILS V0US BLESSENT...
What are you? : Vampire végétarien
Date d'inscription : 03/12/2008

Through your eyes
How old are you?: 35 ans en apparence, 30 ans officiellement, mais en réalité 380 ans
Power:
Relationship:
MessageSujet: Re: DECLAN } the first cut is the deepest   Dim 21 Déc - 0:36


    [post archi-nul, désolée ... X___x]


    Alister regardait son fils adoptif, peiné. Le vieux vampire au visage d'ange pourtant si jeune soupira longuement, exhalant tout l'air comprimé dans ses poumons glacés même s'il n'avait nul besoin de respirer. Il était particulièrement sensible à la douleur des autres, elle le faisait souffrir autant que ses ''propriétaires''. Et décidément, il n'avait pas choisi le bon métier... Car c'était là le problème d'Alister: il se faisait trop de soucis, essayait de sauver tout le monde et dès qu'il perdait quelqu'un, c'était à ses yeux de sa faute. Il entendait les gens à l'intérieur de l'hôpital, entendait les pas de gens qui souffraient, les soupirs des parents inquiets pour leurs enfants, des enfants dont les parents ne s'en sortiraient peut-être pas... Il secoua la tête, et tourna son regard d'or vers son fils. Ils n'avaient tous deux aucun lien de sang, mais ils possédaient quelque chose de plus fort: l'éternité. L'éternité pour se côtoyer, pour en apprendre davantage à propos de l'autre. Du moins l'éternité pour Alister, car Declan savait probablement tout de lui, pouvant entendre ses pensées les plus intimes. Alister sourit intérieurement, se souvenant du moment au cours duquel Declan avait réalisé pouvoir entendre les pensées de son père adoptif, coyant au début être devenu fou et entendre des voix. Épisode plutôt humoristique dès qu'il avait compris ne pas être fou...


    Mais aujourd'hui, Declan ne riait pas, ne souriait pas. Il semblait perdu dans une détresse si profonde que le coeur manqua presque à Alister, si celui-ci avait été vif dans sa poitrine de glace, du moins. Perturbé, désorienté. Le médecin âgé d'un peu moins de 4 siècles mit sa main froide comme la glace contre l'épaule de son fils adoptif. Ce grand vampire au physique d'un adolescent déguingandé serait toujours, malgré son très vieil âge, comme un adolescent, aux yeux d'Alister, du moins. Le vieux vampire savait bien que des dizaines de questions se profilaient dans son regard, et que son fils les entendait toutes dans sa tête. Il se demandait bien comment il faisait pour ne pas devenir fou, à la longue, avec toutes ces voix dans sa tête... Il lui avait posé la question, ayant aisément deviné que le grand trouble du vampire avait un lien quelconque avec cette jeune fille qu'il avait soignée, Enea Warrens. Il se rappelait bien d'elle, puisqu'elle était venue à plusieurs reprises à l'hôpital. Son visage de neige se profila dans les pensées d'Alister, ainsi que la fragilité d'une bulle de savon qui la caractérisait. Un geste déplacé de Declan, une maladresse, et la bulle de savon éclaterait... Alister soupira à nouveau, et pendant un court instant, il cessa de ressembler au jeune médecin dynamique de 35 ans pour montrer son âge véritable: il avait l'air d'un homme très, très vieux, au dos courbé par la tristesse et la mélancholie, une mélancholie qui ne pouvait être ressentie que par lui qui était âgé de plus de 380 ans...


    Il se laissa lentement glisser par terre, le dos contre le mur, se contrefichant de probablement salir son uniforme de médecin en s'asseyant sur la bordure de trottoir. Ses yeux toujours levés vers son fils, attendant ses explications, exprimaient la caractéristique principale d'Alister: la compassion & l'amour. Il aurait tant souhaité pouvoir retirer des épaules de son fils cette détresse énorme qui le boulversait tant! Le jeune vampire avait détourné le regard en prononçant le nom de la jeune Warrens, et finit par le braquer sur celui d'Alister tout en lui expliquant ce qu'il se passait. Les sourcils du vampire se froncèrent de plus en plus alors que Declan lui expliquait que ses instincts lui hurlaient de la tuer, mais il voulait, avait besoin, de sa présence à ses côtés... Décidément, le problème de son aîné était nettement plus compliqué que ce qu'Alister avait prévu... Le vampire l'invita à s'asseoir près de lui, même si l'endroit pour s'asseoir en question était un trottoir. Son regard était rempli de toute la compassion du monde, et il aurait fait n'importe quoi pour aider son fils. Néanmoins, c'était sa responsabilité à lui, en tant que fondateur du clan -ou plutôt de la famille- Bratford, de poser les questions les plus difficiles, celles que personne ne voulait poser: celles concernant la sécurité de la famille. Car il avait beau chérir son fils, il devait penser à la sécurité des cinq autres membres de sa famille: Jayden, Alayna, Vesper, Nathanael et Dustin, mais surtout à celle de cette jeune humaine, Enea Warrens. Après tout, elle n'était pas immortelle, elle... Il prit son temps avant de demander.

    ALISTER - Declan, je veux que tu penses sérieusement à ta réponse et que tu me répondes le plus honnêtement possible. Tes instincts te hurlent de la tuer. Son sang te fait envie plus que tout autre, à t'en conduire à l'obsession. Néanmoins, tu as besoin d'elle auprès de toi. Tu comprendras que je dois poser cette question: quel choix pèsera plus lourd dans la balance?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DECLAN } the first cut is the deepest   

Revenir en haut Aller en bas
 
DECLAN } the first cut is the deepest
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BE CAREFUL ▬ Declan & Elias & Aubépine & Kathaleen
» Occupez-vous de vivre, ou arrangez-vous pour mourir + declan
» good morning sunshine (pv declan bowden)
» qui a dit que le romantisme n'existait plus? ► Declan & Zahara (terminé)
» DECLAN&JENNIFER- "Parlons autour d'un verre"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prelude To Damnation :: Forks :: Bagachiel Way :: { Forks Community Hospital ER }-
Sauter vers: